Hawks

Atlanta tient bon à Miami : victoire 93 à 90, contre un Whiteside absolument terrifiant

Hawks Atlanta killer monstre

COUCOU.

Source image : YouTube

Malgré quelques jours de repos pour eux et un Heat qui revenait pourtant de San Antonio avec une défaite, les Hawks ont failli passer à la trappe avant de s’imposer dans les dernières secondes : c’est pas passé loin pour Miami…!

La mission devait mieux se dérouler que prévu, mais c’était sans compter sur la pugnacité de la bande à Josh Richardson et le travail monstre d’un pivot trop déterminé. Pourtant privés de Justise Winslow et de Goran Dragic, les poulains d’Erik Spoelstra devaient impérativement laisser de côté la défaite de la veille pour tenter de faire peur à l’adversaire du soir, les Hawks de visite en Floride. Et dans un match extrêmement serré, qui voyait notamment Miami ne jamais abandonner, c’est bien Atlanta qui a dû transpirer plus qu’imaginé, en se sortant in extremis du piège local. Il faut dire que le mauvais délire du soir était réservé à Dwight Howard, qui non seulement galérait à contenir Whiteside au poste, non seulement n’y arrivait pas non plus vraiment en attaque, non seulement se prenait une faute technique en deuxième mi-temps, mais devait surtout quitter les siens à cause d’un problèmes aux quadriceps. Aïe, le seul vrai pivot d’Atlanta qui doit quitter le navire, comment faire ? Car en plus de l’absence qui était déjà problématique sous bien des aspects, Hassan avait soudainement les yeux qui explosaient en voyant tous les espaces disponibles dans les deux raquettes.

Et c’est un festin que le monstre du Heat s’offrait ce mardi, Whiteside claquant 19 points et 25 rebonds dont 10 offensifs afin de rappeler aux Hawks que leur peinture était bien trop légère pour son appétit. Possession après possession, tir après tir, le Blancôté dominait les airs avec une aisance impressionnante, poussant par conséquent Mike Budenholzer à devoir retrousser ses manches. Celle-là, on va aller la chercher à l’ancienne. Avec un effort collectif, des points grattés à l’expérience, et beaucoup de défense. Du coup, dans une fin de rencontre qui voyait le public pousser ses soldats afin d’éviter une sixième défaite de suite, c’est Paul Millsap qui se coltinait la bête, en croisant les doigts pour repartir vivant. C’est Dennis Schröder, plein de sang-froid et d’agressivité, qui venait même boxer au rebond pour contrer HW. Du premier au dernier homme, en respirant un grand coup avant d’aller se livrer au combat, les Hawks se serraient les coudes et faisaient le nécessaire en toute fin de match. Un stop, un rebond, des lancers. Un stop, un autre rebond, deux autres lancers. Loin de représenter la meilleure partition de leur campagne jusqu’ici, cette victoire était certes dirty et compliquée, mais il la fallait. Car sans Dwight dans la peinture et avec d’autres challenges similaires qui se pointeront sur leur route, les enfants de Bud devaient se prouver qu’ils pouvaient tenir face à la pression. Ce fût moins une, mais ce fût bon.

Et de 6 défaites de suite pour Miami, pendant qu’Atlanta traîne plus que jamais aux fesses de Cleveland. Si la blessure d’Howard semble moins grave que prévu, les Hawks devront tout de même se coltiner une autre équipe jeune et affamée demain soir : les Bucks, à la Philips Arena. 

couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top