Bulls

Le meilleur teammate dans la carrière de Bobby Portis ? Rajon Rondo, fin de la blague, merci pour ce moment

Kevin Hart

Mais, euh, donc, comment, parce que, HEIN ?????

source image : youtube

Twitter est devenu en quelques années le repaire préféré des fans pour choper des infos exclusives, à condition bien sûr que nos idoles jouent le jeu. Certains en ont fait un fonds de commerce (Joel Embiid ou Brandon Jennings par exemple) et d’autres gagnent à être connus. C’est le cas de Bobby Portis, qui nous a lâché hier la bombe de ce début de mois d’août.

Il y a ceux qui passent leurs journées à la salle, il y a ceux qui tweetent et il y a ceux qui font les deux. On ne sait à vrai dire pas vraiment si Bobby Portis profite de l’été pour taffer ses skills mais une chose est sûre, l’intérieur des Bulls aime gazouiller. Et c’est lors d’une session Q&A sur Twitter qu’il a donc lâché cette petite merveille :

Quel est le meilleur coéquipier que tu aies eu en NBA ? Rajon Rondo.

La bombe est lâchée, et c’est encore meilleur que le café du réveil. On arrête instantanément les fans de la première heure de l’ancien meneur des C’s, là n’est pas notre intention de dénigrer les qualités de leadership de Rajon ni ses attributs en matière d’amitié. Force est tout simplement de constater qu’après avoir invité Rick Carlisle à aller voir des phoques, après avoir légèrement trop jugé l’homosexualité d’un arbitre et après avoir tiré à boulets rouges sur Jimmy Butler et Dwyane Wade en début de saison dernière, il ne nous avait tout simplement pas semblé que RR était le coéquipier idéal, du moins en matière d’exemple à suivre.

Que nenni, Bobby Portis semble en tout cas penser le contraire et nous n’irons certainement pas à l’encontre de sa vision des choses, lui dont l’ouverture oculaire a été mesurée un jour à douze centimètres de large, dans la plus pure lignée de Jacques Santini. Bobby a donc les yeux en face des trous, il les a très grands ouverts et on imagine que la présence d’un vétéran comme Rajon lui aura appris quelques ficelles en plus de l’avoir marqué à ce point. Désormais orphelin de son best parti jouer les mentors parfaits à New Orleans, Bobby devra apprendre à vivre sans sa moitié, en attendant peut-être de le recroiser un jour dans un vestiaire.

Champion NBA émérite et joueur frisson par définition, Rajon Rondo divise et divisera toujours en ce qui concerne son comportement, souvent décrié. Il n’empêche que le personnage plait à certains, il n’empêche… que l’on ne peut pas plaire à tout le monde.


2 Commentaires

2 Comments

  1. sacrf

    2 août 2017 à 10 h 45 min at 10 h 45 min

    A mon sens, vous oubliez de souligner un point intéressant : RR avait été mis au ban des Bulls, DNP plusieurs fois, avant de retrouver grâce (et efficacité) en fin de saison. Portis tacle implicitement la gestion du cas Rondo par Hoiberg et son staff.

  2. Alex91

    2 août 2017 à 17 h 16 min at 17 h 16 min

    Rondo avait taclé butler et Wade pour avoir dénigré leurs coéquipiers choses que ne devraient pas faire des FP ce qui n’est pas la même chose que insulté pour rien

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top