Nets

Deuxième effet Kiss Cool : le départ de Joe Johnson entraine une baisse du prix des places à Brooklyn

Brooklyn nets barclays center joe johnson

Entre le spectacle proposé et la masse salariale qui baisse, le prix des tickets au Barclays Center ne sera plus le même la saison prochaine.

Alors que les Nets galèrent bien cette saison sans autre but que d’offrir un tour de Draft aux Celtics, la cellule marketing s’active. Première mesure : réduire le prix des billets pour assister à un match au Barclays Center. Il faut dire que le spectacle proposé ne vaut pas bien cher.

En débarquant à Brooklyn dans leur nouvelle salle, les hommes de Mikhail Prokhorov bénéficiaient d’un écrin dernier cri pour être mis en valeur. Par conséquent, le prix des tickets pour les voir jouer était loin d’être bon marché. Avec les arrivées successives de Deron Williams (présent avant le déménagement), Joe Johnson, Paul Pierce et Kevin Garnett, la masse salariale a explosé et il fallait bien récupérer quelque part des liquidités pour payer la luxury tax la plus élevée de l’histoire. Mais cette époque est révolue et la dernière page a été tournée cette fin de semaine avec le buy-out négocié avec Joe Johnson. Certes, il reste encore Brook Lopez qui émarge à grosso modo vingt millions la saison jusqu’en 2018, mais les émoluments globaux de la franchise vont être revus à la baisse.

Conséquence de cette réduction des coûts associée à un spectacle de qualité médiocre, c’est en moyenne une baisse de 24% qui est à prévoir pour la campagne d’abonnement et d’achat de billets des Nets pour la saison 2016-2017 qui est dans les tuyaux. Pas sûr que cela soit suffisant pour que le taux de remplissage de la salle reparte pour sa part à la hausse, mais cela pourrait permettre d’éviter que le Barclays Center sonne vide au cours des prochains mois. Avec moins de quinze mille spectateurs par rencontre, les Nets ne présentent que la vingt-septième affluence de la Ligue, bien loin des rêves de grandeur de Prokhorov, aussi bien sur les parquets que pour la partie business.

Merci à Sean Marks d’avoir négocié un bon prix pour libérer Joe Johnson, les économies ainsi réalisées profiteront donc aux habitués du Barclays Center.

Source : Bleacher Report

Source image : Slam Online


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top