Hornets

Kemba Walker s’occupe des Wolves avec ses potes : 115-108, Charlotte n’a pas été gentille

Kemba Walker

Clap clap, à table.

Source image : NBA League Pass

Après deux défaites ce weekend face à des cadors de l’Est, la bande à Nico se rendait dans le Minnesota pour retrouver des couleurs : il a fait froid chez les Wolves, mais pas pour les visiteurs.

Nico le disait lui-même, en sortie de match, auprès des médias des Hornets qui voulaient en savoir plus sur les coulisses de la rencontre. Après une première période passée à traîner des pieds, les soldats de Charlotte se prenaient une volée monumentale de la part de Steve Clifford, l’entraîneur de la franchise trouvant les mots justes pour piquer l’égo de ses hommes. Et même si on ne doute pas du fait que ces termes mentionnés devaient certainement ressembler à plagecacafesses et compagnie, l’effet fût immédiat sur les Hornets puisque le troisième quart-temps fit toute la différence. Un moment clé dans la partie, ponctué par un sanglant 36 à 17 qui retournera totalement le score. Car menée de douze unités à la pause, Charlotte se retrouvait subitement en tête et avec un mini matelas d’avance, de quoi permettre à Frank Kaminsky de claquer un gros quatrième quart-temps. Motivé par son affrontement avec Karl-Anthony Towns et le temps de jeu disponible, Frank the Tank claqua 12 de ses 20 points dans le dernier quart, et en sortie de banc s’il-vous-plaît. Impeccable pour venir en aide à Kemba Walker, Nico Batum et Cody Zeller, le trio faisant la majeure partie des dégâts avec Marco Belinelli calé derrière l’arc.

Pourtant, Zach LaVine faisait son retour dans le cinq majeur des Wolves, et Andrew Wiggins continuait sur sa lancée offensive. Après les 47 pions claqués sur les Lakers, le Canadien en déposait 29 ce mardi, mais en 24 tirs. Ce qui rendait forcément sa partition moins sucrée, tout en affectant celle de ses coéquipiers. Car en face, en terme d’efficacité ? Difficile de faire mieux que Kemba, dont la performance fût excellente : 30 points, 5 rebonds, 6 passes, 5 interceptions et seulement 2 balles perdues, à 13/19 au tir. Que ce soit dans ses moments d’agressivité comme dans sa capacité à mettre les Zeller ou Kaminsky en avant, Walker a récité son jeu et ce sont forcément les Hornets qui ont apprécié. Ce weekend, Charlotte avait pris un vrai coup au moral en perdant ses deux matchs en menant pourtant dans le dernier quart-temps, face aux Cavs et aux Raptors. Le meilleur remède face à ce genre de mini dépression ? Un bel effort collectif à l’extérieur, ce qui a été validé ce mardi.

En attendant une répartition plus équitable des tickets à Minnesota, no disrespect envers Thibodeau, les Wolves vont devoir apprendre à mieux contribuer tous ensemble s’ils veulent un jour prendre du pied sur le terrain, comme les Hornets.

couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top