Blazers

Preview des Blazers 2017-18 : renouer avec les 50 wins, c’est possible ?

Damian Lillard - Warriors - Blazers

Tout ça pour se faire sweeper au premier tour contre les Warriors.

Source image : YouTube/Free Dawkins

Une saison compliquée et un sweep express au premier tour des Playoffs face aux futurs champions. Et pourtant, c’est surtout l’état des finances qui inquiétait les fans de l’Oregon au début de l’été avec une marge de manœuvre extrêmement réduite pour le front office. Comme prévu, les Blazers sont restés discret lors de la Free Agency.

Résumé des transferts de l’été

  • Ils arrivent : Anthony Morrow, Zach Collins (Draft), Caleb Swanigan (Draft), Archie Goodwin, Isaiah Briscoe, C.J. Wilcox (two-way contract)
  • Ils prolongent : Neil Olshey (GM)
  • Ils sont partis : Festus Ezeli et ses genoux en carton, Allen Crabbe, Andrew Nicholson, Tim Quarterman

La grande nouvelle de l’été, c’est évidemment le départ d’Allen Crabbe de l’autre côté du pays avec un an de retard. Dragué par les Nets il y a un an, le crustacé avait vu l’offre de Brooklyn matchée par ses dirigeants de Portland. Aujourd’hui, les Blazers ne peuvent plus se permettre de lui filer 18 millions de dollars par saison qu’il continuera de toucher dans le borough new-yorkais. A noter aussi le limogeage de Festus Ezeli après une saison blanche à occuper un siège au bord du parquet. Dans la colonne des arrivées, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent si ce n’est la signature de deux rookies et les contrats non-garantis d’Anthony Morrow et Archie Goodwin. S’il est conservé, le premier devrait tenter de reprendre confiance en apportant sa menace derrière l’arc pour rajouter un peu de spacing au sein de la second unit.

Effectif pour la saison 2017-18

  • Meneurs : Damian Lillard, Shabazz Napier, Isaiah Briscoe
  • Arrières : C.J. McCollum, Evan Turner, Anthony Morrow, Pat Connaughton, Archie Goodwin
  • Ailiers : Mo Harkless, Jack Layman
  • Ailiers-forts : Al-Farouq Aminu, Ed Davis, Noah Vonleh, Caleb Swanigan
  • Pivots : Jusuf Nurkic, Meyers Leonard, Zach Collins

Les joueurs en gras sont ceux qui devraient intégrer le cinq majeur au début de chaque rencontre dès le début de la saison.

Absent pour les premières semaines de compétition, Noah Vonleh laisse une place vacante dans le cinq de départ de Terry Stotts. Ce dernier pourrait faire du poste par poste ou décider de décaler Mo Harkless en ailier-fort pour jouer small-ball avec un Evan Turner ou un Anthony Morrow au poste 3. Pour le reste, on part sur du classique en espérant que les bonnes performances de Jusuf Nurkic depuis son arrivée en provenance de Denver se poursuivent cette saison à l’intérieur.

Question de la saison : Damian Lillard sera-t-il convié au All-Star Game ?

Chaque année c’est la même chose. Vers le mois de janvier, la NBA dévoile le nom des joueurs invités à représenter leur Conférence au match des étoiles et des dizaines de joueurs oubliés font la gueule dans leur coin. Renié depuis deux ans, le franchise player des Blazers est déterminé à prouver qu’il mérite sa place parmi les meilleurs extérieurs de la Ligue. Mais les places coûtent cher, surtout à l’Ouest. A par un énorme début de saison, il sera difficile de passer devant les Russell Westbrook, Stephen Curry, Chris Paul et James Harden. Reste à devancer Klay Thompson ou Lonzo Ball, qui devrait bénéficier d’une belle hype dès sa saison rookie.

Candidat sérieux au transfert : Noah Vonleh

Source image : YouTube

Source image : YouTube

Déjà sur la liste des indésirables cet été, le neuvième choix de la Draft de 2014 devrait de nouveau être proposé à des GM dans le cadre d’un trade à la mi-saison. Agent-libre avec restriction dans un an, il souffre d’une grosse concurrence dans la raquette (en quantité plus qu’en qualité). Sa blessure à l’épaule n’arrange pas sa valeur marchande et les Blazers n’en tireront de toute façon pas grand-chose.

Candidat sérieux pour la surprise : Caleb Swanigan

Caleb Swanigan

Source image : YouTube / Purdue Sports

Drafté en fin de premier tour, le prospect de Purdue au destin atypique pourrait en surprendre plus d’un lors de ses débuts en NBA. Intérieur hybride capable de s’écarter à trois-points, il pourrait offrir une belle alternative à Terry Stotts au poste 4 derrière Noah Vonleh, Al-Farouq Aminu et Ed Davis dont aucun n’a prouvé qu’il pouvait être un titulaire indiscutable. On ne parle pas d’un double-double de moyenne mais si Caleb peut avoisiner les 8 points et 4 rebonds, ce sera déjà une belle saison pour le débutant.

Meilleur et pire scénario possible

  • Les Blazers profitent de leurs automatismes pour bien rentrer dans la saison. Jusuf Nurkic surfe sur l’enthousiasme du printemps et devient la coqueluche du Moda Center. Sur les lignes arrière, Damian Lillard et C.J. McCollum improvisent des concours à 3-points en plein match. Début 2018, Portland est quatrième de sa Conférence et le Dame DOLLA est logiquement convié au match des étoiles de Los Angeles en février. Après une deuxième partie de saison un peu plus compliquée, Rip City s’offre un premier tour face aux Spurs. Malgré une belle combativité, les hommes de Terry Stotts tombent avec les honneurs en sept manches. La Luxury Tax aura un peu moins de mal à passer pour le proprio.
  • Comme la saison dernière, les débuts sont laborieux pour Portland qui affiche un bilan négatif à la Saint-Sylvestre. C’en est trop pour la direction qui aspirait à mieux par rapport à tous les millions engagés cette saison. Bien que sous contrat jusqu’en 2019, Terry Stotts est viré peu après les fêtes. David Blatt, son successeur, redressera un peu la barre pour flirter avec les 50% de victoires en avril. Trop court pour disputer les Playoffs dans une Conférence aussi relevée. On ne digère pas la Luxury Tax dans les bureaux de la direction.

Pronostic de la rédaction : 44 victoires – 38 défaites

Les rédacteurs sont unanimes, sauf blessure malencontreuse les Blazers devraient arracher les Playoffs grâce à un nombre de victoires très proche de celui de l’an dernier. Peu de changement sont à noter dans l’effectif mais cela devrait suffire pour obtenir l’un des derniers spots qualificatifs pour la post-saison. Ensuite par contre, ça risque d’être compliqué de faire mieux qu’en 2017.

Encore au-dessus du plafond autorisé pour éviter de payer la Luxury Tax, Portland paye ses choix de l’été 2015 où Neil Olshey avait décidé de faire all-in pour être compétitif immédiatement. Allen Crabbe est parti mais les contrats de Lillard, McCollum et Turner pèsent lourd. Pourtant on les voit mal emmener les Blazers en Finales à eux trois.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top