Old-School

Hospice Ranking – balle orange et genoux qui grincent : Vinsanity mène la danse des briscards

Hospice - Vince Carter

Si vieux et encore tellement jeune…

Source : YouTube / NBA

Ils sont 10. Ils sont les plus vieux joueurs encore en activité en NBA cette saison. Pour eux, la trentaine est déjà un lointain souvenir, la vingtaine un temps dont ils se souviennent à peine et la quarantaine, une réalité qu’il va leur falloir bientôt affronter. Pourtant, ils sont toujours là, fidèles à leurs postes, prêts à faire profiter les plus jeunes de leur grande expérience voire apporter un sacré bel écot sur les parquets. Une fois par mois, nous vous proposerons un point sur la forme de ces gars tout aussi proches de l’hospice que des parquets… 

Ici, il sera donc avant tout question d’âge, de petites blessures qui empoisonnent la vie, d’articulations capricieuses et de lignes de stats pas toujours flamboyantes voire faméliques. Mais il sera aussi question de passage de relais, de légende parfois et toujours de longues carrières. Par conséquent, même si le ton sera moqueur à l’occasion, une grosse dose de respect transpirera forcément dans ces quelques lignes.

Note importante :  il faut avoir participé à au moins un match pour avoir l’honneur d’entrer dans ce classement.

— Stats arrêtées au 24 novembre 2016 —

Catégorie : Forever Young

forever-young

Ne pas vieillir ! Elle est là la solution ! (Image : affiche du film)

# Vince Carter

  • Âge : il aura 40 ans le 26 janvier prochain. Il est le doyen des joueurs en activité.
  • Expérience : 19ème saison NBA, 1289 matchs de régulière dont 954 en titulaire, 82 matchs de Playoffs dont 60 en titulaire. A vécu au-dessus du cercle pendant plus de 10 ans.
  • Stats 2016-2017 : 9,7 points à 42% au tir dont 31,6% derrière l’arc, 4 rebonds, 1,9 passe décisive en plus de 28 minutes.

Vince Carter se nourrit-il d’un élixir de jouvence dont lui seul connaîtrait l’existence ? A-t-il rencontré un médecin ou un chercheur ayant un remède miracle pour lutter contre le vieillissement ? En tous cas, après deux saisons compliquées, le swingman nous montre qu’il peut encore faire mieux que tenir le coup à très haut niveau puisqu’il est le remplaçant le plus important des Grizzlies avec Zach Randolph. Ce début de saison de Vinsanity est un exemple en termes d’hygiène de vie, d’humilité et de professionnalisme pour un vieux briscard qui n’a plus rien à prouver. Plus vieux joueurs de l’histoire à avoir posé 20 points en sortie de banc (deux fois déjà depuis le début de l’exercice), il est du genre à améliorer encore ce record cette saison. Impressionnant.

# Jamal Crawford

  • Âge : 36 ans et 249 jours.
  • Expérience : 17ème saison NBA, 1116 matchs de régulière dont 432 en titulaire, 62 matchs de Playoffs dont 1 en titulaire. Fournisseur officiel de paniers à 4 points et de shake and bake depuis 2000. 
  • Stats 2016-2017 : 11,2 points à 40,6% dont 32,8% derrière l’arc, 1,5 rebond, 2,1 passes décisives en 24 minutes.

Il a le même visage que quand il jouait à New York au milieu des années 2000. Il a d’ailleurs toujours le même jeu. Jamal est un scoreur et même s’il va moins vite et peut donc de moins en moins défier ses adversaires directs en un contre un, il parvient encore à planter plus de 11 unités par soir. Ceci fait de lui le cinquième joueur le plus utilisé par Doc Divers. Régulièrement, on se dit que ça se complique pour Crawford et il débarque avec sa quinzaine ou sa vingtaine de points en sortie de banc pour faire la différence au sein de ces Clippers qui sont sur de superbes bases en ce début de saison. Discret mais très sérieux.

