MVP Rankings

MVP Rankings – Semaine 10 : entre Kawhi et LeBron, on se taquine avant le gros duel du 14

MVP

Ce mois de janvier sera particulièrement exquis pour ceux qui suivent la course au titre de MVP, les trois plus gros candidats se jouant en moins de 10 jours !

C’est le grand classement, celui qui crée tous les débats et provoque des guerres de plusieurs mois sur les réseaux sociaux. Les plus fat clients de la NBA se rassemblent dans le MVP Ranking, on décortique le tout pour la semaine à venir.

Ce qu’il y a d’agréable avec le mois de janvier, ce n’est pas forcément la perspective d’une nouvelle année pleine de surprises, de rebondissements, d’événements marquants et de leçons à retenir. Des fois, pour certains comme nous les drogués de la balle orange, le début d’année est aussi l’occasion de voir des gros clients se rentrer dedans, afin de tester la hiérarchie mise en place. Cela tombe bien, après deux mois de domination sans partage, Curry commence à sentir la fatigue s’installer et le phénomène jouera LeBron ainsi que Kawhi. Le genre de test qui a déjà été proposé et remporté le soir de Noël, sauf qu’une course de 6 mois ne se gagne jamais au bout de 8 semaines : Stephen le sait, nous aussi car on ne cesse de le scander, il faut finir. Et le virage qui sera proposé à la fin du mois nous permettra de mieux savoir où on en sera, entre trois bonnes résolutions flinguées et une mauvaise habitude récupérée.

Place Joueur Commentaire

1
(-)

Stephen Curry Tellement d’avance sur la concurrence que même des rencontres loupées frôlent à peine son genou. En parlant de jambes, c’est l’heure de sentir la fatigue s’installer après des mois de folie, heureusement que Draymond est là pour assurer le boulot car Curry a son tibia qui grince et le phénomène ne nous a pas mis sur le cul depuis quelques rencontres. Pas vraiment besoin en même temps, sauf dans deux semaines où le plus beau trio de plats de l’année sera servi à sa porte : LeBron, Kawhi et Butler en six jours, du barbecue chicken comme dirait le Shaq. PS : on passe enfin sous la barre des 30 points par match, fallait pas déconner…
Statistiques : 29,7 points, 5,5 rebonds, 6,3 passes et 2,2 interceptions à 51% au tir dont 44% de loin.

2
(-)

Kawhi Leonard Oui, on met cette image car peu de monde réalise ce qui se passe en terme d’efficacité cette saison chez la tarentule des Spurs : 52% au tir, 50% du parking et 89% aux lancers ? Mais si le type défend comme un mort de faim et qu’il commence en plus à scorer comme Kevin Durant, on déménage sur quelle planète ? San Antonio déroule, Kawhi déprime ses adversaires et tout le monde a déjà entouré le 14 janvier sur son agenda. Recevoir LeBron à la maison, c’est plus ou moins la meilleure mission de la saison pour lui. On a déjà des papillons dans le ventre.
Statistiques : 20,9 points, 7 rebonds, 2,7 passes et 2 interceptions à 52% au tir dont 50% de loin.

3
(-)

LeBron James
Le bonheur de pouvoir retrouver Kyrie Irving à fond la forme, c’est aussi le bonheur de ne plus avoir à jouer 38 minutes ou sauver les Cavs quand c’est la merde. Un peu de repos donc pour le cyborg qui aura lui aussi l’esprit bien focus en allant à San Antonio dans une semaine, un rendez-vous marquant mais qui sera suivi par la réception des Warriors à Cleveland. On sait que les récompenses individuelles et tout le tralala c’est plus trop son délire, mais s’il souhaite rappeler au reste de la Ligue que son équipe est déterminée à remporter le titre cette saison, c’est ce mois-ci. LeBron, y’a Kawhi et Curry dans le viseur, à toi de jouer.
Statistiques : 25,6 points, 7,1 rebonds, 5,9 passes et 1,5 interception à 49% au tir dont 27% de loin.

4
(-)

Russell Westbrook Alors qu’on aurait pu mettre Kevin Durant en avant, la tige s’est fracassé l’orteil contre une porte en regardant les statistiques d’Enes Kanter en défense et c’est toute une franchise qui s’est retournée vers Westbrook. Premier test ? Négatif sergent, une sale défaite face aux Kings avec un Russell un peu trop déterminé à vouloir tout faire, alors qu’il régale lorsqu’il veut jouer propre et laisse le match venir à lui. On devrait donc se régaler au niveau statistique lors des prochaines rencontres, des déplacements fort sympathiques à l’Ouest après avoir reçu les Grizzlies d’un Tony Allen déjà en train d’aiguiser ses couteaux. Beast mode activé, on veut du très grand RW.   
Statistiques : 25,3 points, 6,8 rebonds, 9,5 passes et 2,5 interceptions à 46% au tir et 30% de loin.

