Pacers

Jeff Teague, Nate McMillan et les Pacers new look débutent ce soir face aux Pels : chaud devant

Pacers Starting block

Attention, ça va courir chez les Pacers !

Source : flickr.com

Cette nuit à 2 h du matin, un autre poids lourd de l’Est entre en scène : Indiana. Les Pacers se rendent en Louisiane pour affronter les Pelicans et tester leur nouveau playbook. Avec trois nouvelles pièces dans le cinq, Indiana devra, dès ce soir, se rassurer sur les changements effectués…

Cet été, Indiana a revu son cinq presque en intégralité et recruté à la hauteur de ses ambitions. Les Pacers ont enregistré, en autres, l’arrivée de trois joueurs de gros calibre sur les lignes arrières, à l’aile et à l’intérieur (en somme partout), avec les arrivées de Jeff Teague en provenance d’Atlanta, Thaddeus Young de Brooklyn et Al Jefferson de Charlotte. Pour diriger ce nouveau squad, le front office a promu l’assistant coach (et autrefois coach en chef des regrettés Sonics puis des Blazers) Nate McMillan, à la place du valeureux Frank Vogel parti à Orlando. L’air de rien, les Pacers sont parvenus à repartir sur de nouvelles bases en évitant des changement trop brutaux. Le changement, c’est bien mais l’instabilité c’est mal, et incarne le premier obstacle à la fameuse “Chemistry” (l’alchimie, l’entente entre joueurs). Larry Legend le sait et agit donc par petites touches.

Et quelles petites touches ! Au poste d’ailier fort, Thaddeus Young, un pur stretch 4 naturel, permettra à Nate McMillian de s’adapter à n’importe quel format proposé par l’adversaire tout en respectant le style de jeu qu’il a toujours prôné, à savoir : bosser dur en défense et cavaler en attaque. Young devrait prendre plus de plaisir en un mois de compétition avec son nouveau jersey qu’au cours de ses trois dernières saisons pleine de défaites partagées entre Minnesota et New Jersey. Au poste 5, le besogneux Al Jefferson apportera sa solidité et son ancienneté qui feront beaucoup de bien au groupe et profitera au jeune Myles Turner. Notre frenchie, Kevin Seraphin, est arrivé de New York pour compléter la peinture et espérer décrocher plus de minutes qu’aux Knicks… Et enfin, “The last but not the least” : le redoutable Jeff Teague, qui officiait à Atlanta depuis ses débuts en 2009, a été recruté pour diriger l’attaque et assister un Paul George plus déter que jamais. A 28 ans, l’expérience, le shoot, la gestion et le sang-froid du meneur n’ont pas grand chose à envier aux meilleurs à son poste.

A l’image de son président, tonton Larry, Indiana n’aime pas la hype, qui le lui rend bien. Les Pacers sont rarement estimés à leur véritable valeur et cette nouvelle saison ne déroge pas à la règle. Les hommes de McMillan sont pourtant armés pour honorer leurs objectifs, voire plus… Début de réponse cette nuit !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top