Rockets

Les Rockets ne font qu’une bouchée du Thunder : 118-87, trop d’écart entre les deux équipes

 

La première manche était attendue entre Rockets et Thunder hier soir, mais elle a rapidement tourné à la leçon pour OKC : James Harden et ses potes se sont baladés en deuxième mi-temps.

Difficile de faire un lien direct entre un match de Playoffs et un de saison régulière, mais c’est peu dire si la gifle de ce dimanche nous faisait penser au dernier affrontement entre ces deux équipes, celui qui avait vu Houston rouler sur le Thunder au Toyota Center. Pas la même efficacité au tir pour les Rockets, elle qui fût insolente par le passé, pas de Sam Dekker non plus, lui qui fût remarquable lors du dernier opus, mais un écart de niveau flagrant entre les deux armées. Autant en première mi-temps le score restait serré, notamment grâce à un bon début de match d’OKC qui voyait l’intégralité du cinq faire le job plutôt que le seul Westbrook, autant la seconde période sépara définitivement Rockets et Thunder. Trop d’intensité physique de la part de Patrick Beverley et ses potes, trop d’apport de la part d’un banc par rapport à l’autre, trop de motivation pour démarrer la série convenablement : il n’y avait plus de duel en sortie de vestiaire. Une mixtape texane bien évidemment servie par un rappeur barbu, mais entouré de nombreux producteurs de qualité.

Beverley, on en parlait, était au four et au moulin pour remplir davantage que sa part du job initial. Défendre activement sur Westbrook était la priorité, mais planter des shoots à foison derrière l’arc et gober de gros rebonds était appréciable en bonus. Nene et Capela, dans leur registre habituel, ajoutaient leur petite touche personnelle pour permettre à tout le monde de ne pas se soucier du sale boulot. Eric Gordon, Lou Williams, Ryan Anderson, ce sont les Rockets placés sur le podium de la Conférence Ouest qui étaient de sortie ce dimanche. Et au milieu de tout ce beau cirque ? James Harden évidemment, 37 points et 9 passes dont certaines séquences séquences magistrales balle en main. Maladroit en tout début de rencontre, surtout à distance, c’est lorsqu’il fallait creuser l’écart que le barbu passait la vitesse supérieure. Et en gérant les offensives de ses Rockets avec sérénité, le numéro 13 pouvait faire péter ses célébrations préférées devant un public en délire. De +5 à +15 en passant même par +30, la vague texane était trop puissante pour l’armée de Billy Donovan.

Score final, 118 à 87 pour Houston, en s’éclatant tout au long de la deuxième mi-temps. On espère avoir des équipes lors du prochain match, car il n’y en avait qu’une hier soir : le réveil du Thunder et de son leader est attendu. 

Capture d’écran 2017-04-17 à 05.44.02 Capture d’écran 2017-04-17 à 05.44.19


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top