5
(+1)

Dwyane Wade
Voilà ce qui se passe quand on remporte son duel face à Paul George et qu’on termine le taff comme un grand à la maison. Wade n’est peut-être pas aussi impressionnant numériquement ou demandé que l’ailier des Pacers, mais quand ça compte l’ancien répond toujours présent et on ne compte plus les fins de matchs gérées par Flash. Comme certains ont pu le remarquer, le calendrier va commencer à se compliquer bien comme il faut, donc on lui file cette belle cinquième place avant de sortir les parapluies. Car vu ses pourcentages jusqu’ici, on ne préfère pas imaginer à la fin du mois, après un roadtrip bien relou… 
Statistiques : 18,5 points, 3,9 rebonds, 4,5 passes et 1,1 interception à 46% dont 24% de loin.

6
(-1)

Paul George

 

En feu dans la fin de match face aux Pistons, à tel point qu’il a brûlé la joue droite de Marcus Morris, l’homme-à-tout-faire d’Indiana n’est pas des plus efficaces en ce moment mais il semble retrouver son rythme de novembre, ce qui nous pousse à poser la question suivante : PG joue-t-il un mois sur deux ? Octobre et décembre dans le noir, novembre et début-janvier dans le vert, il faut se décider dès que possible. On verra surtout s’il peut maintenir ses Pacers dans les hauteurs de l’Est, car ça pousse bien comme il faut à l’arrière et C.J Miles s’est défoncé l’épaule. On redemande encore plus de Georgesanity.
Statistiques : 24,7 points, 7,7 rebonds, 3,9 passes et 1,7 interception à 42% au tir dont 41% de loin.

7
(+2)

Jimmy Butler Vous connaissez très bien cette tête, donc ne faites pas semblant. Impérial à Toronto, Jimmy a réussi à détrôner Sa Majesté sur un record qui était pourtant assez taquin, avec 40 points en une mi-temps..! Encore plus important, les Bulls sont sur 4 succès de suite face à des clients plus que correct, Melo et DeRozan n’ayant pu tenir face au pitbull de Fred Hoiberg. Et quand George est passé par là ? Une victoire de plus pour Butler, qui aura un beau rendez-vous en antenne nationale ce jeudi, face à Boston. On aurait pu le mettre devant PG, mais on attend de voir si les Celtics vont se reprendre une trentaine, auquel cas le nouveau spot sera attribué les yeux fermés.
Statistiques : 21,8 points, 4,8 rebonds, 3,7 passes et 2,1 interceptions à 46% au tir dont 33% de loin.

8
(-1)

Chris Paul

 

C’est dur de faire chuter Chris Paul d’une place, alors qu’il ne perd aucun match cette semaine et contrôle ses Clippers à merveille. Le problème, c’est que les performances individuelles n’ont pas été aussi brillantes que celles de ses supérieurs, un détail qui pourrait vite changer cette semaine en se rendant à Portland. Et puis, rejouer les Pelicans après avoir proposé une des pires feuilles de tirs de sa carrière, c’est un coup de pouce du calendrier qui veut voir CP3 toquer à la porte du Top 5. Compliqué pour les deux semaines à venir, mais s’il gère les Rockets et Cavs en fin de mois ? C’est tout droit. PS : vue la gueule du staff médical quand on leur a parlé de Blake, démerde yourself.
Statistiques : 17,6 points, 3,5 rebonds, 9,2 passes et 1,9 interception à 44% au tir dont 33% de loin.

9
(-1)

James Harden

 

Le roi des montagnes russes. Tellement irrégulier que son équipe suit le même rythme, et du coup c’est tout un Top 10 qui regarde le barbu varier entre le très chaud et le très froid d’un soir à l’autre. Quatre défaites de suite sauvées par une courte victoire à Utah, ce n’est certainement pas ça ni ses statistiques ronflantes qui vont nous pousser à le mettre plus haut. James, c’est de la fatigue et de l’incompréhension en libre-service depuis le 27 octobre, avec Paul George dans le viseur ce dimanche. Vu qu’on ne peut rien prévoir avec Harden cette année, on va partir sur 50 points et la victoire, au calme. 
Statistiques : 28,1 points, 5,9 rebonds, 6,7 passes et 1,6 interception à 42% au tir dont 35% de loin.

10
(-)

DeMarcus Cousins

 

Spot réservé pour la wild-card de folie hebdomadaire. Discrètement, les Kings se placent à l’entrée du Top 8 en ayant pourtant offert des performances immondes comme face aux Sixers à la maison. Tant pis ? Tant mieux, car la bête a été réveillée et les deux derniers adversaires en ont pris pour leur grade, Suns comme Thunder. On demande confirmation cette semaine, avec un programme fort sympathique : du Mavs en déplacement, du Lakers en antenne nationale et du Warriors à Sacramento. Typiquement le menu qu’on offre à un ogre affamé, en espérant que pour une fois il satisfera un bout de nos attentes… C’est trop demandé ? 
Statistiques : 24,8 points, 10,6 rebonds, 2,5 passes et 1,2 interception à 43% au tir et 74% aux lancers.

Au revoir Niko Vucevic, rebonjour DeMarcus qui vient fêter la nouvelle année avec les adultes, la course se resserre et on attendra avec impatience les performances à venir. Du client, du client, du client : on en retrouvera encore la semaine prochaine, dans le MVP Ranking onzième édition !

Source image : @CavsNationNet

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top