Grizzlies

Attention aux Grizzlies : un mois hardcore à venir, le bilan pourrait piquer sévèrement dans le Tennessee

Bilan Memphis Grizzlies
Source image : montage @TheBigD05

Battus pour la quatrième fois en autant de rencontres, les Grizzlies font face à une période compliquée… mais qui ne pourrait que se prolonger lorsqu’on voit le menu à venir pour nos amis les poilus.

On aurait espéré annoncer meilleure nouvelle à Marc Gasol, mais le géant ne doit pas trop être d’humeur. Déjà que l’intéressé était le premier à montrer des signes de frustration dans la nouvelle gamelle des siens (cette fois contre Houston), il va falloir apporter le calendrier avec des pincettes et un pot de miel rempli jusqu’au bord si on veut éviter une implosion du côté de Memphis. La bonne nouvelle, c’est qu’il y a toujours de quoi se régaler en regardant Marco balle en main. La mauvaise ? Well… on a limite envie de dire les mauvaises, quand on voit la gueule du paysage. Mike Conley est blessé et sera réévalué dans deux semaines, Tyreke Evans vient de se faire l’épaule même s’il avait l’air de s’en remettre gentiment, déjà deux options majeures qui grincent alors que le plus dur est à venir. Car c’est surtout ça qui nous inquiète, en ce qui concerne David Fizdale et son crew. Aussi téméraire que soit l’entraîneur des Grizzlies, il va avoir besoin d’un peu plus que de simples discours motivants, s’il souhaite éviter une grosse galère autour de Noël. On vous la fait courte ? Allez, c’est parti.

Du 20 novembre au 20 décembre, c’est un mois stockos qui attend Mario Chalmers et son gang. Stockos dans quel sens ? Stockos dans le genre survie totale, à en dessiner le reste de ta saison régulière si tu y laisses trop de plumes. Point appréciable sur ce stretch infernal, le fait que Memphis jouera majoritairement à domicile et pourra donc compter sur un soutien total de ses fans contre les grosses cylindrées du circuit. Point moins appréciable, les larmes qui coulent le long des joues de Conley, en voyant le programme : Portland, Denver, Cleveland, deux fois San Antonio, Toronto, OKC, Miami, Washington, Boston et Golden State. Voilà ce qui, jusqu’au 20 décembre, sera à bouffer sans trembler de la mâchoire. Entre ces quelques potentielles sessions tortures, des adresses reposantes qu’il ne faudra surtout pas louper (Brooklyn, Dallas, Atlanta, New York), sous peine d’aborder 2018 avec la tête dans la cuvette. On le sait, ces Grizzlies sont capables du meilleur, en faisant chuter un poids lourd grâce à son abnégation collective et ses principes de hustle. Mais c’est à se demander si ce mois ne sera pas le plus important de l’année pour eux, compte tenu des absences sur le back court et l’ajustement qui va être demandé aux poulains de Fizdale. En tout cas, ici, on croise les doigts pour qu’il n’arrive aucun pépin à Gasol. Car si ça arrive, on plie tous les bagages et on laisse Ben McLemore diriger la troupe jusqu’à la Lottery.

Ce n’est certainement pas à Memphis qu’on va commencer à se chercher des excuses, ou à trouver des raisons afin d’expliquer quelconque méforme. Les Grizzlies en chient, ils doivent cependant se rattraper, sous peine de vivre un terrible mois de Noël. Et personne ne veut vivre ça, même en tant qu’adversaire.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top