Cavaliers

La belle histoire du jour : opéré du cœur il y a six ans, Jeff Green est désormais en Finales NBA !

Jeff Green

Jeff Green revient de très loin !

Source image : YouTube

En l’absence de Kevin Love, les Cavaliers avaient besoin d’un vrai lieutenant pour LeBron James afin d’espérer remporter ce Game 7 contre Boston. Jeff Green a parfaitement rempli ce rôle en sortant son meilleur match de Playoffs au moment le plus important de la saison. Une belle histoire pour celui qui a failli tout perdre en 2012…

Comme l’a souligné LeBron James directement après la rencontre, Jeff Green revient de loin, de très loin. En décembre 2011, lors d’une visite médicale de routine avec les… Boston Celtics, il apprend une terrible nouvelle et le ciel lui tombe sur la tête. Green est diagnostiqué avec un anévrisme aortique qui nécessite une intervention d’urgence. Un mois plus tard, il passe sur le billard pour une opération à cœur ouvert. Heureusement, tout se passe bien pour lui et son avenir basketballistique n’est pas remis en question. Depuis cet événement qui a incontestablement bouleversé sa vie, Jeff a parcouru du chemin. Il a retrouvé la NBA après une saison blanche, il a joué pour les Celtics jusqu’en janvier 2015, avant d’évoluer chez les Grizzlies, les Clippers puis le Magic. Et l’été dernier, c’est à Cleveland qu’il a débarqué pour essayer de se relancer suite à une année difficile avec Orlando. Auteur d’une campagne correcte malgré les montagnes russes qui ont caractérisé la saison des Cavs, Green est aujourd’hui aux anges. Pour la première fois de sa carrière, il va pouvoir goûter aux Finales NBA. Quand on sait tout ce qu’il a traversé pour en arriver là, on ne peut qu’être content pour lui. Bref, l’histoire est belle, mais elle l’est encore plus au vu du scénario de la nuit dernière.

« J’ai presque tout perdu et maintenant, le fait d’être assis ici devant vous, pour parler des Finales NBA et d’y participer, je pense que je suis vraiment béni de pouvoir fouler ce parquet et jouer à ce jeu. »

Jeff Green, en conférence de presse après la rencontre.

Déjà précieux dans le Game 6 avec 14 points, Jeff Green a réalisé sa meilleure performance des Playoffs lors de cette rencontre décisive. Autrement dit, il est sorti de son trou au meilleur moment, quand les Cavaliers avaient le plus besoin de lui. Pour rappel, la franchise de l’Ohio a dû se démerder sans Kevin Love durant le Game 7 et pendant quasiment toute l’intégralité du sixième match. Avec l’indisponibilité de ce dernier, qui se trouve toujours dans le protocole anti-commotion de la Ligue, Green a été propulsé dans le cinq de départ, et on peut dire qu’il a parfaitement saisi l’occasion. 19 points accompagnés de huit rebonds, le tout à 7/14 au tir en 42 minutes ! Depuis le début de la postseason, il n’avait jamais autant joué, autant marqué ou pris autant de rebonds. Là où il a particulièrement fait mal aux Celtics, c’est en transition ou semi-transition. A plusieurs reprises, il a attaqué le panier quand la défense de Boston n’était pas encore placée, et ça a marché. A ça, vous ajoutez deux shoots du parking, dont un très important dans le quatrième quart-temps quand Jayson Tatum était en feu. Pour ceux qui auraient la mémoire courte, le fabuleux rookie a donné l’avantage à son équipe 72-71 à six minutes de la fin, en enchaînant un poster énorme sur LeBron puis un trois points dans la face de George Hill. C’est alors que Jeff a répondu avec son tir primé. Avantage Cavs, salle climatisée. Les Celtics ne sont plus jamais passés devant.

Décisif, présent quand il fallait, Jeff Green a joué avec un cœur énorme la nuit dernière. Si les Cavaliers sont aujourd’hui champions de la Conférence Est, c’est aussi grâce à ce mec qui est revenu de l’enfer. Chapeau !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top