Celtics

Rajon Rondo est soûlé de voir Boston honorer Isaiah Thomas : “Il a fait quoi là-bas ?”

rondo isaiah
Source image : montage youtube

Avant d’affronter les Celtics à Boston, dans son ancienne salle où il régalait à coup de gros caviars, Rajon Rondo en a lâché une pour un autre meneur de la maison verte. Isaiah Thomas bientôt honoré, comment ça ?

Oh la belle petite claquette envoyée sur la nuque du lutin des Cavs. On a déjà entouré le prochain match entre Cleveland et New Orleans (30 mars) avant même de réfléchir. Réinstallons le tout, pour bien comprendre d’où vient cette pique envoyée par le Double-R. Transféré cet été par le management de Boston, Isaiah voyait son épique aventure prendre fin, alors qu’il était le représentant des Celtics ces dernières saisons et venait de réaliser une campagne all-time sous la tunique verte. Par conséquent, avec un retour programmé une fois dans la saison et un Danny Ainge voulant faire les choses bien auprès de son peuple comme de son ancien joueur, un hommage était prévu pour Thomas dès sa première visite au TD Garden. Rendez-vous loupé début-janvier, on se retrouve le 11 février pour une double-teuf, puisque le maillot de Paul Pierce sera également retiré ce soir-là. Sauf qu’au-delà des discussions autour de la pertinence d’une soirée “partagée” et au-delà des demandes d’Isaiah à laisser cette nuit à “The Truth“, c’est apparemment l’hommage en lui-même qui a gavé Rondo, le meneur-vétéran s’exprimant avec un bon volume au micro de Bill Doyle du Worcester Telegram. Passé par la franchise pendant 8 saisons pour y gagner notamment une bague en 2008, Rajon connaît très bien l’histoire des Celtics et il pense qu’on en fait un peu trop autour d’Isaiah. Une finale de conférence et puis c’est tout ? En gros, voilà ce que souligne Rondo.

Rajon Rondo était agacé d’apprendre que les Celtics voulaient honorer Isaiah Thomas, n’importe quel soir. “Il a fait quoi là-bas ?”, demanda Rondo. En lui rappelant qu’Isaiah avait mené les Celtics en finale de conférence l’an passé, Rondo ajouta, “Oh, c’est donc ça qu’on célèbre par ici ?”

“Ce sont les Boston Celtics. On ne parle pas des Phoenix Suns, sans vouloir manquer de respect à toute autre franchise, on n’accroche pas les titres de conférences. Est-ce qu’on accroche au plafond le fait d’aller en finale de conférence ? Qu’est-ce qu’on accroche ici ?” Des bannières de titres, souligna quelqu’un. “Ok, cool,” termina Rondo.

Il est clair que, si on prend l’histoire de Boston, ce qu’ont accompli les Celtics d’Isaiah n’a pas été renversant en comparaison avec les autres armées légendaires de la franchise verte. Mais l’hommage en question ne concerne pas vraiment les accomplissements collectifs, le niveau d’excellence atteint par un groupe, ou quoi que ce soit de lié à la performance globale. Il s’agit d’un peu plus que cela, quand on revoit notamment le contexte des Playoffs de 2017 et la campagne individuelle incroyable de Thomas, son ascension vers les sommets puis son départ. Rondo est bien placé pour le savoir, c’est lui qui tenait d’abord tête aux Celtics avant de se blesser au premier tour avec les Bulls. Menant la série 2-0, Chicago s’inclina 4-2 et la combativité d’un Isaiah en deuil était un moment inoubliable pour tout fan du Massachusetts qui se respecte. La persévérance du joueur, son leadership, le fait de reprendre la 1ère place de la Conférence Est, les money-time fabuleux, c’est tout cela qui fait qu’un petit hommage a sa place. On ne parle pas d’une explosion de confettis et une mi-temps de 40 minutes, juste un geste qui prend aussi en compte le fait que la séparation a été incroyablement brutale. Bombardé à Cleveland contre toute attente, Isaiah a eu le coeur déchiré comme nombreux de ses supporters, c’est aussi en cela qu’une délicate attention a toute son importance. Quoi qu’il en soit, ça devrait être repoussé car Thomas lui-même a demandé à ce que le 11 février soit dédié à Paul Pierce. Voilà qui calmera peut-être un poil l’ami Rondo…

Rajon n’a jamais hésité à dire tout haut ce qu’il pense, et il est vrai que les accomplissements d’Isaiah n’ont pas été à la hauteur de ses Celtics monstrueux à la fin des années 2000. Mais on ne parle que d’une vidéo et une standing ovation, pas plus. Et oui, Thomas mérite au moins cela, pour tout ce qui s’est passé avec lui à Boston.

Source : Worcester Telegram 


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top