Bulls

Les Bulls retrouvent le smile : victoire face aux Spurs après les Cavs, plus c’est gros mieux ça joue !

Fin de mauvaise série pour la bande à Butler, elle qui s’est imposée hier soir devant son public sans trembler du poignet : 95 à 91, les Spurs ont enfin perdu un match en déplacement !

Difficile de remporter un match de basket, quand on ne joue que 24 minutes sur 48. Merci Michel ! Phrase à la con certes, mais qui représente assez bien la partition des visiteurs hier soir et qui était soulignée par Gregg Popovich en sortie de défaite. Car même s’il s’agissait d’un constat envoyé dans l’instant présent, celui-ci faisait écho avec plusieurs situations similaires depuis le début de saison, San Antonio prenant la fâcheuse habitude de démarrer poussivement avant de trouver son rythme et de recoller au score pour finir par l’emporter. Une technique qui marche lorsqu’on a l’expérience, la réussite et qu’on affronte un adversaire peu préparé pour ce genre de démolition méticuleuse, sauf que ce jeudi les Texans se rendaient dans un United Center qui n’avait pas apprécié la dernière prestation de ses soldats. C’était contre Portland ce lundi, une défaite 112 à 110 qui suivait une autre défaite l’avant-veille à Dallas (107-82) et qui préparait un troisième revers de suite, cette fois à Détroit (102-91). Avec une série négative à effacer et un groupe qui retrouvait son Doug McDermott préféré, les Bulls ont su faire le job en sautant sur les Spurs d’entrée et en gardant les deux mains fermement accrochées au volant.

Un petit +4 à la fin du premier quart, pour ensuite rentrer au vestiaire à +13 et même monter jusqu’à +18 dans le troisième QT, Dwyane Wade et sa bande avaient créé suffisamment de distance pour contenir l’inévitable run de Patty Mills et compagnie suite à une gueulante de Popovich, l’attaque des noirs et blancs retrouvant notamment ses couleurs après la pause. Seulement, la remontée fantastique était trop lourde cette fois-ci, et San Antonio devait observer un record all-time leur passer sous le nez. Car en perdant ce match dans l’Illinois, les Spurs ont perdu leur tout premier match de la saison en déplacement et ont vu leur série de 13 victoires consécutives on the road s’arrêter subitement, alors que les Warriors de 2015 leur tendaient les bras (14 de suite) et les Lakers de 72 fumaient leur clope en gardant un oeil sur eux (16 de suite). Connaissant Popovich et sa passion pour ce genre de record, ce premier revers tombe à pic car il permettra à son groupe de se reprendre sur des bases fondamentales, dont celle de jouer un match de la première à la dernière minute, au lieu de compter sur un exploit de groupe en seconde mi-temps. Côté Bulls ? C’est la teuf évidemment, car après les Cavs battus le weekend dernier c’est un autre gros qui chute dans leur antre. Une belle occasion pour Fred Hoiberg et ses hommes d’aborder la semaine qui arrive avec confiance et sérénité, eux qui joueront 5 de leurs 7 prochaines rencontres devant leurs fans. Et sachant que dans ce quintet à venir (Heat, Wolves, Bucks, Pistons, Wizards), seule une équipe voire deux ont de quoi faire flipper les Taureaux, une belle idée serait de se construire un petit run collectif histoire d’aborder 2017 dans le Top 5 de l’Est.

Aujourd’hui septièmes de la Conférence Est, les Bulls ont montré plusieurs visages sur ce début de saison et commencent à trouver leur recette afin de battre des grosses cylindrées. Battre des équipes de Playoffs, c’est rassurant, mais pourquoi ne pas saupoudrer le tout avec des succès contre des petits à venir ? 

cuverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top