Hornets

Tendinite au tendon d’Achille déclarée : la saison de la poisse de Nicolas Batum continue

Nicolas Batum

Quand est-ce que ça s’arrête ?

Source image : YouTube

La saison de Nicolas Batum est à l’image de celle de sa franchise : en demi-teinte, en manque de réussite, à la fois si proche et si loin d’être dans le bon wagon. Pour Charlotte, il reste douze rencontres à jouer, avec sept matchs de retard sur la huitième place à l’Est. Autant dire que c’est terminé. Ça pique pour les Hornets, et surtout pour Nico, dont la saison pourrait également être finie puisqu’il s’est à nouveau blessé, cette fois au tendon d’Achille. Quand ça ne veut pas…

La dixième saison de l’ailier français dans la Grande Ligue est malheureusement loin d’être la plus réussie. Pourtant, pour une fois, Batman avait tout fait pour être reposé et en pleine forme en début de saison. Après quasiment dix ans de bons et loyaux services sous le maillot national, Batum décidait de faire l’impasse sur l’Euro 2017. Sa première compétition ratée depuis 2009 avec l’EDF. Comment lui jeter la pierre ? Aucunement. Il était papa depuis un an, Charlotte voulait protéger son playmaker, ce qui a permis à l’intéressé de travailler sur son jeu, pour passer un pallier et emmener les Hornets en Playoffs aux côtés de Kemba Walker et du nouvel arrivant Dwight Howard. Avec Superman dans le building du Spectrum Center, il y avait de quoi avoir de hautes ambitions. Sauf que la galère du numéro 5 des bleus-ciel allait commencer. Le 4 octobre, il se blesse au coude lors d’un match de pré-saison. Les ligaments sont touchés, Nico rate donc les douze premiers matchs de la saison. Au vu des objectifs, Steve Clifford avait besoin qu’il retourne rapidement dans l’effectif, pour apporter du liant et la créativité au jeu de la franchise de Caroline du Nord. Cela a sans doute été effectué trop vite. Pas totalement remis, Batum est loin d’être à 100% et en chie sur son premier mois de compétition, à tel point qu’il pense à l’opération vers la mi-décembre, premier diagnostic qui lui avait été prodigué, avant qu’un traitement ne puisse ramener l’indisponibilité du Français à six semaines. Entre matchs de repos et sorties en demi-teinte, il traverse fin 2017 en traînant sa peine.

En revanche, la nouvelle année est synonyme de retour en forme pour Nicolas. Il retrouve peu à peu des sensations, notamment en février. Mieux, en mars, il tourne à 12,9 points, 7,8 rebonds, 7,6 passes de moyenne en huit matchs disputés. Soit des chiffres bien supérieurs à ses moyennes cette saison : 11,9 points, 4,9 rebonds et 5,5 passes. Il pose même deux triple-doubles contre Atlanta, bat son record en carrière du nombre de caviars distribués sur un match avec 16 unités. Badabatum, il se rapproche même, contre les Pelicans, du five-by-five : 20 points, 5 rebonds, 8 passes, 3 steals et 4 blocks. Cette prouesse énorme que seuls des joueurs archi-complets peuvent réaliser ne sera pas établie par Nico cette année. Après trois mois encourageants, il vient de se blesser lors de la défaite des Hornets 124 à 101 contre les Knicks il y a deux jours. Il a passé une IRM dans la soirée d’hier, et le verdict, annoncé par Adrian Wojnarowski d’ESPN sur son Twitter, n’est pas réjouissant :

« Les résultats de l’IRM ont révélé une tendinite chronique au tendon d’Achille gauche de l’ailier des Hornets Nic Batum, d’après ce que les sources de la Ligue ont dit à ESPN. Il manquera le match contre Philadelphie lundi, son retour sera basé sur la manière dont son corps répond au traitement. »

Une tendinite pour Batum donc. Cela pourrait sembler assez anodin, mais liée au mot chronique, elle peut devenir un peu plus inquiétante. C’est-à-dire que la douleur pourrait être persistante pour Nico, elle pourrait s’en aller, puis revenir de temps à autres, et se développer peu à peu. Ce n’est pas foncièrement grave, mais cela peut s’avérer gênant, au fil du temps. Cette blessure pourrait clôturer la malheureuse saison de l’ailier français. Il reste moins d’un mois de compétition, soit douze matchs aux Hornets. Si ce dont souffre un des deux playmakers de Charlotte semble bénin, et pourrait pousser à un retour dans quelques temps, il serait peut-être plus sage d’arrêter les frais ici et de ne pas refaire la même erreur qu’en début de saison. Cette fois, le faire revenir trop tôt en espérant que cela tienne, cela ne servira pas à grand chose. Les frelons ne sont pas encore mathématiquement éliminés, mais il faudrait un cataclysme commun pour qu’ils puissent escompter aller en Playoffs, en étant sept matchs derrière le Heat qui est huitième, avec douze rencontres à jouer.

Le mieux serait sans doute de mettre un terme à la saison du natif de Lisieux, à l’image de son coéquipier Michael Carter-Williams. Reposer le joueur de 29 ans, pour qu’il se retape bien, et puisse bosser cet été, en voilà une idée. Au vu de sa saison galère, il y a fort à parier que Charlotte ne libérera pas le leader de l’Equipe de France pour aller participer aux fenêtres de qualification pour la Coupe du Monde 2019, qui ont lieu entre fin juin et début juillet, puis entre fin août et début septembre. À coup de deux matchs par fenêtre, cela pourrait être bien pour le joueur de reprendre la compétition de la sorte. Pas sûr que ce soit l’avis du management des Hornets. On n’en est pas encore là. Ceci dit, la franchise de The Queen City devrait prendre toutes les précautions avec un de ses trois joueurs majeurs, histoire de ne pas aggraver sa blessure, afin que Batman ne termine pas la saison aussi mal que ce qu’il l’avait commencé. En revanche, pas de soucis au niveau contractuel, il reste au minimum deux ans de contrat pour Nico, cette blessure ne remet donc pas en cause son avenir en NBA, lui qui y figure depuis déjà dix ans.

Entre les blessures, les problèmes du coach, le manque d’efficacité et tant d’autres facteurs, la saison des Hornets est décevante, puisqu’ils devraient regarder les Playoffs de leur canapé. Batum a malheureusement été le symbole de cette impuissance, avec des bonnes phases, mais surtout trop de petites ou de grosses galères dans la saison du Français pour qu’il puisse être à 100% et apporter son plein potentiel à son équipe. Allez, que Nico se repose, Charlotte repassera pour aller en postseason, peut-être en 2018-19, avec on l’espère un Batman au taquet, en bonne santé dans son prime, à l’orée de ses 30 printemps.

Source texte : Twitter/@wojespn

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top