Sixers

Zhaire Smith va être opéré d’une fracture de Jones : trois mois sur le té-cô, le bizutage habituel des Sixers…

Chandler Parsons, Docteur Maboul

Vous connaissez un bon marabout vous ?

Source image : jdubuzz.com

Incroyable. Ça ne s’arrête jamais. On connaissait les délires à base de mousse à raser dans la gueule et d’autres bails interdits au moins de 18, mais alors niveau bizutage les Sixers font très forts. On a ainsi appris que le rookie Zhaire Smith, seizième pick de la dernière Draft, souffrait d’une fracture de Jones et qu’il allait devoir passer par la case chirurgie. On ne change pas une équipe qui se blesse, le karma est intraitable à Philly…

Ben Simmons, Joel Embiid, Markelle Fultz, Nerlens Noel, Landry Shamet… On ne compte plus ces rookies qui commencent leur carrière à 52 ans. Mais que peut-il bien y avoir dans l’air pour que chaque gamin drafté par les Sixers depuis cinq ans voit son élan coupé par une blessure ?.. La franchise de Pennsylvanie s’en sort aujourd’hui pas mal après quelques saisons en mode poubelle, mais alors niveau remboursements Secu les mecs font décidément très fort. Le dernier arrivé au rayon des gamins hospitalisés ? Zhaire Smith, arrière freaké d’1m93 et dont les mollets sont déjà comparés à ceux de Gerald Green. Sauf que le décollage imminent s’est donc transformé en un retard d’embarquement de trois mois, puisque Shams Sharania nous a annoncé hier que le nouveau cyborg de Texas Tech souffrait d’une fracture de Jones…

Tiens d’ailleurs, c’est quoi une fracture de Jones ?

Non ce n’est pas l’obligation d’écouter en boucle le pote de Goldman et Fredericks, mais plutôt une fracture atteignant le coup de pied, à hauteur du petit doigt de pied. Kevin Durant y a eu droit, Cameron Payne y a eu droit, Jodie Meeks y a eu droit, Patrick Bruel qui a le droit. C’est donc trois mois, on attend les updates, trois mois de repos après opération que devra observer Zhaire, un sacré coup d’arrêt dans une carrière quand on sait qu’elle n’a pas encore commencé mais finalement de quoi être rassuré lorsque l’on connait le processus habituel à Philadelphie. 1) T’es drafté, 2) tu te pètes un truc, 3) tu te soignes, souvent pendant… un an et 4) tu débarques et tu casses tout parce que t’es un rookie mais t’es déjà plein d’expérience. Un constat rassurant donc, mais qui ne doit pas occulter ce maudit karma qui s’abat sur les 76ers depuis pas mal d’années déjà.

Gagner des matchs c’est bien, gagner des matchs avec 50% de son roster disponible c’est encore plus balèze. Attention à la franchise pennsylvanienne le jour où Brett Brown disposera d’un groupe au complet, même si ce genre d’exploit pourrait… ne jamais arriver. Vous connaissez un bon marabout sinon ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top