Jazz

Donovan Mitchell s’offre les Cavs à domicile : 29 points pour le rookie, talent ultra-clutch !

En accueillant les Cavs cette nuit, le public de Salt Lake City voulait prolonger sa série de victoires contre LeBron himself. Et pour l’anniversaire du King ? C’est un Donovan Mitchell d’exception qui lui a été offert : le Jazz s’impose 104 à 101.

Décidément, le déplacement du côté de Utah ne plaît pas au numéro 23. Il avait beau fêter ses 33 ans, il avait beau pouvoir compter sur un Jeff Green au top, ce n’était pas assez pour mettre un terme à cette malédiction qui lie LeBron au Jazz. Une septième défaite de suite pour lui lorsqu’il se rend chez les Mormons, et un troisième revers consécutif pour des Cavs qui semblent patauger pendant les fêtes de fin d’année. Trop de bûches englouties dernièrement ? Peut-être, mais ce samedi c’est bien Donovan Mitchell qui distribuait les parts, et tout le monde a eu droit à sa portion individuelle. Déjà transcendant depuis le début de saison, le rookie savait qu’il allait pouvoir compter sur un public de feu afin de l’emporter à domicile. Cependant, une performance de haute-voltige ne suffirait pas sans l’apport précieux des autres cadres de son groupe. Ainsi, sous les ordres d’un Quin Snyder parfait sur son plan de jeu, le Jazz décida de partir en mission afin de pourrir l’anniversaire du King. Thabo Sefolosha dans le short de LeBron, Derrick Favors en couverture, Ricky Rubio aux aguets, tout le monde était sur son 31 avec un jour d’avance. Ce travail collectif permettait notamment à Utah de revenir au score après un début de rencontre timide, le troisième quart servant de partition idéale pour soûler les visiteurs. Avec dix petits points d’avance en début de money-time et un James qui activait le mode clutch aux côtés de Dwyane Wade, on se bouffait les doigts dans les gradins en espérant que quelqu’un prenne le relais en attaque.

Et ce relais viendra, avec une hype de plus en plus puissante dans les montagnes déguisant le lac salé. Oui, le débat a bien lieu en ce moment et Ben Simmons peut se faire du souci, tout comme Kyle Kuzma et Jayson Tatum. En voyant la performance de Donovan Mitchell cette nuit, il y avait de quoi redessiner la course au titre de Rookie de l’année. Car c’est bien un petit chef d’oeuvre qu’a offert le gamin, menant les siens jusqu’à la victoire. Un chef d’oeuvre de qualités athlétiques, de finitions, de culot, de sérénité, d’initiatives, de tout en fait. Monter au contre sur Wade puis LeBron ? Allons-y. Humilier Gérard en le baladant en défense ? Why not. Gérer toutes les grosses possessions de fin de match dont le lay-up qui libère les siens dans la dernière minute ? Point d’exclamation. En plus de quelques énormes dunks plantés dans la défense open-bar des Cavs, Donovan assurera le principal en évitant un comeback déprimant des visiteurs. Il y avait de l’assurance, des sourires, cette fraîcheur de vivre mais sans chewing-gum, bref tout ce qu’on peut vouloir dans un rookie voué à devenir une star. Jusqu’ici, Mitchell avait offert de belles performances, à domicile comme en déplacement. Mais compte-tenu de la médiatisation de cette rencontre et les besoins de son équipe ? On était peut-être tout en haut. Et pas que de sa propre catégorie, de celle incluant tous les rookies. Un match à revoir et à revoir une nouvelle fois, si on veut comprendre le talent que représente ce gamin.

Et avec 29 points, 4 rebonds, 6 passes et 3 interceptions (10/17 au tir), Donovan Mitchell permet au Jazz de faire tomber les Cavs la veille du nouvel an. Que ceux qui ne croient toujours pas en lui s’y mettent tout de suite, car ce que le rookie vient de faire à Cleveland a de quoi faire baver un paquet de gens.

Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top