Pacers

Paul George a bien choisi son timing : et si PG13 nous lâchait une grosse fin de saison ?

Dans la victoire des siens à Atlanta hier soir, Paul George a étalé tout son talent sur la rencontre et donné une potentielle preview de sa fin de saison à venir : il est enfin arrivé, le PG13 qu’on attendait ?

Cela faisait longtemps qu’on ne l’avait pas vu ainsi. Totalement en rythme, bien dans ses pompes et se nourrissant de l’hostilité locale, Pidji se régalait face aux Hawks et nous régalait par la même occasion. Car ce félin capable de scorer dans n’importe quelle position, ce leader attirant toute la défense afin de créer le tir de la gagne pour un copain, on souhaitait le voir depuis le début de saison. Numériquement parlant, au-delà de ses 34 points à des pourcentages divins (12/19 au tir dont 6/9 de loin), c’est dans l’aisance et l’attitude que le franchise player de l’Indiana nous faisait ronronner. Cette année, il n’avait passé la barre des 34 unités qu’à deux reprises. Question d’adaptation à un nouveau coach ? Et à un nouveau système ? Envie de mettre ses copains en avant ? Burnout suite à un été des plus actifs ? En cherchant des raisons, on en oubliait même son titre accordé avant le début de cette campagne, celui de deuxième meilleur joueur de la Conférence Est derrière un cyborg d’Akron.

Mais finalement, c’est peut-être toutes ces rumeurs autour d’un départ qui l’ont soûlé plus qu’autre chose. Et maintenant qu’il n’y a plus rien à faire ou dire, si ce n’est regarder l’animal exceller au basket, il est probablement temps de rappeler à la concurrence de qui parlons-nous. Actuellement en sixième position, les Pacers peuvent soûler du monde au premier tour des Playoffs, et notamment la paire Toronto – Washington qui ne voudra pas affronter un PG en préchauffage sur ces dernières semaines de régulière. Si les Wizards peuvent dormir tranquille en sachant qu’ils ne rejoueront pas Indiana, les Raptors auront eux trois occasions de tester la bête sur ce dernier virage. Et c’est d’ailleurs celui-ci, de virage, qu’on va devoir regarder avec attention. Car sur les 20 derniers matchs de la régulière ? Paul George va avoir droit à un programme des plus chouettes, pour se préparer aux Playoffs : 3 matchs face à des équipes proposant un des 8 meilleurs bilans de la Ligue, 12 contre des équipes proposant un des 15 pires bilans. L’occasion idéale pour lui de scorer à nouveau comme un grand, ne plus faire attention aux bruits de couloir, laisser son corps dicter ses envies et remonter les siens dans le classement. Il reste encore de la place, et Paulo a montré hier soir qu’il avait envie de s’insérer dans ce petit espace.

Peut-être qu’on s’emballe, que ce n’était qu’un coup de chaud et que Paul George va encore nous frustrer en offrant des performances molles dans des défaites. Ou peut-être que le match d’hier était l’annonce d’un beau finish, durant lequel on verra un All-Star mettre une équipe sur ses épaules. Pile ou face, à lui de jouer.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top