Old-School

C’était il y a 10 ans : le Rookie Game 2007, quand David Lee donnait un peu d’espoir aux Knicks

Avant le Rising Stars Challenge qui aura lieu ce soir, il fallait bien revenir sur le… Rookie Game de 2007. Il y a 10 ans, les Knicks avaient le coeur qui battait pour un autre intérieur aux mains douces.

Chaque année, c’est la même. On regarde en arrière et on se demande ce que sont devenus ceux qui faisaient partie de la jeune élite, lorsqu’ils étaient invités au All-Star Weekend. Une tradition à laquelle on n’échappera pas, en prenant le temps de regarder cette fois ce que sont devenus certains clients. Car s’il y a bien un point intéressant à souligner, lorsqu’on revoit les images d’un David Lee portant les espoirs de New York sur ses épaules, c’est que la moitié des participants de ce match… ne sont plus en NBA. Une réalité qu’on oublie souvent, effectuer une longue carrière dans cette Ligue n’est pas donné à tout le monde. Une blessure, un pépin, un transfert et on se retrouve vite laissé sur le côté. Jugez plutôt les garçons qui sont encore avec nous aujourd’hui, et ceux qui sont loin d’avoir un contrat ou un espoir.

  • Encore en NBA : Chris Paul, Andrew Bogut, Randy Foye, Deron Williams, Rudy Gay, Paul Millsap, Monta Ellis, Raymond Felton et David Lee.
  • Hors du circuit-NBA : Brandon Roy, Andrew Bynum, Adam Morrison, Jorge Garbajosa, Andrea Bargnani, Marcus Williams, Luther Head, Danny Granger et Jordan Farmar.

Le dernier mentionné est encore un peu dans le coin, en faisant ses tests de 10 jours dès que possible, mais lointaine semble l’époque durant laquelle Farmar était une pépite des Lakers en développement. Pareil pour David Lee, qui lui est tout de même devenu All-Star par la suite, mais était royal sur ce Rookie Game 2007. Avec 30 points, 11 rebonds et 4 passes à 14/14 au tir (!)le gaucher des Knicks se baladait comme à l’entraînement. Maintenant qu’on voit les galères de New York, on se dit finalement que c’était un peu la bonne époque… Ce flashback nous permet également de nous souvenir des espoirs des Pacers placés sur Granger, lui aussi devenu All-Star, du statut de star que Brandon Roy était en train de développer à Portland, tout comme les promesses de grandeur faites par Memphis avec un certain Rudy Gay. Oui, c’était bien la bonne époque, Morrison scorait à outrance, Bargagni était considéré comme le nouveau Dirk, Bynum avait deux genoux et Felton deux hanches fines. Le match ? Remporté très largement par les adultes (sophomores) devant les enfants (rookies), sur le petit score de 155 à 114.

Doux souvenirs, de cette année 2007 durant laquelle on s’extasiait autour de Brandon Roy, des capacités d’Andrea Bargnani, du petit potentiel de Chris Paul et le scoring de David Lee. Qui sait, peut-être que ce soir, on verra un joueur peu attendu qui deviendra ensuite un Hall of Famer…


1 Comment

1 Comment

  1. Grégory Gébelin

    17 février 2017 à 10 h 42 min at 10 h 42 min

    On dirait de la science-fiction, Ray Felton qui monte au dunk aussi facilement !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top