Equipes

La jeunesse de Denver fait le taf : sans Paul Millsap, les Nuggets sont restés croustillants

Gary Harris - Jamal Murray

« Et les gens pensent vraiment qu’on va faire n’importe quoi ? »

Source : YouTube

On savait que Denver avait cette capacité à aligner un effectif talentueux avec énormément de joueurs interchangeables cette année, et que le banc allait répondre présent. Ce que l’on était peut-être moins à avoir anticipé, c’est que les Nuggets se hissent si haut dans une Conférence Ouest annoncée très dense et qu’ils fassent bien mieux que de faire de la figuration. Retour sur une recette qui marche pour les Poulets Panés.

Mike Malone semble décidément avoir trouvé la bonne recette avec son effectif, et on voit bien que la sauce est en train de prendre malgré un effectif que certains pensaient encore trop tendre (décidément, Jean-Michel Blagueur est en forme en ce qui concerne la vanne sur la bouffe aujourd’hui). Mais figurez-vous que non, les Nuggets ne se font pas souvent bouffer cette année (promisc’était la dernière). Au contraire, l’effectif est très homogène et le danger peut venir de partout, l’avènement de Nikola Jokic comme l’un des postes 5 les plus élégants de la ligue combiné à l’arrivée estivale de Paul Millsap en provenance d’Atlanta, et vous obtenez l’une des raquettes les plus sexy de la ligue. Sauf que dans l’histoire, la raquette des Nuggets est bien plus dépeuplée qu’il ne paraît : Millsap est toujours blessé et Jokic a fait à peine son retour depuis quelques matchs, sans oublier Juancho Hernangomez qui n’a pas beaucoup joué à cause d’une mononucléose, laissant Mason Plumlee comme le seul pivot de métier dans les rocheuses. 

Cette hécatombe aurait pu compliquer sévèrement la tâche de la franchise de Denver. Mais c’était sans compter sur tout le reste de la jeune escouade de Mike Malone, dans laquelle chaque joueur se relaie pour fumer son adversaire. Manque de soutien à l’intérieur ? Les solutions ne manquent pas sur les postes extérieurs chez les Nuggets : Jamal Murray peut s’embraser à tout moment, Wilson Chandler n’a peut-être pas dit plus de 6 mots consécutifs dans sa carrière mais il fera toujours le taf, Will Barton peut jaillir du banc et faire kiffer le Pepsi Center, et Gary Harris se met régulièrement à allumer derrière l’arc. Parfois, on peut même se surprendre à apprécier l’apport de Trey Lyles, de Kenneth Faried ou d’Emmanuel Mudiay sur certains bons matchs (pour les deux derniers, pas souvent, faut pas pousser). Aucune véritable star n’est donc présente dans cette liste, mais des joueurs sérieux qui s’appuient sur ce qu’ils savent faire et qui se fondent parfaitement dans le collectif de la Mile High City.

Un collectif bien huilé et une jeunesse ambitieuse, c’est ce qui fait la force de la franchise du dernier dinosaure depuis le transfert de Carmelo Anthony à New York en 2011, et ça, Mike Malone l’a bien compris. A l’époque, Denver avait récupéré beaucoup de bons petits joueurs mais aucune star. Depuis, la franchise a suivi cette ligne directrice avec des hauts (maintenant) et des bas (Brian Shaw), mais à l’heure actuelle, c’est un énorme début de haut qu’on est en train de vivre dans le Colorado. Malone s’occupe de tirer le meilleur de ses joueurs tout en gérant ses rotations au mieux malgré les velléités de minutes de certains de ses joueurs. Avec aucun membre ne jouant plus de 34 minutes, aucun joueur ne marquant plus de 17 points par match mais 4 qui scorent régulièrement au moins 15 points (Gary Harris, Will Barton, Nikola Jokic et Jamal Murray), Denver prône le collectif. De même, les Nuggets n’ont jamais gagné plus de 3 fois consécutives, mais jamais encaissé plus de 2 défaites d’affilée non plus cette saison. Ce qui empêche à la fois le buzz de s’installer dans les montagnes, mais qui assure aussi l’absence de véritable crise sans Millsap à bord. Lors de sa blessure, Paulo aurait pu faire paniquer les fans du Colorado. Aujourd’hui ? Denver est à 12-10 en son absence, et la franchise est bien décidée à retrouver les Playoffs.

La force tranquille, voilà comment on pourrait résumer ces Nuggets qui, sans être impressionnants font une saison remarquable de régularité malgré les obstacles rencontrés dans le Colorado. Jouer en altitude n’a jamais été facile pour personne, mais il semblerait que cette saison, il y ait besoin d’un effort supplémentaire pour savoir d’où viendra le coup de massue. Les Nuggets créent la sensation cette saison, mais au final, est-ce bien surprenant ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top