Draft NBA

L’équipe badante de la Draft 2016 : les avis de la rédaction, attention ça pique…

Comme pour chaque Draft qui nous est proposée au mois de juin, des trophées sont remis afin de féliciter ou tacler certaines équipes. Zoom sur ceux qui ont particulièrement surpris leurs fans comme ceux des autres franchises… dans le mauvais sens du terme.

Difficile de juger les sélections réalisées par chaque armée, quand on ne sait pas vraiment ce que leurs pépites vont donner sur le circuit pro, mais les premiers regards sont souvent ceux qui restent sur la durée et un quatuor s’est démarqué en faisant du mauvais bruit dans la nuit de jeudi. Des choix critiquables, notamment en fonction des besoins qui semblaient évidents pour préparer la saison prochaine, des incompréhensions tactiques, concernant des joueurs déjà présents dans chaque effectif : il y a eu du tonnerre dans certains coins des States et l’heure est venue de taper sur les doigts du Crade Four.

  • Boston Celtics

Aucune autre franchise n’a été aussi frustrante que celle du Massachusetts sur cette Draft 2016, avec en tête de file l’intouchable Danny Ainge. Pourtant propriétaire de 8 choix hier soir, le gourou des petits hommes verts a déchaîné les WTF tout au long de la nuitée, avec des options plus choquantes les unes que les autres en début comme en fin de cérémonie. S’il y a du talent massif en arrivée dans Beantown, difficile de savoir qui va intégrer immédiatement la rotation de Brad Stevens et avoir un impact permettant aux Siz de gagner en sérénité lors de l’arrivée des Playoffs. Jaylen Brown, Guerschon Yabusele, Ante Zizic, [AUTRES RANDOMS] : il y avait franchement mieux à prendre à leurs spots et surtout dans des besoins criants pour Boston.

  • Toronto Raptors

Que le départ de Biyombo puisse être imminent via le marché du mois de juillet, c’est une chose. Mais de là à remplacer le marsupial congolais avec deux intérieurs choisis trop haut ? Jakob Poeltl n’avait pas été mentionné dans une masse de Top 10 lorsque les mocks s’enchaînaient sur la toile, le géant autrichien fera la doublure de Valanciunas tout en lustrant l’afro de Lucas Nogueira. Ce choix ne pousse pas aux cris de désespoir, simplement Masai Ujiri nous a habitué à un peu mieux et à moins que Jakob nous surprenne dans l’immédiat, on part sur un remplaçant qui devra obtenir le respect de Dwane Casey. Pareil pour le second choix du premier tour, Pascal Siakam qui nous a forcé à checker l’effectif du Evian TG pour vérifier qu’il n’y jouait pas l’an dernier. Deux grands qui poussent c’est cool, pas sûr que les Raptors gagneront énormément de leur présence afin de retourner en Finale de Conférence.

  • Milwaukee Bucks

On a bien compris, depuis quelques temps, que la franchise du Wisconsin partait dans un délire expérimental avec ses choix de joueurs. Il y a trois ans, on se marrait bien en les voyant choisir un grec aux bras interminables et au nom imprononçable, ce type est devenu le Giannis Antetokounmpo qu’on connaît aujourd’hui. Beau gosse ! Par contre, les rires résonnent encore au Barclays Center lorsque Thon Maker fût choisi en dixième position, un phénomène connu depuis des lustres sur YouTube mais qui s’est écroulé au fil des semaines à cause de son manque de vision du jeu et de purs fondamentaux. La taille est là, le moteur aussi, mais le pari semble énorme : si ça passe ce sera chapeau bas, mais si ça casse il ne faudra pas s’étonner du bordel. On dirait presque que John Hammond a une passion réelle pour les géants voulant jouer 5 postes.

  • Orlando Magic

Frank Vogel doit être content, de bosser désormais avec Rob Hennigan plutôt que Larry Bird. Le GM du Magic a réalisé une prouesse fabuleuse, celle de se séparer de son choix de Draft le plus précieux (11ème), d’un membre important de la ligne arrière (Oladipo) et d’un vétéran capable d’écarter le terrain (Ilyasova) contre… Serge Ibaka. On n’a aucun problème avec l’ex-avion du Thunder, seulement ce dernier va jouer l’année finale de son contrat à Orlando et il faudra probablement un miracle pour voir celui-ci prolonger dans la franchise. L’avenir réserve de belles surprises, et le Magic veut gagner dès l’année prochaine, mais lâcher autant pour un joueur qui vient de réaliser une de ses pires saisons en carrière, c’est sacrément chaud.

L’avis de la rédaction

Alexandre : BOSTON ! Avec  trois picks au premier tour, Danny Ainge a réussi la performance de ne sélectionner aucun joueur pouvant avoir un impact immédiat sur la rotation de Brad Stevens, étant donné le style pratiqué par cet excellent coach.

François : Les Kings. Autant le move pour Bogdanovic est génial, puisque le mec correspond parfaitement au besoin, autant… pas sûr qu’il vienne, et on drafte 3 mecs au premier tour avec du potentiel mais pas du tout prêts (Richardon, Papagiannis et Skal). Mais c’est pas comme si Cousins s’impatientait et que les Kings doivent viser les Playoffs après tout… Et puis grosse mention jeu de mots avec Isaiah Cousins en 59.

David : Toronto. Jakob Poeltl choisi trop haut et un no name ensuite, merci Masai.

Giovanni : Boston. Ça attend probablement plus la free agency que la Draft, mais avec des picks 3 et 16 il y avait clairement mieux à faire.

Bastien : Orlando… Le win-now c’est sympa quand t’as déjà les Playoffs sous le bras et que tu veux passer un ou plusieurs tours, mais Hennigan vient de craquer son 11ème choix, du banc et du spacing pour un Ibaka qui n’a plus rejoué à son vrai niveau depuis des mois. Violent.

_____

Les dés sont jetés, les choix ont été faits. Maintenant, à chaque GM et chaque pépite de nous faire mentir en proposant des campagnes solides l’année prochaine : qui vous a déçu le plus sur cette Draft 2016 ? On vous écoute.

Source image : ESPN


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top