Pelicans

Anthony Davis sorti sur blessure contre Sacramento : tout le peuple de Louisiane retient son souffle

Anthony Davis

Anthony Davis est finalement bien humain… Du moins, sa cheville l’est.

Source image : TrashTalk

Anthony Davis est absolument incroyable ces derniers temps, tout le monde s’en accommode. Mais à force de tirer sur la corde et de pousser la machine, elle finit par s’enrayer. Après une première alerte contre les Clippers avant-hier, le corps de The Brow vient de lui donner un deuxième avertissement, un peu plus sévère que le précédent. S’il pouvait parler, il lui dirait sans doute : ‘va doucement Anthony, je te rappelle que j’ai été fragilisé par beaucoup de blessures’. Les Pelicans ne peuvent pas se permettre de perdre AD trop longtemps.

Après deux saisons sans voir les Playoffs en Louisiane, le management des Pelicans souhaite y retourner cette année. Actuellement quatrièmes à l’Ouest, avec un bilan de 38 victoires et 26 défaites, cela semble plutôt en bonne voie pour eux. Malheureusement, à la fin janvier, DeMarcus Cousins s’est blessé au tendon d’Achille et a terminé sa saison bien trop tôt. Alors que beaucoup d’observateurs voyaient New Orleans s’écrouler, rien de tout cela ne s’est passé, bien au contraire. Anthony Davis a sorti ses larges ailes pour emmener toute son équipe sur son dos et continuer à gagner des matchs. Depuis plus d’un mois, il est sur une autre planète, puisqu’à partir du moment où son collègue du frontcourt l’a quitté, il a activé le mode on fire et cela donne une ligne de stats incroyable : 33,1 points, 13,3 rebonds, 2,1 assists, 2,5 blocks et 2,4 steals par match depuis que Boogie est out. On est d’accord, c’est immense, loin devant n’importe qui dans la Ligue ces derniers temps. Le problème, c’est que The Unibrow donne beaucoup et dépense énormément d’énergie. Sans parler d’une débauche trop importante en vue des Playoffs, c’était surtout inquiétant pour la santé de Davis. Tout le monde craignait l’instant où ça allait craquer. La première alerte a eu lieu à Los Angeles, chez les Clippers, où  le Monosourcil a souffert de contusions aux côtes en fin de première mi-temps. Il a serré les dents, et est revenu lors du second acte où il a planté 31 points, en dormant, offrant une neuvième victoire de suite à son équipe. Ceci dit, la nuit dernière, AD se rendait à Sacramento lors du dernier des quatre matchs du road trip des Pelicans. Et alors que Davis se promenait face à des Kings désemparés (17 points, 5 prises, 1 caviar, 2 interceptions et 5 crêpes), le malheur est finalement arrivé. Dans la dernière partie du troisième quart-temps, le Brow monte au cercle chercher un énième rebond, comme d’hab. Malheureusement, il retombe sur le panard de Kosta Koufos et se tord la cheville gauche. Il a essayé de rester sur le terrain, mais est sorti sur l’action d’après. Il est passé rapidement aux rayons-X, cela n’a rien donné. Le franchise player de New Orleans se veut rassurant, comme il l’a confié en sortie de game à ESPN :

« Je me sens bien, mais les docteurs de l’équipe regarderont ça demain, cela déterminera la suite. À chaque fois que vous vous tordez une cheville, ça fait mal, surtout quand on retombe sur le pied de quelqu’un, parce que vous n’avez vraiment aucune protection. C’était douloureux. Je veux juste m’assurer que tout va bien. »

Alvin Gentry, le coach de la franchise, a annoncé que l’homme le plus chaud sur terre depuis un mois allait passer un IRM aujourd’hui, lors du retour à New Orleans, puisque les rayons-X n’ont rien donné. On devrait ainsi avoir plus d’informations en fin de journée. A priori, ça aurait pu être pire. La cheville du Unibrow a tourné vers l’extérieur, ce qui est moins pire qu’à l’intérieur. La torsion n’est pas énorme, mais le fait de retomber sur le pied du Grec a fait perdre l’appui à Davis, qui s’est bien fait mal. Même si cela paraît d’une gravité toute relative, cela reste une entorse à la cheville. Dans le cas le plus positif, où aucun ligament n’est touché, AD devrait quand même en avoir pour quelques jours pour revenir à 100%. Cela pourrait aussi être deux semaines d’absence pour lui. Dans ce cas, autant dire que le Monosourcil devrait rater un peu moins de dix matchs sur les dix-huit restants en régulière aux Pelicans. Gros coup de froid sur la Big Easy, donc. On connaît la fragilité d’Anthony Davis, souvent blessé. Ce sont d’habitude des petites blessures, qui ne le laissent pas éloigné des parquets trop longtemps. Ceci dit, il a déjà eu de nombreux problèmes aux genoux ainsi qu’aux chevilles, ce qui laisse craindre le pire. Depuis son arrivée dans la NBA en 2012, il n’a jamais fait une saison au dessus de 75 matchs. Alvin Gentry va devoir se passer de l’étrange volatile pendant quelques matchs, et il n’y est peut-être pas pour rien. Si le malheureux AD retombe sur le pied de Koufos par malchance (lui qui s’est excusé très rapidement par la suite), l’outil de travail de Davis n’a pas été ménagé. 36,5 minutes par match cette saison, neuvième temps de jeu de la Ligue, on tire beaucoup sur le Sourcil depuis le début d’année. Il en est de même pour Cousins : 36,2 minutes en moyenne cette année. On a vu le résultat pour Boogie, sur-utilisé, et qui a depuis fini sa saison. Le temps de jeu de son compère dans la peinture n’a pas augmenté pour autant, ce qui dénote une sur-utilisation des titulaires aux postes 4 et 5. Le corps de Davis a envoyé des signaux, qui prouvent qu’il n’est pas loin de s’effondrer, mais il rejouera probablement d’ici fin mars. Alvin Gentry va devoir bricoler. La fin du match contre Sacto hier a été bouclée grâce à un bon Mirotic, mais l’absence du Brow va compliquer les affaires des Pels. Ils n’ont que 3,5 matchs d’avance sur le neuvième spot. Le temps de la convalescence d’Anthony Davis, ils pourraient très bien dégringoler dans une lutte acharnée à l’Ouest.

Pour lui, mais aussi pour sa franchise qui fait une belle saison, on souhaite que le retour d’Anthony Davis soit le plus prompt possible. On espère que c’est une simple foulure, que ce n’est rien, tellement The Brow est chaud. Mais attention à la tentation pour les Pelicans de faire revenir sa vedette trop tôt, afin qu’il ne pète pas en plein vol. Le calcul est compliqué : reposer Davis pour les Playoffs ? Pas sûr d’y aller. Faire rejouer AD plus tôt pour être sûr d’y accéder ? S’il se blesse pour la postseason, New Orleans n’a aucune chance. Le choix est difficile, espérons que la gravité de la blessure soit faible pour que les Pels n’aient pas à se poser cette question trop longtemps.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top