NCAA

Avant l’Equipe de France, Joakim Noah a cartonné en NCAA : retour sur le doublé historique avec Florida !

Joakim Noah

Vainqueur de deux titres NCAA et élu meilleur joueur du Final Four en 2006, Joakim Noah a connu une superbe carrière universitaire avec Florida !

Source image : YouTube

Contrairement à la très grande majorité des joueurs internationaux évoluant en NBA, Joakim Noah a connu un parcours basketballistique à la sauce américaine, lui qui est passé par la case High School puis la NCAA. Évoluant sous les couleurs de Florida entre 2004 et 2007, Jooks a été un élément majeur de l’une des meilleures équipes universitaires de l’histoire. Retour sur cet épisode qui reste un très grand moment dans la carrière du Frenchie.  

Dans l’histoire du basket universitaire, il n’y a que très peu d’équipes qui ont réussi à remporter deux titres d’affilée. Depuis 1939 et la mise en place du NCAA Tournament, seules Oklahoma State (1945-1946), Kentucky (1948-1949), San Francisco (1955-1956), Cincinnati (1961-1962), UCLA (1964-1965, 1967-1973), Duke (1991-1992) et Florida (2006-2007) ont accompli cet exploit. La rareté d’un back-to-back à ce niveau s’explique notamment par le fait que les meilleurs joueurs d’une université restent dans cette dernière que pendant une période limitée, c’est-à-dire entre une et quatre saisons. De plus, le fait de remporter un titre national augmente forcément leur cote auprès des scouts du basket professionnel, les poussant ainsi à faire le grand saut en NBA (ou ailleurs) directement après avoir remporté le championnat. Enfin, le format de la March Madness favorise les surprises étant donné que les oppositions se jouent sur une seule rencontre. Bref, il faut cocher pas mal de cases pour terminer au sommet deux années consécutives.

Au milieu des années 2000, les Florida Gators ont combiné tous les paramètres nécessaires pour réaliser cette prouesse. Au centre de cette équipe exceptionnelle, on retrouvait notamment l’actuel coach d’Oklahoma City Billy Donovan, le pivot des Celtics Al Horford, l’ailier des Lakers Corey Brewer, le meneur de Bnei Herzliya (Israël) Taurean Green et bien évidemment Joakim Noah. Arrivé en 2004 en compagnie des trois autres joueurs cités ci-dessus, Jooks allait connaître une ascension fulgurante jusqu’à devenir l’un des meilleurs intérieurs du pays. Chauffeur de banc durant son année freshman (seulement 9,4 minutes par match), Noah profitait du départ de David Lee pour se faire une place dans la raquette des Alligators et devenir un élément clé de Florida. Meilleur marqueur (14,2 points) et deuxième rebondeur (7,1) de l’équipe lors de la saison 2005-2006, le Frenchie symbolisait à merveille la très belle progression des Gators, qui étaient passés d’une université non classée à une place forte de la NCAA en l’espace de quelques mois. Vainqueur de 24 rencontres sur 30 avant d’entamer le tournoi de la SEC puis le tournoi NCAA, Florida démolissait tout sur son passage pendant la phase finale. Après avoir remporté leur conférence, les Gators tapaient des grosses universités comme Georgetown et Villanova durant la March Madness, avant de se faire UCLA lors de la finale nationale. Au cours de cette dernière, Joakim Noah avait réalisé un véritable chantier en terminant avec 16 points, 9 rebonds et 6 contres (record pour une finale NCAA), performance lui permettant de terminer Most Oustanding Player du Final Four !

De façon assez surprenante, Joakim Noah et ses potes décidaient de repartir pour un tour afin de défendre leur titre. A l’époque, ce choix était assez contesté dans le microcosme du basket US étant donné qu’il aurait été logique pour Jooks et Cie de faire le grand saut en NBA après avoir atteint ensemble le Graal du basket universitaire. En effet, rester à Florida une saison de plus avait tout du plan foireux dans le sens où la cote de Noah avait beaucoup plus de chances de baisser que d’augmenter en perspective de la Draft (blessure, perte du titre national, performances individuelles moins bonnes…). Mais parfois, prendre une décision différente et risquée permet d’écrire l’histoire. Lors de la saison 2006-2007, les Gators allaient confirmer leur place de numéro un en finissant avec un bilan de 26 victoires (dont 17 consécutives) pour 5 défaites et en remportant une nouvelle fois la SEC et le championnat national. Auteur de 12 points et 8,4 rebonds par match durant la saison, Joakim Noah réalisait une finale moins flamboyante que l’année précédente (seulement 8 points et 3 rebonds), mais Florida était bien trop fort collectivement pour l’université d’Ohio State, composée notamment de Mike Conley Jr. et d’un Greg Oden avec des genoux. Avec ce back-to-back, Jooks avait non seulement prouvé que cela valait le coup de rester encore un peu sur le campus de Gainesville, mais il avait surtout prolongé d’un an une magnifique aventure humaine qui s’arrête dès qu’un joueur décide de passer chez les professionnels.

La suite, on la connait. Drafté à la 9ème position par les Chicago Bulls en 2007, Joakim Noah a rejoint la NBA en même temps qu’Al Horford (3ème), Corey Brewer (7ème) et Taurean Green (52ème). S’il a accompli de belles choses dans la Grande Ligue, Jooks n’a peut-être jamais été aussi épanoui que durant ses années à Florida, où il a eu la chance d’évoluer au sein d’un magnifique collectif et sous les ordres d’un excellent coach.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top