Pelicans

Les Pelicans explosent les Warriors au Game 3 : 119-100, les champions se sont fait rajonrondiser

Rajon Rondo

22 passes pour les Warriors, 21 pour Rajon Rondo. Ah ok.

Source image : youtube

Peu d’entre nous imaginaient les Warriors perdent un match face aux Pels. La probabilité existait, bien sûr, vu le niveau affiché par les hommes d’Alvin Gentry depuis trois semaines, mais ce genre de raclée ? No way. Car c’est bel et bien une grosse gifle que les champions en titre ont pris à New Orleans, avec obligation de réagir dès dimanche soir. Mais pour le moment, c’est Biafine time.

Car oui, si les six premières minutes de jeu nous donnaient l’impression que tout le monde était complètement bourré, les fesses sont ce matin bien rouges côté Warriors, la faute à une attaque pélicanienne de feu, menée de main de maître par un duo une fois de plus incontrôlable. Anthony Davis ? Monstrueux comme à son habitude (33 points à 15/27, 18 rebonds, 3 passes et 4 interceptions), rien de bien étonnant jusque-là. Sauf que quand l’Unibrow est entouré comme il le fut ce soir, tout devient très compliqué pour les adversaires de NOLA. Un Jrue Holiday précis et qui ne force rien en attaque tout en faisant le taf dans sa moitié de terrain, un Nikola Mirotic qui n’a d’Omer Asik que le look et qui a plutôt emprunté le talent de Ryan Anderson époque Louisiane, un… Ian Clark sans pitié pour ses anciens copains (18 points à 7/11 en 22 minutes !), un Solomon Hill qui brûle le parking du Smoothie King Center, bref toute une bande de dégénérés mettant à mal un groupe peut-être trop sûr de lui cette nuit. Car si Stephen Curry était de retour dans le cinq, c’est à un festival de maladresse que l’on a assisté de la part des Plouf Brothers, malgré une première mi-temps honnête de la part de Klay Thompson.

Mais comment ne pas évoquer ce Game 3 sans parler de ce fabuleux chef d’orchestre qu’est Rajon Rondo…

Toujours à la limite de voir ses fils se toucher, le génial meneur de jeu a enchaîné les débuts d’embrouilles avec Draymond Green à base de croche pattes et de tentatives d’olives ou de chat-bites mais il a surtout mis au sol toute la Californie en cumulant… 21 passes décisives en 37 minutes. Record de Playoffs depuis 2011, un record détenu par un certain Rajon Rondo. D’accord. Record all-time pour un match face aux Warriors, celui-ci appartenant désormais jadis à Magic Johnson. Un festival de caviars comme on n’en voit que chez Bocuse ou George Blanc, un Noël avant l’heure pour Anthony Davis et les snipers des Pels. Le tout avec cette petite tête de fouine qui rêve d’insulter votre maman tout en vous faisant un petit pont, le genre de client qu’on adore et plus encore en période de Playoffs.

Résultat des courses la série reviendra donc forcément à l’Oracle, une belle récompense pour un groupe qui n’en finit plus de surprendre. Un groupe qui ne passera probablement pas l’écueil Dubs mais qui a d’ores et déjà réussi sa saison et gagné le respect de toute la Ligue. Begey les gars.

stats Warriors stats pels

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top