Pistons

Alerte ouragan : Stanley Johnson n’est plus un rookie… et il a bossé tout l’été pour le prouver à la rentrée

Stanley Johnson

Après une régulière moyenne mais des Playoffs intéressants, le marsupial formé dans l’Arizona est prêt à passer la vitesse supérieure cette saison.

Auteur d’une saison rookie moyenne mais néanmoins prometteuse, Stanley Johnson devrait avoir plus d’options offensives dans le playbook des Pistons sur cette saison 2016/2017. Il fallait pour cela que l’ailier bosse cet été sur certains aspects de son jeu, chose faite selon l’intéressé…

8,1 points, 4,2 rebonds, 1,6 passes, 0,8 interception à 37 % aux tirs, 30,7% à trois points et 78,4 % aux lancers francs, le tout en 23 minutes de jeu. C’est clair qu’on a déjà vu plus impressionnant pour un huitième choix de Draft, mais on a surtout vu pire. Rappelons que “Stanimal” n’était qu’un freshman (joueur dans sa première année universitaire) dans l’Arizona quand il s’est présenté à la Draft. Sa marge de progression est donc énorme. Le joueur a conscience de ses lacunes et dit avoir passé l’été à les corriger : 

Je m’entraîne sur mon jeu main gauche, à sortir des écrans et shooter à trois points. Je travaille les catch and shoot et l’aide en défense. C’est sur ce genre de choses que je me concentre… Je suis beaucoup plus confiant. Le travail que j’ai effectué cet été me donne le sentiment que je suis capable de scorer de trois façons différentes et de manière très efficace. Je me construis à partir de ça. J’ai beaucoup grandi. L’année dernière, j’avais l’impression d’être à l’école primaire et cette année d’être en classe de terminale…

Pendant les quatre matchs du sweep infligé par les Cavs lors des derniers Playoffs, les moyennes du gamin n’ont pas diminué : 8 points et 4 rebonds avec un pourcentage amélioré : 52,2 % aux shoots dont 60 % derrière l’arc. Quand on sait que les rookies ont beaucoup plus de mal à s’exprimer à cette période de l’année (quand ils y sont invités) ces performances sont clairement encourageantes. Un poste de titulaire, un temps de jeu avoisinant les 30 minutes, une hausse statistique dans tous les secteurs du jeu, le tout agrémenté d’une participation aux Playoffs, voilà qui serait une saison réussie pour l’ancien Wildcat.

À 19 ans seulement, Stanley Johnson est dans la bonne équipe avec le bon coach. On en connait un paquet qui ont eu moins de chance pour débuter leur carrière. À lui de saisir l’opportunité de s’installer comme un futur cadre aux cotés de Drummond, KCP et Jackson.

Source : Basketballinsiders.com

Source image : Twitter @DetroitPistons


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top