Timberwolves

Les Wolves mettent un stop aux Rockets : fin de série pour Houston, dans la gueule du loup

Andrew Wiggins

RRRRAOR.

Source image : NBA League Pass

Houston se ramenait dans le Minnesota avec 9 victoires de suite au compteur ? Merci, au revoir, signé les jeunes Wolves qui se sont offert un beau petit morceau à domicile ce mercredi (119-105).

Voilà le genre de victoire qui pourrait servir de bonne grosse brique sur laquelle se poser, afin de bosser la suite. Lors de leur dernier match, les poulains de Tom Thibodeau s’étaient imposés face aux Mavs et c’est Karl-Anthony Towns qui avait donné le ton d’entrée en claquant la vingtaine de points dès le premier quart. Une façon de pousser sa gueulante, ou plutôt son miaulement comme l’aiment dire certains, pour réveiller ses troupes et leur rappeler leur potentiel. Seulement, avec tout le respect qu’on a pour Dirk et son équipe, la venue des Rockets représentait un tout autre challenge, et ce même en voyant James Harden se présenter en back-to-back. En effet, le barbu et ses potes avaient joué la veille à domicile et ce sont les Hornets qui avaient pris tarif, un petit triple-double en tapant la barre du 40-10-10 pour la deuxième fois consécutive. Ce genre de chaleur qui vous réchauffe même un Minnesota glacial à cette période de l’année, et qui pouvait quand même congeler les jeunots de la région, eux qui devaient notamment se démerder sans un Zach LaVine blessé lors de la rencontre précédente. Des gamins ambitieux d’un côté, une équipe sur une grosse série de victoires de l’autre, de quoi se régaler pour un public ayant mal vécu la défaite en prolongation face à ces mêmes Rockets plus tôt dans la saison.

Et cette fois ? Payback comme dirait l’autre. Towns avait peut-être donné le ton contre Dallas, mais c’est bien Andrew Wiggins qui prenait le relais en claquant 15 points rien que dans le premier quart, de quoi permettre aux siens de démarrer leur partie avec confiance. Comme prévu, Houston recolle au score dans le second quart, et là se présente le challenge préféré des fans du Minnesota, ce putain de troisième quart. Celui qui a joué des tours plus d’une fois aux enfants de Thibs depuis le début de saison, quand ce n’était pas l’exécution du quatrième. En verrouillant le secteur intérieur grâce aux épaules de KAT, Dieng, et le renfort apporté par Muhammad ainsi que Bjelica, les Wolves faisaient encore mieux qu’éviter un éclat en sortie de vestiaire… ils calaient même un bon petit 34 à 23 aux visiteurs du soir, qui pensaient pouvoir se rattraper dans le money-time. Seulement, avec un Ricky Rubio solidissime à la baguette (17 passes décisives, record de franchise) et une défense texane qui était littéralement restée à Houston, les hôtes en profitaient pour terminer le business et l’emporter devant un public conquis.

Peut-être que les Rockets se cacheront derrière l’excuse du back-to-back et d’une longue série de victoires pour tenter de justifier ce revers en déplacement, mais les Wolves en profiteront sans laisser la moindre miette. Car battre un gros, à la maison, sans un gros membre du cinq majeur, et sans trembler en deuxième période, c’est un bon signe de progression pour les jeunes loups.


Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top