Jazz

Le Jazz aimerait bien voir Derrick Favors faire ses valises : un starter dans la balance et c’est réglé

Derrick Favors

Alors, départ prévu pour cette semaine ou cet été ?

Source image : YouTube/Brandon Judd

Malgré une très bonne saison, Derrick Favors pourrait bien être envoyé loin des terres mormones dans les prochaines heures. Agent-libre cet été, la franchise de l’Utah se verrait bien profiter de la renaissance de l’intérieur pour récupérer un starter d’ici demain. Seul problème, les candidats ne sont pas légions…

Au Jazz depuis depuis 2010, Derrick Favors a été l’une des rares bonnes surprises cette année pour Utah. Alors que Rudy Gobert  a dû s’absenter de longues semaines suite à une blessure au genou, l’ailier-fort a parfaitement géré l’intérim, en tournant à 16,5 points, 9,3 rebonds, 2,5 passes et 1,8 contre en 30 minutes de moyenne au poste cinq et ce malgré ses 208 centimètres. Ayant commencé les cinquante matchs auxquels il a pris part, Favors est auteur d’une saison solide, avec notamment 12,5 points et 7,2 rebonds de moyenne, ce qui constitue une grosse amélioration par rapport à la saison passée. Allié à Rudy dans la raquette depuis son retour, la paire d’intérieur a su à l’instar de l’équipe s’adapter au changement de style de jeu voulu par Quin Snyder, passant d’une équipe très défensive à une équipe qui a récemment enchaîné quatre matchs à plus de 120 points, une première pour la franchise depuis 1984. Malgré leur récente série de cinq victoires consécutives, les Playoffs semblent un peu trop loin pour Utah, une situation que semble avoir compris le management de la franchise. En effet, plutôt que de ne rien changer et regarder jusqu’où l’équipe peut aller dans l’état actuel des choses, c’est-à-dire un premier tour de Playoffs grand maximum, le management du Jazz veut prendre les choses en main et a la volonté de préparer la suite dès maintenant, et c’est bien Derrick Favors qui pourrait en faire les frais.

En effet, selon ESPN, Derrick Favors, qui sera agent-libre cet été, est plus que jamais sur le marché, et ce malgré le niveau de jeu très correct qu’il affiche depuis le début de saison. Dans l’esprit du management du Jazz, les choses sont simples : ils savent que Salt Lake City n’est pas une destination prisée par les agents-libres, c’est un fait, et ce d’autant plus depuis le départ d’Hayward. Le seul moyen, hors Draft, de récupérer un potentiel starter est donc de monter des trades. Le contrat de Favors étant de 12 millions de dollars, le Jazz aimerait bien profiter de la renaissance du pivot pour le « louer » jusqu’en juin à une équipe qui aurait besoin d’espace dans son cap, en échange d’un starter possédant un salaire équivalent à celui de Favors dont le contrat est sécurisé sur plusieurs années, le tout accompagné d’un pick de draft pour le dédommagement. Sur le papier, c’est un plan qui se tient, et qui semble réalisable. Seulement lorsque l’on regarde les joueurs possédant un salaire à 12 millions l’année, on est bien loin du starter cherché par Utah. Sont en cause notamment les salaires distribués à partir de la free agency de 2016, bénéficiant du nouveau salary cap, et ayant depuis totalement faussés le marché par rapport aux contrats précédemment alloués. Utah ne trouvera donc probablement pas son starter grâce à Favors, et le conserver voudrait dire le perdre sans contrepartie en juin. Car il ne fait aucun doute que si les destinations semblent limitées cet hiver pour le pivot, il trouvera plusieurs franchises qui seront ravies de l’accueillir cet été, et qui auront la possibilité de lui offrir bien plus que Utah, qui a déjà re-signé Rudy Gobert il y a quelques mois au poste de pivot. L’hypothétique départ de Derrick Favors offrirait donc le poste d’ailier-fort titulaire à Jonas Jerebko, ce qui semble un peu léger dans la NBA actuelle, et ce même avec Gobzila à ses côtés dans la raquette.

Un dossier compliqué donc, qui devrait occuper l’esprit du management du Jazz au moins jusqu’à jeudi. Si on a compris la volonté de la franchise de voir Favors partir, on ne voit pas quelle bonne contrepartie le Jazz pourrait en tirer.

Source texte : ESPN

1 Comment

1 Comment

  1. Pierre

    7 février 2018 à 14 h 43 min at 14 h 43 min

    Zach Randolph, en échange de Favors et un 2ème choix de draft 2018 voir même un autre 2ème choix d’une autre année.
    Randolph est vieux maintenant, mais il a un contrat sur 2 ans garantie, salaire équivalant à Favors. Ceci permettrait d’avoir un bon vétéran si toutefois le Jazz va en playoff même si il ne vont pas loin (Zach pourrait kiffer rejouer en playoff), il pourrait aussi former un jeune AF récupéré à la draft par Utah l’année prochaine.
    Et puis Zach Randolph peut peut être amener de la valeur à l’équipe pour attirer de futurs agents libre.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top