Grizzlies

Les Grizzlies torturent Golden State, 110 à 89 : on ne rentre pas comme ça dans la Grindhouse

Grizzlies

WELCOME TO THE GRINDHOUSE !

Source image : Twitter

La victoire surprise de la soirée nous vient évidemment du Tennessee, où les hommes de David Fizdale ont réalisé leur spécialité. Moins on a de chances de gagner, plus on va se défoncer : Warriors down !

La quatrième défaite de Golden State a donc eu lieu ce samedi, dans la Grindhouse de Tony Allen et compagnie. Depuis des années, le Grindfather jouait le rôle parfait du tonton grincheux qui bottait le cul des ignorants passant dans sa région, et hier soir le numéro 9 en a fait de même sauf qu’il a ajouté le scoring à son oeuvre. Un total de 19 points pour le vétéran qui se permettait même de rentrer son seul trois points tenté dans le corner, un beau majeur dressé devant le visage de Warriors peu adroits à distance, surtout les armes principales. En effet, avec un Run DTC terminant sa rencontre à 6/20 de loin mais en ayant surtout mis ses flèches lorsque l’écart était déjà trop important, il fallait que Steve Kerr puisse compter sur d’autres sources de scoring sauf que c’était la panne sèche ce samedi. Anderson Varejao transparent, Zaza et Iguodala absents, Draymond Green trop discret et les vétérans à la bourre, typiquement le genre de scénario qui allait devoir forcer les stars à surproduire sauf que pour une fois la gâchette était froide. Un énorme 31-16 pour Memphis dans le premier quart, suivi par un petit 30-22 avant la pause, les Grizzlies s’offraient même 30 points d’avance (68-38) avant de gérer le reste de la partie sans trembler du poignet.

On pensait pourtant que l’armée californienne allait faire sa spéciale, activer le moteur et soudainement caler un petit run du genre 32-6 ou 38-10, mais non. Non, hier soir David Fizdale avait suffisamment motivé ses hommes afin qu’ils ne craquent pas, et les contributions venaient de partout. Marc Gasol et ses 19 pions, Tony Allen également, 27 points pour le duo Zach Randolph + Jarell Martin, le travail de groupe des soldats du Tennessee payait enfin et c’est forcément tout un public qui prenait son pied. Car infliger une branlée aux Warriors ? Peu de monde en est capable aujourd’hui. Un semi-coup de fatigue allié à un back-to-back dans le Minnesota demain soir qui semblait accabler les visiteurs, mais il n’y avait pas besoin d’excuses pour que Memphis se régale. En validant un 6ème succès de suite, Andrew Harrison et ses collègues ont confirmé leur excellente forme actuelle en s’offrant le plus gros poisson de la mer. Parfait avant de se déplacer à Cleveland avec la ferme intention de s’imposer chez LeBron, puis de revenir de l’Ohio avec les pecs bombés puisque les Grizzlies joueront 5 de leurs 6 matchs suivants devant leur public. Tout ça, bien évidemment, sans Mike Conley, Vince Carter ou Chandler Parsons, mais bon vu que leur basket n’est pas flashy hein… comme dirait Klay Thompson, tranquille.

Sauf que le sniper d’élite et ses sbires sont tombés sur les étrangleurs les plus appréciés de la Conférence Ouest, ces foutus Grizzlies qui continueront à rider l’intensité et l’abnégation de ses plus grandes figures. Quand Tony Allen, Zach Randolph et Marc Gasol se donnent autant, tu peux être sûr que le reste du groupe suit et qu’un exploit devient vite envisageable : les Warriors l’ont bien compris.

cuverture


1 Comment

1 Comment

  1. astringues

    11 décembre 2016 à 19 h 23 min at 19 h 23 min

    La première branlée ils l’ont prise le 1er jour -29 vs les Spurs.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top