6ème Homme

Sixième homme de l’Année 2016-17 : et si Marcus Smart passait devant Eric Gordon ?

Marcus Smart

#BEAST

Source image : ESPN

Après un premier checkpoint effectué ici le mois dernier, on enchaîne sur ce début d’année 2017 avec un nouveau coup d’oeil sur la course au titre de Sixième homme de l’Année. Sortez vos piles Duracell, préparez vos serviettes pour les titulaires, on sent penche sur la crème des remplaçants !

Bien évidemment, les mentions honorables doivent être ajoutées pour ne pas oublier de saluer le formidable travail effectué par ces soldats sur ces quatre dernières semaines de compétition. Des joueurs comme Brandon Jennings, Wilson Chandler, Nikola Vucevic, Greg Monroe, Joe Johnson, Doug McDermott, Ian Clark, Kelly Oubre et tant d’autres.

Stats arrêtées au 6 février.

Place Joueur Bilan du mois

10°

C.J. Miles

Cette dixième place aurait pu revenir à pas mal de monde, notamment Joe Johnson qui remplissait pas mal de cases avec son dossier, cependant la remontée au classement des Pacers et le bombardement quotidien de Cidjé nous ont forcé à rendre hommage à ce dernier. Envoyé en mission tous les soirs par Nate McMillan afin de dynamiter la défense adverse, Miles n’a aucune chance de finir sur le podium de ce trophée mais on devait tout de même le féliciter. Car dans l’Indiana, lui, il assure.

Statistiques : 10,6 points et 3 rebonds en 23 minutes

Terrence Ross

Coup de mou pour le frère de Philippe, qui d’ailleurs va assez bien avec le coup de mou de son équipe. Toronto chute dans le classement, la production de Ross a aussi baissé, on aurait même pu parler de Norman Powell et de Cory Joseph avant lui mais on ne va pas pousser trop loin non plus. Ce serait cool que T-Ross nous offre deux ou trois grosses performances, car son cas en a besoin et son équipe surtout en rêverait. Let it fly, comme ils disent là-bas.

Statistiques : 10,4 points et 2,6 rebonds en 23 minutes

Tyler Johnson

C’est vraiment con que le Heat ne fasse pas une meilleure saison, sinon on en ferait des tonnes et des tonnes encore sur la paire de Johnson à Miami. Tyler d’un côté, James de l’autre, un duo qui cartonne sur les ailes et permet à Spoelstra de garder son niveau de jeu pendant 48 minutes. Dans la production, c’est le plus jeunes (Tyler) qui offre le plus donc on doit lui filer ce spot, mais attention à ne surtout pas sous-estimer la puissance de James qui apporte autant dans le beau jeu du Heat dernièrement.

Statistiques : 13,9 points et 4,3 rebonds en 31 minutes

Zach Randolph

Les semaines passent et se ressemblent pour Zibo, lui qui a encore mangé de l’intérieur au petit-dej sans avoir à transpirer. Du double-double en sautant à peine par-dessus un bouquin, des Grizzlies qui tiennent dans la course à l’Ouest, c’est limite si on se demande ce qu’il fout aussi bas dans le classement. Ah oui, justement, on veut bien un meilleur spot que celui de Memphis à l’Ouest actuellement. Cela aiderait le dossier du nounours aux pattes de velours.

Statistiques : 14,2 points et 8,3 rebonds en 24 minutes

Jamal Crawford

La moyenne de Jamal n’est pas aussi exceptionnelle que par le passé, ce qui le forcera à devoir dire au revoir à son trophée préféré. Cependant, il ne faut pas oublier l’importance que Crawford a dans le bon fonctionnement des Clippers, et dans les précieux points qu’il apporte au quotidien. Pas sûr que Blake et Redick puissent s’en sortir offensivement sans Chris Paul, autant filer la gonfle à Jamal et le laisser faire danser ses défenseurs.

