Nets

Brook Lopez assassine les Pistons au buzzer, 98-96 : le tanking était au garage cette nuit !

Dans une saison remplie de défaites et de moments déprimants, un soir de répit fait toujours plaisir à voir. Hier, c’est Brook Lopez qui s’est fait plaisir en crucifiant Detroit à la toute dernière seconde.

On parle peu souvent de lui, car les résultats de son équipe sont frustrants. On débat peu souvent autour de lui, car sa production est limitée et son impact aussi au fil du temps. Mais s’il y en a bien un qui mérite d’être applaudi pour sa persévérance, c’est le pivot des Nets. Jamais dans les médias à demander un transfert, toujours professionnel quel que soit le coach qui débarque dans la franchise de Brooklyn, le garçon continue à faire son job sans chercher d’excuse. Combien de types péteraient un plomb en enchaînant les défaites à un tel rythme ? Ce mardi face aux Pistons, il faut dire que Brook avait de quoi sourire. Car après avoir fait la totale à Andre Drummond en début de saison, le géant savait qu’il allait pouvoir se faire plaisir devant le monstre du Michigan. Grâce à l’aide de ses coéquipiers, notamment sur les deuxième et troisième quart-temps de la rencontre, Lopez abordait une potentielle victoire. Ce qu’il fallait, c’était ne pas craquer.

Sauf qu’en face, écarter les Suns puis perdre à Brooklyn, cela n’avait pas de sens. Actuellement à la lutte pour un spot en Playoffs, Stan Van Gundy savait qu’il allait devoir motiver suffisamment ses joueurs pour qu’ils se reprennent et fassent le job dans le money-time. Ish Smith pour commencer, Drummond pour continuer, Marcus Morris pour mettre un dernier coup de pression et Tobias Harris pour égaliser, les visiteurs faisaient leur part du boulot. Tout ce qu’il fallait faire désormais, c’était assurer un dernier stop défensif pour foncer en prolongation et déprimer les Nets, menant pourtant d’une dizaine de points dans le dernier quart. Malheureusement, comme une sanction du karma qui punissait les Pistons pour leur indiscipline typique de cette saison, c’est bien Lopez qui récupérait la gonfle avec deux secondes à jouer et se retournait au dernier moment sur une jambe. Aron Baynes devant lui, la frustration de toute la campagne dans ses mains, un public prêt à exploser, ficelle. Victoire ! Les Nets gagnent de justesse et tous les coéquipiers de Brook l’entourent pour son exploit du soir : 12 de ses 29 points dans le money-time, et le panier au buzzer.

Cela apprendra aux hommes de Stan Van Gundy, de se ramener ainsi face à un adversaire motivé. Punition signée Brook Lopez à la dernière seconde, un peu de bonheur dans le marasme quotidien de l’intérieur !

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top