Wizards

Bradley Beal met ses mains sur Evan Fournier : gorge serrée, ça vaut combien niveau suspension…?

Bradley Beal

Source image : NBA League Pass

C’est une séquence bien triste qui a été proposée par l’arrière des Wizards dans le dernier quart du match opposant son équipe à celle d’Orlando, une qui pourrait lui valoir quelques jours de repos…

On aimerait vraiment se pencher sur d’autres sujets que celui-ci. Mettre en avant d’autres aspects du jeu, comme la belle production d’Otto Porter lorsque Washington manquait de rythme dans le money-time, l’exécution précise du tandem Wall-Gortat sur pick and roll afin de faire payer la défense adverse et assurer la victoire (94-91), ou bien la vista du meneur gaucher lorsque le jeu ralentissait. Oui, on préférerait dérouler ce type de performances plutôt que celle rendue par Beal en toute fin de match, avec un peu moins de 8 minutes à jouer et pour le coup une action où il n’avait rien à faire. En effet, sur une tentative osée de Kelly Oubre qui termine finalement sur les bras de Bismack Biyombo, le jeune joueur de la Maison-Blanche se fristouillait avec l’intérieur congolais, qui défendait tout simplement sa raquette. Une poussette, deux, trois gars qui se rentrent dedans et soudain c’est la foirefouille en plein Amway Center, alors qu’il ne s’agissait que de pichenettes de CM2 entre deux fiers joueurs. Le problème, et c’est là qu’on ne peut vraiment défendre Bradley sur son geste, c’est que Beal a faux sur absolument toute la ligne et qu’il risque de prendre cher à ce niveau-là. Au lieu de séparer son coéquipier Oubre de son adversaire, le sniper rejoint le groupe échauffé et c’est donc Fournier qui vient pour écarter tout ce bordel. Une intervention musclée qui ne plaît forcément pas au joueur des Wizards, sauf que ce dernier veut répondre à Evan… mais l’idée lui vient de mettre la main sur son cou.

On a vu pas mal de termes liés à ‘l’étranglement’, ‘l’étouffement’ ou même ‘la mise à mort de Vavane’, on va tout de suite remettre les choses en place et calmer ceux qui pensent voir en ce geste une tentative d’homicide volontaire. Certes, Bradley est en tort dans cette situation, mais voyons le bouquin pour mieux comprendre la suite. Car c’est bien ça, la suite, qui nous intéresse. Pas forcément la puissance de sa poigne, le fait que la rencontre a basculé par la suite ou bien qu’il y avait la marque des doigts de Beal (véridique) sur le cou de Fournier. Lorsqu’on remonte un peu en arrière, on ne voit pas beaucoup d’exemples de bastons ou d’embrouilles durant lesquelles les mains montent proche du visage. La NBA a été très claire là-dessus, dès qu’on dépasse certaines limites les sanctions peuvent devenir tout de suite violentes. Et c’est peut-être là toute la stupidité du geste de l’arrière, qui voulait faire le bonhomme en quelque sorte. Défendre son steak et repousser un adversaire, dans le feu de l’action cela peut se comprendre. Mais le cou ? La nuque ? Le visage ? C’est un carton rouge immédiat imposé par la Ligue, et qui sera probablement géré dans les bureaux new-yorkais ce samedi. Car hier soir, le corps arbitral n’a pas expulsé le joueur de Washington et n’a puni Bradley que d’une faute technique. De quoi faire marrer le joueur en question, évidemment, mais le sourire pourrait vite laisser place à des sourcils froncés, car on sait qu’Adam Silver veut éviter tout type de comportement de ce genre.

Et qu’on rassure la fanbase internationale, ce geste aurait eu lieu sur un Japonais, un Brésilien, un Camerounais ou un Allemand, on aurait eu la même réaction. Le cou, c’est non : attendons de voir ce que la NBA réserve à un Beal qui, décidément, confirme la belle formation intellectuelle des Wizards.