Catégorie : Papy fait de la résistance

papy-fait-de-la-resistance

Et ouais, ça se complique mais papy est encore là ! (Image : tirée du film)

# Manu Ginobili

  • Âge : 39 ans et 119 jours.
  • Expérience : 15ème saison NBA (mais pro depuis l’âge de 18 ans). 937 matchs de régulière dont 349 en titulaire, 197 matchs de Playoffs dont 52 en titulaire. Génie de la passe, génie tout court, génie du flop.
  • Stats 2016-2017 : 7,6 points à 39,6% au tir dont 41,9% derrière l’arc, 2,7 rebonds, 2,3 passes décisives et 1 interception en 19 minutes.

Popovich l’adore. Popovich a fait en sorte de le retenir une année de plus à San Antonio et ce, à grand frais. Tout est est plus compliqué désormais pour Manu puisqu’il est de moins en moins apte à pénétrer de manière chaloupée comme il nous a habitué à le faire mais le gaucher argentin trouve encore le moyen de peser sur un match, en créant pour ses coéquipiers, en prenant ses responsabilités. C’est sa dernière saison très vraisemblablement mais il n’est pas en train d’en faire n’importe quoi.

# Jason Terry

  • Âge : 39 ans et 70 jours.
  • Expérience : 18ème saison NBA, 1293 matchs en régulière dont 675 en titulaire, 115 matchs en Playoffs dont 64 en titulaire.  Pilote de Jet et tireur d’élite. 
  • Stats 2016-2017 : 4 points à 40,5% au tir dont 37,5% de loin, 1,4 rebond et 1,4 passe décisive en 18 minutes.

Utilisé avec parcimonie mais de manière régulière par son coach – et ancien compagnon de campagne pour le titre – Jason Kidd, Jason Terry s’applique à chaque fois qu’il rentre sur le parquet. Son rôle est clair. D’un point de vue purement technique, il apporte sa qualité de shoot (2175 tirs primés en carrière, 3ème all-time, ça cause) pour espacer au mieux l’attaque des Bucks. Et d’un point de vue mental, il est aussi là pour encadrer, guider les jeunes Daims du groupe de Milwaukee. Ce n’est pas facile mais le Jet résiste bien.

# Dirk Nowitzki

  • Âge : 38 ans et 158 jours.
  • Expérience : 19ème saison NBA (mais pro depuis l’âge de 16 ans), 1344 matchs en régulière dont 1313 en titulaire, 145 matchs de Playoffs, tous en titulaire. Capable de boire un mètre de bière cul-sec et de planter des gros 3 après. 
  • Stats 2016-2017 : 11,5 points à 34,7% au tir dont 29,7% derrière l’arc, 6,5 rebonds et 1 passe décisive en 26 minutes.

Oh que c’est difficile pour le grand Dirk en ce début de saison. Il n’a joué que 4 matchs et a proposé des stats au scoring bien inférieures à ses habitudes des deux dernières saisons, surtout au niveau des pourcentages de réussite. Pourri par une blessure au genou, l’Allemand n’a pas encore pu vraiment trouver le moindre rythme. Il a joué le premier match puis a été absent lors des deux suivants, pour revenir participer à deux rencontres, se retrouver à l’infirmerie deux semaines. Il est revenu – normalement pour de bon – et n’a pu que poser 10 points à 3/10 dans une énième défaite des siens. Dur mais papy Dirk résiste. Son équipe a besoin de lui.

# Matt Barnes

  • Âge : 36 ans et 260 jours
  • Expérience : 14ème saison NBA, 870 matchs de régulière dont 344 en titulaire, 83 matchs de Playoffs dont 48 titulaire. Chef d’un gang mexicain dans une autre vie.
  • Stats 2016-2017 : 7,6 points à 38,1% au tir dont 33,3% derrière l’arc, 4,6 rebonds et 2,5 passes décisives en 26 minutes.

