Defensive Rankings

DPOY Ranking – Décembre : tout est en place pour le back-to-back de Kawhi Leonard

Kawhi Leonard

Kawhi Leonard est pour le moment intouchable dans ce classement des meilleurs stoppeurs de la ligue. Si James Harden ne se manifeste pas et que Carlos Boozer continue de se faire attendre, on pourra presque filer le trophée à Caouaille avec la galette des rois.

Premier DPOY Ranking de cette nouvelle année et troisième du nom, et sans surprise c’est un homme qui musèle absolument tout ce qui se présente à lui qui décroche le pompon. On vous laisse faire défiler la liste de chiens de garde ci-dessous pour découvrir s’il s’agit de James Harden, Pau Gasol ou Carlos Boozer.

Place  Joueur Commentaire

10°

     Rudy Gobert       Rudy Gobert Le “guest-spot” est ce mois-ci réservé au Français du Jazz. Pourquoi ? Tout simplement car malgré son absence des parquets depuis le 30 novembre dernier, l’impact défensif qu’il proposait pour son équipe avant sa blessure lui confère une place de choix dans ce classement. Nul doute que pour son retour (prévu mi-janvier), Rudy remettra le Jazz à l’endroit et le géant peut même se réjouir du fait que malgré une passe difficile avec 8 défaites en 13 matchs ce mois-ci, sa franchise garde le cap grâce aux résultats chelous d’une partie des équipes de la Conférence. On a hâte de revoir notre loulou sur les terrains et il n’y a aucune raison pour qu’il ne reparte pas sur des perfs solides, à base de matchs à 15 ou 20 rebonds et 5 contres. De quoi le faire remonter au classement le mois prochain ?
Statistiques : 10,9 rebonds, 2,6 contres, 0,9 interception – 13-17 pour le Jazz.

Matthew Dellavedova  Matthew Dellavedova On n’allait sûrement pas passer à côté du supersub de Cleveland ce mois-ci. Tout d’abord car il va bien falloir reconnaître un jour qu’en tant que chien de garde, peu de joueurs dans la ligue peuvent rivaliser avec Delly au niveau de l’intensité déployée, mais aussi pour récompenser un travail défensif collectif qui fait aujourd’hui de Cleveland la deuxième meilleure défense du pays derrière les intouchables Spurs. Pour rentrer dans la tête d’un joueur adverse, l’Australien fait partie de ce qu’il se fait de mieux actuellement et ce depuis le printemps dernier déjà, à une époque où même Stephen Curry aura sévèrement galéré pour se dépatouiller du morpion ambulant des Cavs. A l’aise également en attaque, notamment dans sa relation avec Tristan Thompson dans le second unit, le punk à chien est devenu indispensable aux finalistes 2015. Et ça pour le sortir sans trembler du menton il y a un an…
Statistiques : 2,3 rebonds, 0,8 interception et 12 migraines par match pour ses adversaires – 21-9 pour les Cavs et 95,3 pts encaissés (2nde meilleure déf. du pays)

    Anthony Davis      Anthony Davis Difficile de passer outre la domination défensive du Mono-Sourcil, même si cela ne se voit pas toujours dans les résultat de sa franchise. Présent dans tous les compartiments du jeu grâce à une activité de tous les instants et des membres trop grands pour être ceux d’un humain (et on parle bien des bras et des jambes), le seul défaut de Davis pour le moment est de n’être pas assez bien entouré pour la chose défensive. Il ne peut pas tout faire tout seul le pauvre… Et lorsque l’on imagine ce que pourrait donner une équipe avec le Pelican poilu + un ou deux top-défenseurs autour de lui, on se met soudainement à transpirer… Pas encore cette année qu’il sera DPOY (3ème pire défense de la Ligue pour NOLA…) mais à coup sûr, le gamin aura son mot à dire un jour.
Statistiques : 10,9 rebonds, 2,7 contres, 1,3 interception

Bismack BiyomboDikembe Mutombo Le petit dernier de la liste. Pas toujours mentionné dans les discussions à propos du recrutement estival des Raptors, le Congolais est pourtant l’une des belles satisfaction des Dinos cette saison. Parachuté dans le starting five suite à la blessure de Valanciunas, Bismack s’en est plutôt très bien accomodé et il offre aujourd’hui une dimension athlétique et défensive impressionnante à la raquette de Toronto, proposant une superbe alternative au talent offensif du Lituanien. 13 rebonds par match depuis deux semaines, des pointes à 20 prises (contre Dallas) ou à 7 crêpes (contre Charlotte) et voilà notre Bismack sûr en bonne place dans le ranking. A confirmer mais on dirait bien que les Raptors ont trouvé une corde de plus à mettre à leur arc pour passer un tour de Playoffs…
Statistiques : 9 rebonds, 1,4 contre, 0,9 interception – 20-13 pour les Raptors.

