Suns

Les Suns vendent du rêve : encore une victoire, parfait pour défoncer sa place à la Lottery

En battant les Wolves hier soir (107-104), un concurrent direct dans les profondeurs abyssales de la Ligue, les Suns ont réduit un peu plus leurs chances de remporter le jackpot en juin prochain. Quitte à faire une saison dégueulasse, autant y aller jusqu’au bout.

Lorsqu’on avait vécu tous ensemble la fin d’année compliquée de Jeff Hornacek, avec des exemples comme la blessure d’Eric Bledsoe, Markieff Morris qui balance sa serviette ou les Sixers qui gagnent dans l’Arizona, le constat avait été simple, direct. Pas besoin de tourner autour du pot, il fallait raser le tout et repartir à zéro, avec du neuf et du jeune, quitte à s’enfoncer dans le classement. Et dans cette dynamique là ? De l’espoir, évidemment, puisqu’un joli choix de Draft allait pouvoir attendre la franchise de Phoenix. Ainsi, au début du mois de février, le plan se mettait sereinement à exécution, avec le renvoi de Jeff Hornacek suivi par le transfert de Markieff Morris contre du pain et une clope. Typiquement le genre de combo qui annonce un tanking pur et dur, les fans se préparant déjà à enchaîner les défaites tout en vérifiant les records de nullité dans leur propre histoire. Mieux encore, dès l’installation d’Earl Watson à la tête de l’engin, c’est tout un groupe qui suivra la marche en réalisant un perfect. Oui, un perfect, un mois de février quasi-perfect puisque les Suns perdront toutes leurs rencontres jusqu’au 25, soit une magnifique série de 13 branlées consécutives. On se disait donc que tout se passait bien, et qu’une place sur le podium serait assurée.

Sauf que depuis deux semaines, il semblerait que le plan ne soit plus trop respecté par certains, notamment au niveau de l’entraîneur qui fait tout simplement… gagner son équipe. Attention, loin de nous l’envie de faire l’éloge du tanking, une stratégie bien fourbe et qui est devenue aussi naturelle que de l’eau de source en Pennsylvanie, mais lorsqu’une franchise prend une direction et qu’elle n’arrive finalement pas à la respecter, on a un peu du mal. Ainsi, ce sont 4 victoires qui ont été validées en deux semaines, 3 victoires sur les 6 derniers matchs, un Brandon Knight de retour et qui a toutes les clés du bordel, bien suivi par des gars qui ont faim. P.J Tucker, Tyson Chandler, Mirza Teletovic hier pour la gagne, on adore ces légendes mais de là à battre deux fois Memphis, à pousser Golden State jusqu’au bout (?!) et à battre une équipe comme Minnesota qui est justement à la lutte au classement, c’est assez fort. Le point positif reste bien évidemment le développement de jeunes talents comme Devin Booker, dont l’évolution est royale depuis le début d’année 2016, simplement on aimerait que les fans de la franchise obtiennent un beau choix de Draft cette année et plus les victoires s’enchaînent moins les balles de ping-pong seront nombreuses. Deux fois les Lakers, Sacramento puis encore les Wolves pour finir le mois, que va nous concocter Watson dans son petit délire personnel ?

Ce n’est pas avec une ou deux victoires que la position de Phoenix va s’écrouler à la Draft, mais aujourd’hui ce sont les Nets qui ont autant de victoires que les Suns, sans oublier Minnesota qui peut doucement continuer à s’écrouler. Tanking ou pas tanking, il faut choisir. Mais une fois que le choix est fait, restez droit dans vos bottes les copains…

Couverture

Source image : Basketball Insiders

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top