Hawks

Dwight Howard gueule sur ses coéquipiers et assume derrière : 23 points, 20 rebonds, victoire

Fâché de voir son équipe tituber depuis quelques jours, le pivot des Hawks a tapé une gueulante d’avant-match qui a tout de suite fait son effet : victoire d’Atlanta chez les Pacers, 96 à 85.

C’est le genre de réaction que le management de la franchise souhaitait voir, de la part de Dwight, en le signant cet été. Un vétéran respecté, qui était certes nouveau dans ce vestiaire, mais devait immédiatement s’intégrer dans la hiérarchie de Mike Budenholzer, afin d’aider les siens dans les grands comme les mauvais moments. Paul Millsap ? Efficace mais loin d’être le plus vocal. Dennis Schröder ? Vocal mais loin d’avoir le CV qui va avec. Et en l’absence de Kyle Korver, lui qui est souvent là pour donner la bonne direction à sa troupe, c’est Howard qui a pris les devants en rassemblant son équipe avant la rencontre chez les Pacers. Trois défaites de suite, chez les Hornets, les Knicks et face aux Pelicans, impossible d’aborder Thanksgiving avec un quatrième revers consécutif, ce qui a poussé Dwight à improviser.

“Je leur ai juste dit qu’il fallait se ramener avec une meilleure attitude générale que sur les derniers matchs. Le premier groupe doit apporter sa défense et on doit jouer avec beaucoup d’énergie. On doit mettre la pression sur l’adversaire dès le début du match.”

Et les paroles ? Howard les a suivies avec des actes. Un premier quart-temps intense, un nettoyage remarquable au rebond et une énergie qu’on n’avait pas vu depuis quelques jours, le pivot était infernal pour Myles Turner et ses potes, qui devaient encaisser un 31-24 géré par le reste de l’équipe dans la suite du match. Certes, les Pacers reviendront à un petit point en fin de troisième quart-temps, certes Paul George faisait son retour et Jeff Teague retrouvait son ancienne franchise, mais les mots de Dwight motivaient son vestiaire et tout le monde se remettait gentiment au travail. Sefolosha envoyé en mission sur PG13 (6/22 au tir), Millsap au four et au moulin (18-11-5-4-3), même le banc retrouvait son apport habituel sans traîner des pieds. C’est donc en grande partie grâce au numéro 8 que les Hawks ont pu retrouver la colonne des équipes victorieuses ce mercredi, et c’est ce type de comportement exemplaire que Budenholzer attend de la part de son pivot. Car même s’il n’est là que depuis quelques mois et qu’il doit encore trouver son rythme à Atlanta, Dwight n’a pas été signé une blinde pour uniquement prendre des rebonds et claquer des contres. Dans ce genre de spirale négative, celle traversées par les Hawks ces derniers jours, c’est à lui de l’ouvrir quand les mots de son coach ne sont plus aussi percutants. L’effet a fonctionné, son équipe a gagné, CQFD.

Avec 23 points et 20 rebonds dont 9 offensifs, un joli 10/12 au tir et un propre 3/5 aux lancers pour lui, Dwight Howard s’est comporté en leader, dans une équipe qui a besoin d’une vraie voix. Les Hawks peuvent profiter de la dinde sereinement, leur attitude générale a été retrouvée ce mercredi.

couverture

 


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top