5 Commentaires

5 Comments

  1. clegot

    novembre 26, 2016 à 9:16 at 9:16

    Difficile de juger sans avoir vu la vidéo, mais une base de 10 matchs serait déjà bien. Après ça dépend si il a vraiment viser le cou ou si il a attrapé le première chose qui passait mais aussi le temps et le force qu’il a mit, au regard de ces circonstances on peut aller jusqu’à une saison terminée.

  2. Thib

    novembre 26, 2016 à 10:30 at 10:30

    Bonjour Bastien,

    Il faut vraiment que tu arrêtes de faire du politiquement correct… Le ton de tes articles est ultra policé, bien pensant, tu t’insurges pour un rien, tu as des partis pris sans aucune objectivité. C’est simple, quand je commence à lire un article TrashTalk, et que je lis des trucs du style “on aimerait bien ne plus voir ça sur un parquet”, “on aimerait bien parler d’autre chose” (mais on en parle quand même), “il va falloir que la NBA remette de l’ordre”, je sais que c’est toi qui écrit et j’arrête de lire.

    Je trouve votre site génial, c’est ce qu’il se fait de mieux pour suivre la NBA, mais, s’il te plait Bastien, garde la ligne éditoriale du “trashtalking”, enlève le balai que tu as dans le fion ou je sais pas… Mais fais quelque chose!

    Si c’est la première fois qu’on te le dit c’est sans doute moi qui ai un problème, mais sinon fais quelque chose si tu veux continuer à évoluer!

    • Bastien

      novembre 26, 2016 à 2:14 at 2:14

      Hello Thib !
      Merci pour ton commentaire, long et détaillé.
      Alors, étonnant en effet dans le sens où c’est clairement la première fois que je lis ça, surtout qu’on a toujours donné des avis très tranchés sur chaque détail intègre à la Ligue, mais je prends en compte. Pas l’impression d’avoir énormément modifié la ligne éditoriale, on pointe du doigt ce qui nous fait chier et on applaudit ce qui nous ravit, ce qui est d’ailleurs le cas de l’ensemble de la rédaction :)
      Comme pour d’autres sujets que je peux te sortir où mes rédacteurs diront qu’ils apprécient ou n’apprécient pas telle ou telle action, telle ou telle déclaration. Pour le coup, vraiment, première fois que je lis ça, mais ça ne veut certainement pas dire qu’on s’en fout haha !
      Qu’est-ce que tu appelles ligne éditoriale du trashtalking ? Parce que s’il s’agit de clasher, détruire, vanner, puncher, ricaner, moquer, on le fait encore et toujours, mais les gens demandent aussi notre avis sur des situations comme celle-ci. Quand on a une dizaine de “vous pouvez écrire dessus, vous pouvez écrire dessus”, évidemment qu’on se lance un peu à l’eau en essayant d’apporter un peu de réflexion.

      Quoi qu’il en soit, j’entends bien, enfin je lis bien, et prends le temps de répondre puisque c’est quelque chose qu’on a toujours fait et qui… n’est pas sur le point de changer 😉

  3. VinceR

    novembre 27, 2016 à 11:15 at 11:15

    Pour l’action du Beal, ça sent simplement la frustration d’un joueur qui commence à percuter qu’il a pas le niveau qu’il croyait avoir… et qu’il est (pour moi et d’autres à mon avis), l’un des joueur voire LE joueur le plus surévalué de cette ligue.
    Trop cher…et pas grand grand chose entre les deux oreilles (il doit y avoir pas mal de courant d’air là dedans par grand vent … et pas que chez Beal qd on lit certain commentaire)…lol
    Pour moi le pire , dans cette histoire c’est la faiblesse de ce corps arbitral… j’en ai vu dégagés pour moins que ça (et y’avait pas de review center).
    Je vois plus de respect sur le bitume des playground.

  4. Tony_Di

    décembre 1, 2016 à 9:09 at 9:09

    Un seul truc à dire, il porte bien le surnom que je lui donne Bradley Beal : Brave Débile. Fin du game.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top