Cavaliers

Les Cavs n’ont “aucune crainte à avoir” à l’Est selon Jared Dudley : les Finales, c’est tout droit

Cavs

Coucou.

Source image : @Cavs

Interviewé par Sirius XM Radio et toujours aussi pertinent dans ses interventions, le vétéran des Suns n’a pas tourné 200 ans autour du pot lorsque les Cavs ont été analysés : pour lui, les Playoffs seront une balade de santé concernant le champion en titre.

Probable future analyste ou entraîneur au sein de la Ligue, Jared Dudley est un fin parleur qui ne se retient pas lorsqu’on lui tend un micro. Il est comme ça le pépère, un peu taquin mais surtout réfléchi dans ses envolées lyriques. Cette semaine, l’intéressé a donc été invité pour parler de différents sujets dont celui de la bande à LeBron. Avec quelques tests récents qui se sont soldés par des défaites, certains lâchent quelques gouttes de sueur mais c’est surtout par obsession du présent. Alors qu’en regardant le paysage sur le court et moyen terme ? Les Cavs sont plus que peinards. Avec un effectif ultra-complet, qui s’est même renforcé depuis le début du mois de janvier, Tyronn Lue sait qu’il va pouvoir probablement rouler sur la Conférence Est, même si celle-ci ne lâchera rien à partir de la mi-avril. Alors, cher Jared, est-ce qu’il faut craindre une équipe du côté de Cleveland ou peut-on dormir tranquille dans l’Ohio ?

Aucune crainte. Soyons honnêtes, ils n’ont aucune crainte à avoir. C’est notamment pour ça qu’ils peuvent reposer des joueurs sans en payer les conséquences. S’ils étaient à l’Ouest, avec cette même équipe, toutes les émissions d’ESPN ou de radios leur tomberaient dessus. Mais parce qu’ils sont à l’Est, ils peuvent perdre. Ils peuvent perdre 7 de leurs 10 prochains matchs, car au final tout ce dont ils ont besoin c’est de remporter 4 matchs sur une série en 7. Kevin Love n’est pas là depuis un certain temps, J.R. Smith vient à peine de revenir, leur problème est un problème de riches : ils ont trop de talent. Un effectif trop profond, donc ils ne peuvent pas faire jouer tout le monde vu qu’ils sont trop bons. Ils ont ajouté Deron Williams, Kyle Korver, ils ont toujours Tristan Thompson, Iman Shumpert, J.R. et LeBron qui sont là…  S’ils finissent leur régulière avec un bilan comme 11 victoires pour 3-4 défaites, en trouvant leur rythme et avec l’avantage du terrain ? Je vois aucune équipe les battre à l’Est, peut-être prendre 1 ou 2 matchs mais certainement pas 4.

Il est clair qu’en voyant Cleveland réaliser une saison plutôt moyenne, pour un standard de champion en titre, il y a de quoi comprendre les propos de Dudley. Premiers à l’Est, les Cavs ont cependant le 4ème meilleur bilan de la Ligue… derrière trois cylindrées de l’Ouest en Golden State, San Antonio et Houston. Mais grâce à cette “faiblesse” de l’Est ou plutôt cette irrégularité générale dans les équipes du dessus, LeBron et ses potes n’ont pas à craindre de chuter de leur trône. C’est ce qui leur permet notamment de perdre Love et Gérard pendant plusieurs semaines et s’en sortir sans véritables douleurs, même avec un mois de janvier très moyen. Maintenant, peut-on vraiment disqualifier des équipes comme Boston ou Washington, en ce qui concerne une série en 7 matchs ? On se permet de garder Toronto de côté, mais pour les deux équipes traînant derrière Cleveland au classement, un effectif profond et talentueux est en place, avec des joueurs qui veulent la peau du King. Il sera justement intéressant de voir si les Cavs devront passer par un round serré pour retrouver les Finales. Le premier tour, non. Les demies ? Peut-être bien. Et les finales de conférences, qui sait.

Mais dans tous les cas, on en revient au même point, cette loi infernale qui dicte la Conférence Est depuis bientôt 7 ans : tant que LeBron James a deux jambes et deux bras, on sait quelle équipe jouera au mois de juin.

Source : Sirius XM Radio

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top