Sixers

La prolongation contractuelle de Joel Embiid : un cauchemar inévitable pour les Sixers ?

Joel Embiid
Source image : YouTube

Certaines équipes savent très bien que la deadline du 16 octobre sera déterminante pour eux. Les Sixers sont par exemple concernés, avec un dossier Joel Embiid qui va commencer à sentir le brûlé…

On parlait du Thunder ce lundi, et de leur difficile position sur l’affaire Russell Westbrook. Pas le même joueur, pas le même contexte, mais une date butoir qui approche et pourrait bien jouer des tours dans les relations entre certains athlètes et leur franchise. C’est le cas du phénomène camerounais, qui a émerveillé les fans de Philly toute la saison dernière et est attendu de pied ferme dès la rentrée. Embiid a des affaires à reprendre, celles entamées fin-2016 et qui auraient presque pu lui valoir un spot chez les All-Stars à l’Est. Seul problème, Joel et les Sixers sont censés se rassembler prochainement pour discuter prolongation de contrat. Et quand on sait que la franchise pourrait être poussée à lui offrir près de 100 millions de dollars sur les quatre années à venir, la tension monte. D’un côté, un pivot bourré de talent mais bourré de points d’interrogation sur sa santé, et de l’autre, une équipe pleine de joueurs excitants mais loin d’avoir envie de tout craquer sur un seul homme. Au milieu de tout ça ? Les fans, évidemment, mais aussi le proprio Joshua Harris, l’agent d’Embiid, et tout un tas d’autres acteurs qui rendent ce bordel encore plus… bordélique. Prolongation proposée ou pas, la situation est en tout cas flippante aujourd’hui, car Joel pourrait tout à fait prendre la mouche et partir de Philly par la suite.

“Il a le public de son côté,” a indiqué une source au sein de la Ligue. “C’est un cauchemar pour les Sixers, d’un point de vue RP.”

“Ecoutez, je dirais juste qu’on souhaite avoir Joel dans cette équipe pendant longtemps. On veut tous grandir et vieillir ensemble.” – Joshua Harris, propriétaire des Sixers

Là est toute la question devant laquelle les Sixers se retrouvent aujourd’hui. Comme mentionné par le passé, il existe deux véritables camps dans lesquels on peut se poser. Il y a ceux qui croient en Embiid sur la durée, estiment que ses pépins physiques sont derrière lui, demandent de revoir son impact sur une trentaine de matchs et affirment qu’aucun autre joueur a autant de capacités à mener Philly le plus loin possible. Cependant, il y a l’autre camp. Ceux qui croient que Joel va nous faire une Greg Oden, que son dossier médical est bien trop lourd pour miser autant d’argent dessus, qu’il y a suffisamment de joueurs talentueux pour prendre ses sous par la suite et qu’il ne faut pas gâcher le boulot de Sam Hinkie ainsi. Dur dur de faire son choix, celui-ci tournant évidemment autour de cette foutue santé qui a pénalisé Embiid depuis trois ans. Lorsqu’il joue, le bonhomme est incontestablement un joueur à salaire max, tant son potentiel est effarant. Mais on dit bien “lorsqu’il joue”, et quand vous n’avez participé qu’à une trentaine de rencontres en trois ans, ça pique. Il faudra donc voir ce que les Sixers vont décider de faire, entre miser sur le mode YOLO et blinder Joel, ou bien risquer de mal s’entendre avec le phénomène, au point de le voir partir contre peanuts dans quelques mois.

Fabuleux sur la demi-saison jouée l’an dernier, Joel Embiid fait fantasmer les fans de Philly mais transpirer les dirigeants des Sixers : un véritable casse-tête, mais qu’il ne faudra plus ranger dans le tiroir car le 16 octobre arrive à fond la caisse…

Source : Bucks County Courier Times


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top