Old-School

Le jour où Vince Carter fut élu Rookie de l’Année avec 96% des voix : Vinsanity pas loin de l’unanimité !

Vince Carter Rookie

La Vinsanity fut quasiment instantanée.

Source : YouTube / Rookie of the Year Documentary

En 1998, au soir de la Draft, les Raptors ont sélectionné Vince Carter en cinquième position, devant Dirk Nowitzki (9ème) et Paul Pierce (10ème). Cousin d’un certain Tracy McGrady qui vient de finir son premier exercice NBA au Canada, Carter va en imposer d’entrée au sein de l’escouade de Toronto. Et, à peine un an plus tard, le 26 mai 1999, il se verra récompensé du titre de Rookie de l’Année en obtenant quasiment la totalité des voix. Retour sur la saison initiale d’une légende de la Grande Ligue… 

Ce jour-là, ni le grand public ni les observateurs avertis n’ont encore vraiment pris conscience du phénomène que le jeune Vince allait devenir. Certes, il a déjà écrasé quelques dunks monumentaux, en profitant pour faire admirer sa fabuleuse détente et son incroyable équilibre dans les airs, mais il n’est encore qu’un petit jeune dans une ligue alors dominée par quelques gros molosses ayant pris le relais de Michael Jordan. On pense ici à Shaq, au vieillissant mais MVP Karl Malone sans oublier Tim Duncan qui est en passe d’emmener les Spurs vers une bague pour la première fois de leur histoire. Toujours est-il que cette première année chez les grands s’est donc passée sans encombre pour celui qu’on ne tardera pas à surnommer Half Man Half Amazing.

Il a été titulaire au poste 3 lors de 49 des 50 matchs d’une saison écourtée par un lockout imposant. Et même s’il a dû patienter jusqu’en février 1999 pour faire ses débuts en NBA, Carter a tout de suite envoyé de très belles moyennes statistiques pour un petit nouveau. 18,3 points à 45% au tir, 5,7 rebonds, 3 passes décisives, 1,5 contre et 1,1 interception en 35 minutes par soir. Sérieux le Vince ! Les Raptors – qui ne sont que dans leur quatrième saison depuis la création de la franchise en 1995 – ne verront pas les Playoffs. Mais les dirigeants savent qu’il va leur falloir du temps et ils ne peuvent que se féliciter d’avoir récupéré un tel prodige. Un prodige qui vient d’envoyer six double-doubles et qui a passé la barre des 30 points à trois reprises dont une pointe à 32 points face aux Rockets le 25 mars 1999 et ce, sur malgré la défense d’un vieux briscard du nom de Scottie Pippen. Le tout avec un sympathique 360 dans le match.

Impressionnant

Fort de cet exercice bien rempli individuellement, Vince Carter a donc été élu Rookie de l’Année. Sur les 118 votants, 113 ont voté pour lui. Ce qui a donc fait de lui le ROY avec 95,8% des voix ! Sur les cinq autres voix, trois ont échoué à Jason Williams et deux à Paul Pierce. Par la suite, Vinsanity va s’appuyer sur cette première saison très lourde pour enchaîner les dix suivantes – à Toronto et à New Jersey – à largement plus de 20 points de moyenne et avec des pourcentages au tir très sérieux.

On a tendance à l’oublier parfois car il est en train de nous offrir une fin de carrière de grande classe alors qu’il a dépassé les 40 ans et fait encore bonne figure sur les parquets. Mais le jeune Vince Carter était un marsupilami incomparable, un destructeur de cercle monté sur ressort et qui a instantanément crevé l’écran quand il a débarqué sur les parquets NBA. 

Les 10 plus belles actions de sa saison de rookie


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top