    Kentavious Caldwell-Pope      Love at first sight Encore un nouveau client avec l’arrivée ce mois-ci du slasher des Pistons. Parfait dans le rôle de l’empêcheur de tourner en rond, le gamin (22 ans) a déjà du beau monde dans son tiroir à victime… Kobe Bryant ? 5 points à 2/15. Bradley Beal ? 7 points à 3/8. Curry ? 7/18 pour 22 petits points. Wade ? 2 points à 1/9. Et Westbrook tiens ? 14 points à 5/14… Promis on vous en garde pour la prochaine fois car Kentavious en défense, c’est une vraie mixtape. Bien heureux de voir Reggie Jackson prendre une bonne partie des responsabilités en attaque, KCP peut donc se concentrer sur ce pourquoi il est le plus doué et force est de constater qu’il le fait avec talent et régularité. Tout ce qu’il faut en somme pour siéger en bonne place dans cette jolie liste…
Statistiques : 3,4 rebonds, 1,6 interception et une liste de victime aussi longue que les mains de Boban Marjanovic

      Jimmy Butler        Jimmy Butler Peut-être bien que Jimmy a la langue trop pendue en ce moment mais il n’en demeure pas moins l’un des meilleurs défenseurs de la Ligue. Un mec avec pour principale mission de devoir mettre sous l’éteignoir la star adverse chaque soir en plus de prendre ses responsabilités en attaque lorsque Derrick n’a pas bien lavé ses verres. Et si le taf offensif est plus ou moins bien réalisé selon les soirs, en défense par contre c’est un sans-faute et rares sont les arrières ou les ailiers à s’être gavés face à Jimmy Buckets cette saison. Toujours actif et déployant une intensité sans limite lorsqu’il a décidé de tenir son gars, il reste l’un des seuls (le seul ?) joueur des Bulls concernés par la défense et son talent de ce côté-là fait qu’il est presque capable de défendre pour cinq. Ça vous situe le niveau du gars non ?
Statistiques : 4,9 rebonds, 0,9 contre, 1,9 interception – 18-12 pour les Bulls

Hassan Whiteside Hassan Whiteside Si la défense du Heat est la troisième de la Ligue actuellement, elle peut dire un grand merci au phare qui surveille sa raquette. Une tourelle nommée Hassan Whiteside et qui dégage au loin tout ce qui se présente dans son périmètre avec des mensurations à rendre jaloux n’importe quelle girafe. Et même si le soufflé est retombé par rapport à l’an passé, les grosses stats et la présence sont toujours là. 10 rebonds et 4 crêpes quasiment tous les soirs, un groupe qui se met au diapason de son pivot géant et voilà le Heat très solide cette saison et qui sera bien difficile à bouger en Playoffs puisqu’il ne fait aucun doute que les Floridiens reverront le printemps cette saison. Et tout ça, c’est en grande partie grâce au meilleur contreur de la Ligue aka Mr Whiteside…
Statistiques : 11 rebonds, 4 contres – 18-13 pour le Heat, 95,5 points encaissés (3ème meilleure def du pays)

    Avery Bradley      Avery Bradley Le nouveau leader des C’s ne s’appelle peut-être pas Isaiah mais bien Avery et sa défense y est pour beaucoup. Qui ne se rappelle pas de son duel homérique face à Stephen Curry dans ce qui laissa augurer la première défaite des Warriors cette année, survenue finalement le lendemain face aux Bucks ? Et ce match suivi en mondovision n’était bien sûr qu’un exemple parmi tant d’autres au cours desquels le petit morbaque des C’s aura mis un bordel monstre au sein des attaques adverses. Probablement le meilleur défenseur de la Ligue sur les deux postes arrières, Avery a passé un énorme cap cette saison, emmène dans son sillage défensif Marcus Smart ou même Evan Turner et il est ainsi en grande partie responsable des bons résultats de sa franchise. A confirmer, mais on a là un sacré client…
Statistiques : 1,6 interception – 18-14 pour les C’s, 99,1 points encaissés (7ème def du pays)

Draymond Green  Draymond Green Obligatoire de récompenser l’exceptionnel début de saison des Dubs et la présence de Draymond Green dans ce classement n’est de toute façon pas à discuter tant l’energizer des Warriors rentre dans le lard de tous ses adversaires depuis deux mois. Présent absolument dans tous les compartiments du jeu si bien qu’il faudrait presque inventer pour lui de nouvelles catégories statistiques, Dray nous laisserait presque croire qu’il a des quintuples-doubles dans les jambes. Quoiqu’il en soit, ne laissez pas traîner un ballon sinon le stretch four de Luke Walton se fera un malin plaisir de le récupérer, qu’il soit dans vos mains, dans les airs ou même au sol. Le joueur intense par excellence, dauphin idéal de notre poulain number one
Statistiques : 9,1 rebonds, 1,4 contre, 1,3 interception – 30-2 pour les Warriors

       Kawhi Leonard         Kawhi Leonard Mais qui d’autre bordel ? Qui d’autre peut aujourd’hui contester à Kawhi Leonard le titre de meilleur défenseur actuel dans la ligue ? Réponse, personne évidemment. Le poulpe des Spurs est absolument hideux avec tous ses adversaires et pas un mec n’a cette année réussi à regarder l’ailier dans les yeux avec le ballon dans les mains. c’est bien simple, Kawhi fait déjouer tous les humains qu’il rencontre, le tout en assurant comme un vétéran en attaque pour ne rien gâcher. Des mains immenses, une intelligence avérée, la meilleure défense collective de la ligue pour les Spurs et un sérieux de tous les instants font donc de Caouaille le grand vainqueur de décembre, et quelque chose nous dit que ça ne bougera pas beaucoup…
Statistiques : 7,2 rebonds, 2,1 interceptions, 0,9 contre – 28-6 pour les Spurs et la meilleure défense collective de tout le système solaire, Namek compris (88,6 points encaissés)

Voilà voilà, on en a donc fini avec ce DPOY Ranking du mois de décembre, avec déjà un candidat qui s’envole pour aller rafler la récompense en fin de saison. On attend toujours James Harden, Stephen Curry et tout le roster des Lakers dans ce classement mais pour le moment, c’est bel et bien les grandes mains de Kawhi qui veillent sur le trophée…

source image : jocksandstilettojill.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top