Statistiques : 12 points et 2,9 passes en 27 minutes

Patty Mills

On perd quelques places du côté de San Antonio, non pas d’un point de vue collectif mais simplement concernant le dossier de Patty, qui a besoin de plus… de générosité. En effet, son temps de jeu réduit l’empêche de réaliser des explosions plus larges, mais comment laisser le scoreur numéro 1 du banc des Spurs de côté ? Voilà une cinquième place, qu’il faudra changer avec un ou deux cartons en février sous peine de chuter encore dans ce classement.

Statistiques : 10,1 points et 3,3 passes en 22 minutes

Tim Hardaway Jr

Complètement possédé depuis quelques semaines et auteur d’un comeback monumental à Houston, le fils de Tim Hardaway est en train de se signer un contrat monstre qu’on adorera découvrir cet été. Il a la dégaine parfaite du remplaçant nourri à la nitroglycérine, et Mike Budenholzer l’a bien compris : carte-blanche en sortie de banc, et vu qu’en ce moment tout rentre, on se régale. Du Très Haut Jeu pour THJ.

Statistiques : 12,5 points et 2,4 passes en 24 minutes

Lou Williams
Les Lakers craquent, donc on est censés le faire chuter du podium, non…? Oui, normalement, sauf que même en ayant vu sa moyenne de jeu diminuer en un mois, la production de l’animal a fait le chemin inverse. Oui, Loulou continue à envoyer du bois en sortie de banc, et même si on ne voit jamais la NBA lui refiler le trophée dans trois mois, on a du mal à l’enlever du Top 3, tant c’est dangereux de jouer Williams en fin de match.

Statistiques : 18,3 points et 3,2 passes en 24 minutes

Marcus Smart

Quand l’équipe va, tout va ! Du côté de Boston, l’absence d’Avery Bradley a peut-être fait peur à pas mal de monde… mais n’est-ce pas là le test ultime pour un candidat au titre de Sixième homme de l’année ? Toujours aussi infernal en défense, crucial dans le money-time et capable de rentrer quelques shoots, Marcus est clairement en train de mettre en place un dossier qui pourrait menacer l’intouchable Eric Gordon. C’est fou à dire, quand on voit la production de l’arrière de Houston, mais voilà aussi la saison de qualité que nous pond Marcus avec les Celtics.

Statistiques : 9,9 points et 4,7 passes en 31 minutes

Eric Gordon

Le retour sur Terre n’a pas été facile pour EG. On le voyait sur une autre planète depuis octobre dernier, enchaînant les cartons offensifs comme s’il se croyait encore à la fac. Puis ? Un coup de mou, des tirs qui ne rentrent plus et une moyenne qui a pris son coup de fouet. Pour le moment, ça va, la production reste conséquente et Houston est dans le haut de l’Ouest. Mais comme mentionné ci-dessus ? Attention à ne pas enlever le pied de l’accélérateur, car Boston n’a pas prévu de le faire et Smart offre tout ce qu’il faut pour voter en sa faveur. Un petit carton de Gordon avant le All-Star Break serait le bienvenu.

Statistiques : 17,3 points et 2,8 passes en 31 minutes

Prochain checkpoint lors de la première semaine de mars, avec un leader du classement qui devra tenir sa cadence sans se blesser, et d’autres guerriers qui tenteront de dynamiter des bancs tous les soirs.

Les visiteurs ont tapé :

2 Commentaires

2 Comments

  1. Arnaud Mouillard

    6 février 2017 à 10 h 09 min at 10 h 09 min

    Z.Randolph derrière Mills, Hardaway Junior et surtout Jamal Crawford ? JAMAL CRAWFORD ! 12 points à 35% dans une équipe qui ne gagne plus !!!

    1/ E.Gordon
    2/ Zach Nounours (14 points, 7 rebonds en 24 minutes dans une team top 8 à l’Ouest les gars !!!)
    3/ Smart

    4/ Williams, parce qu’il shoot come il veut dans une équipe de losers, trop facile.
    5/ Hardaway Junior, qui pourrait finir dans le top 3 …

  2. kay

    6 février 2017 à 22 h 04 min at 22 h 04 min

    Et Kanter vous etes serieux lol ?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top