Playoffs NBA

Retour sur le Game 1 des Finales NBA de 2015 : victoire des Warriors pour une première à l’Oracle

Jamais deux… sans trois. Pour ces troisièmes Finales NBA consécutives entre Cavs et Warriors, on profite de la pause pour revenir sur les deux derniers opus : tout de suite, le Game 1 de la cuvée 2015.

Attention, on se mouille la nuque car le scénario semble à des années lumière de ce qu’on vit aujourd’hui. Sur le banc des Cavs ? David Blatt, l’entraîneur fait ses débuts en NBA avec un LeBron de retour chez les Cavs, l’animal souhaite offrir un titre à sa ville mais la mission semble tendue. En effet, avec un Kevin Love blessé à l’épaule et un groupe qui va perdre Kyrie Irving sur ce Game 1, l’équipe de Cleveland est plus cabossée que jamais. Le meneur parviendra tout de même à se faire remarquer sur cette première rencontre, nettoyant le lay-up de Stephen Curry pour la gagne et scorant 23 poins pour les Cavs. Malheureusement, sur une vilaine glissade, le All-Star sera forcé à devoir quitter les siens pour la rencontre… ainsi que le reste de la série. Difficile pour Iman Shumpert et Timofey Mozgov – à l’époque titulaires – de pouvoir tenir sous la pression. LeBron est au four et au moulin avec 44 points, J.R. Smith tente d’allumer la mèche à distance, mais c’est trop court pour la franchise de l’Ohio, collectivement parlant. Des limites qui seront plus criantes que jamais en prolongation, la profondeur d’effectif des Warriors faisant la différence au bout.

Car en face, c’est la teuf complète à Oakland. Un premier match de Finales NBA dans l’histoire de la franchise depuis 40 ans, y’a de quoi faire péter le champagne. Stephen Curry et Klay Thompson font admirablement le job en plantant 47 points pour leur première au sommet, mais c’est surtout Andre Iguodala qui commence à faire fort en ajoutant 15 points en sortie de banc et une défense suffocante sur LBJ. L’ailier ne sait pas encore qu’il sera plus tard nommé MVP des Finales, mais son impact se ressent déjà et c’est en donnant confiance à Harrison Barnes dans le corner que le sort de ce Game 1 se joue. Tout seul et ouvert pour crucifier les Cavs, l’ailier n’hésite pas un seul instant et envoie une flèche qui met un terme aux espoirs de LeBron et ses potes. Tel un signe d’une rivalité naissante et qui va prendre des proportions mythologiques quelques mois plus tard, cette première bataille entre Cleveland et Golden State est tout ce qu’on pouvait espérer : intense, physique, avec du blabla et un finish à couper le souffle. Victoire des Warriors, Steve Kerr serre le poing pendant que David Blatt baisse les yeux. L’entraîneur des Cavs le sait, il ne vient pas de perdre la rencontre seulement, il a aussi perdu son meneur de jeu et se retrouve déjà dos au mur avant le Game 2.

Ce Game 1 fût peut-être oublié par de nombreux fans, notamment à cause des grands moments qui suivront entre ces deux équipes, mais Kyrie Irving se souvient parfaitement de ce 4 juin 2015 : le meneur utilisera sa tristesse comme un élément moteur, pour revenir encore plus fort l’année suivante.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top