Hornets

Brian Roberts est de retour à Charlotte : il n’y a pas que le foie gras dans la vie, il y a le pâté aussi

Brian Roberts

Le retour de Brian Roberts en Caroline du Nord ne va pas révolutionner la NBA mais ce sont parfois ces petits deals ou trades qui font la beauté de la NBA. Oh pis on va arrêter de se mentir, c’est vraiment de la merde en fait ce trade.

Dwyane Wade ? Kevin Durant ? Joakim Noah ? Rangez donc quelques minutes vos strass et vos paillettes et venez-donc faire un tour vers l’arrière-boutique, celle où les produits sont tellement pourris que vous y apercevrez sept ou huit étiquettes de prix différents.

Notre star low-coast du jour s’appelle Brian et n’est pas in the kitchen. Il est à Charlotte depuis peu, un coin qu’il connait bien pour y avoir déjà évolué il y a un peu moins d’un avant d’être envoyé du côté de Portland. 21 matchs plus tard et avec des stats de 2,9 points en six minutes de moyenne (paraît que le poste 1 est plutôt bien gardé dans l’Oregon), Brian Roberts est donc de retour chez la Mère Lolotte et sera à la lutte avec Ramon Sessions pour grappiller les minutes laissées libres par Kemba Walker. Ses 7 points et 2,5 passes par match en quatre saisons font de lui un vétéran (30 ans) capable d’apporter sur de courtes séquences, ce qu’il avait néanmoins du mal à faire la saison passée au relais de Damian Lillard. Un relai qui sera du coup assuré à Portland par le seul Shabazz Napier, si toutefois ce dernier se rappelle encore des règles du basket.

Pas une signature très clinquante donc mais le genre de joueur dont un squad a besoin pour faire souffler ses cadres. Jeremy Lin out, Ramon Sessions et Brian Roberts in, le deal pour les Hornets semble un peu négatif au premier abord. Mais en accordant de gros et beaux contrats à Nicolas Batum et Marvin Williams, les possibilités n’étaient pas non plus légion et c’est donc à Lidl qu’on va faire un  tour dans ces cas-là à défaut de faire le beau dans la galerie marchande de chez Auchan.

Le retour de Brian Roberts en Caroline du Nord ne va donc pas révolutionner la NBA mais ce sont parfois ces petits deals qui font la beauté de la NBA. Oh pis on va arrêter de se mentir, c’est vraiment de la merde en fait ce trade.

Source texte : oregonlive.com

Source image : fansided


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top