Si Dave Joerger fait de Mattou un des hommes de base de son banc c’est qu’il y a une raison et elle est assez simple. Du haut de ses 36 ans, Barnes apporte expérience, vice et activité à une second unit des Kings qui en a bien besoin. Il n’a jamais eu peur de quoi que ce soit ou de qui que ce soit, il aime défendre dur et réalise un début de saison très intéressant en Californie. Un coin qu’il connait bien puisqu’il a joué pour les quatre franchises de l’état.

Catégorie : Six Feet Under

Six feet Under

Là, ça se gâte… (Image : tirée de la série)

# Chris Andersen

  • Âge : 38 ans et 140 jours.
  • Expérience : 15ème saison NBA, 688 matchs de régulière dont 45 en titulaire, 73 matchs de Playoffs dont 2 en titulaire. Tatoueur professionnel.
  • Stats 2016-2017 : 2,4 points à 33% au tir et 2,4 rebonds en 7 minutes.

Recruté cet été par les Cavs pour compléter la rotation intérieure, le “Birdman” a évidemment accepté de venir jouer le chauffeur de banc chez le champion en titre. Son apport ne se limite aux quelques stats faméliques qu’il propose depuis le début de saison. Il participe à le vie du groupe et est toujours prêt à dépanner mais il s’agit bien de ça : dépanner.

# Metta World Peace

  • Âge : 37 ans et 11 jours.
  • Expérience :  17ème saison NBA, 971 matchs de régulière dont 838 en titulaires, 85 matchs de Playoffs, tous en titulaire. Défenseur massif, meilleur ami des pandas et spécialiste en Arts Martiaux. 
  • Stats : 1,6 points à 25% au tir dont 33,3% de loin.

Utilisé de manière très sporadique par Luke Walton, MWP passe plus de temps à cirer le banc des Lakers qu’autre chose. Que leur apporte-t-il ? On est en droit de se le demander. On aurait voulu croire qu’il pouvait encore résister mais non, c’est bien six pied sous terre et sous les parquets que se situe aujourd’hui la carrière de Ron Ron.

# Mike Miller

  • Âge : 36 ans et 279 jours.
  • Expérience : 17ème saison NBA, 1015 matchs de régulière dont 570 en titulaire, 94 matchs de Playoffs dont 21 en titulaire. Chiropracteur diplômé et sniper.
  • Stats : 3 points à 75% au tir (et en 4 tirs) dont 75% de loin en 3 matchs et 4 minutes de moyenne.

Il a re-signé cet été pour deux ans avec les Nuggets mais a bien du mal à faire le roster car il est en permanence ennuyé par des pépins de santé. Dommage car les Pépites ne cracheraient pas sur un peu d’expérience et d’adresse extérieure en sortie de banc. La suite s’annonce très compliquée pour Mike s’il ne retrouve pas un minimum de condition physique.

Catégorie : La Momie

Arrête Paulo, on t'a reconnu... (Image : tirée du film)

Arrête Paulo, on t’a reconnu… (Image : tirée du film)

# Paul Pierce

  • Âge : 39 ans et 42 jours.
  • Expérience : 19ème saison NBA, 1320 matchs de régulière dont 1278 en titulaire, 163 matchs de Playoffs dont 159 en titulaire. Tueur à gage, faux-lent, vrai monstre. 
  • Stats : 5,5 points à 66,7 % au tir dont 60% derrière l’arc en 2 matchs et 8,5 minutes de moyenne.

Et oui, Paulo n’a participé qu’à deux matchs depuis le début de saison. Après avoir raté toute l’entame de l’exercice, il a rejoint les siens sur les parquets ces jours derniers. Pourra-t-il revenir à un niveau qui lui permettrait de trouver des minutes au sein d’un effectif lourd comme celui des Clippers ? Pas gagné, loin de là même. Mais il ne faudrait surtout pas sous-estimer la force et la volonté de cette momie de la balle orange. Tant qu’il sera dans le coin et que le tombeau ne sera pas bien refermé il faudra compter avec lui…


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top