Blazers

Damian Lillard fait sa spéciale sur les Suns : Dame Time, panier de la gagne, 19 points dans le dernier quart !

Damian Lillard
Source image : NBA League Pass

Il est comme ça, Damian Lillard. Mené de 15 points dans le dernier quart cette nuit à Phoenix, le leader des Blazers a activé le mode Dame Time et s’est chargé d’éliminer les Suns en l’espace de quelques minutes : chapeau, maestro.

Compliqué de s’extasier devant une victoire de Portland à Phoenix. Sans vouloir manquer de respect à la franchise de l’Arizona, le tanking a atteint un tel niveau que c’est limite l’inverse qui doit se produire : si vous perdez chez les Suns, vous repartez avec les plumes et le goudron. Et c’était d’ailleurs parti dans ce sens pendant la majeure partie de la rencontre, les potes de C.J. McCollum n’arrivant pas à envoyer ne serait-ce qu’un caillou dans le désert. Maladroits, voire désintéressés, les visiteurs se faisaient gentiment malmener par la clique de Booker, Len et compagnie, créant un écart suffisamment important pour que Terry Stotts soupire. Comment est-ce que son équipe peut laisser passer un match pareil, quand on connaît la course acharnée qui existe actuellement à l’Ouest avec les Playoffs dans le viseur de chacun ? Huit minutes à jouer, 15 points de retard, ça suffit les conneries. Bien aidés par les erreurs des Suns qui avaient une place de beau dernier à conserver, les Blazers se permettaient de lancer un furieux comeback, sous l’impact du seule et unique franchise player de l’Oregon.

Monsieur Lillard, Damian de son prénom. Ou plutôt « Dame« , quand le dernier quart ouvre ses portes. Joueur ultra-respecté dans le clutch, loin de trembler quand il faut planter les gros shoots, le meneur de Portland savait qu’il n’avait pas le droit à l’erreur. Pas à Phoenix, pas avec la balle dans ses mains, et un compteur qui commençait à devenir aussi rouge que les bordures de son maillot. Au-delà de ses bombes habituelles, c’est dans l’effort que Lillard régalait, en se frottant en-dessous pour gratter quelconque avantage qu’il soit. Un gros rebond offensif avec la faute, une pénétration rondement menée, au lieu de se garer uniquement derrière l’arc Damian punissait la défense des Suns et le pauvre Elfrid Payton en prenait pour son grade. Casquette capillaire bien vissée sur le crâne, le nouveau meneur de Phoenix était aux premières loges pour manger le panier de la victoire. Récupérant la balle suite à une bourde de Troy Daniels, Lillard faisait patiemment danser son défenseur avant de foncer tête baissée dans la raquette, lay-up plein de grâce pour la gagne. Aucun temps-mort restant évidemment pour Jay Triano, dernière prière envoyée, ball game. Entouré par ses coéquipiers, Dame était certes frustré de devoir en venir à ça pour taper une équipe de bas de tableau, mais il ne restait pas longtemps dans le déni : il s’agissait là d’une performance de grand garçon, hissant littéralement sa franchise de ses deux belles mains. Le potentiel scénario de la honte ? Zappé de justesse, grâce aux exploits du numéro 0.

Et de 40 points au total, et de 19 dans le dernier quart, et un index droit fièrement tapé sur son poignet gauche. Dame Time, personne ne connaît la prochaine victime mais tout le monde sait qu’elle tombera prochainement. Merci patron !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top