Rockets

Les Rockets n’ont aucun respect : 140 points sur les Clippers, triple-double en marchant pour Harden

Le scénario était déjà écrit, il fallait juste les bons acteurs pour le mettre en vie. Face à des Clippers orphelins de leurs deux meilleurs joueurs, les Rockets n’ont pas eu pitié de leur adversaire et ont fait un carton à la maison. Score final : 140… à 116.

Prendre 116 points dans la gueule mais gagner de plus de 20 points ? Voilà le genre de formule qui définirait bien Mike D’Antoni, lui qui a lâché ses chevaux avec plaisir sur les visiteurs du soir. D’entrée, on savait que ça allait être compliqué pour DeAndre Jordan et ses potes, eux qui devaient déjà faire sans Blake Griffin depuis quelques rencontres mais apprenaient également que Chris Paul serait absent de la partie. Autant dire que pour Trevor Ariza et ses potes, voir Wesley Johnson et Austin Rivers dans un cinq majeur leur filait quelques bons point de côté. D’ailleurs, ce dernier réalisait l’un des temps forts du match, en se faisant expulser en première mi-temps. Sur une action qu’on développera en détail dans un autre article, l’arrière rentrant en contact plus que rapproché avec un arbitre, le fils du Doc est prié de rejoindre les vestiaires et les Clippers sont donc déjà dans le cercueil. Mais parce qu’une belle soirée ne peut se passer dans la franchise de Los Angeles sans une seconde expulsion, c’est le coach qui rejoindra son fiston lors du temps-mort suivant, Doc devant quitter le terrain et laissant ainsi son équipe dans une merde noire. Merde que Raymond Felton et Marreese Speights nettoieront efficacement avec une belle tentative de comeback en seconde période, mais leurs efforts étaient bien trop tardifs et l’écart de niveau bien trop grand pour que les Clippers espèrent créer la surprise.

La preuve ? Avec un large avance réduite à six petits points, les visiteurs verront James Harden et Montrezl Harrell dérouler pick and roll sur pick and roll, afin de punir la couverture californienne. Pour le premier ? Un nouveau triple-double sans forcer (30-13-10 en ne prenant que 15 tirs). Pour le second ? Un match record en carrière avec 29 points et des finitions toujours aussi féroces, le public du Toyota Center se régalant devant la dynamite envoyée en sortie de banc. Quand vous prenez un barbu en TD, un marsupial qui finit tout sous les arceaux, que vous ajoutez le plus grand total de lancers de la saison pour les Rockets (43) et que la pair Eric Gordon – Trevor Ariza continue son bombardement habituel, vous obtenez un total effarant dans le temps réglementaire. Cent… quarante… points ! On n’était pas encore le 31 que les feux d’artifice étaient déjà déclenchés dans le Texas. Et parce qu’il faudra bien terminer l’année civile sur une bonne note, les hommes de D’Antoni accueilleront les Knicks, qui ont perdu cette nuit à New Orleans. Autant dire que même si New York a de fortes chances de montrer un visage plus combatif que celui proposé ce vendredi, le message envoyé par les Rockets fût clair contre les Clippers. Allô Houston ? Oui, si vous ne défendez pas on risque de vous en mettre une bonne.

Balade de santé et ciment placé sur cette troisième place de la Conférence Ouest, dans son coin et sans faire trop de bruit le barbu texan est en train de faire la misère aux équipes qui osent se ramener dans son antre. C’est qu’avec le temps, moins on parle de sa défense… et plus on parle de MVP.

couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top