Pacers

Aaron Brooks débarque dans l’Indiana pour un an : les Pacers plus que jamais favoris pour le titre 2010

La free agency tire gentiment à sa fin et si certaines franchises ont décidé de reconstruire du sol au plafond, les Pacers ont bossé sérieusement cet été pour former un groupe solide autour du franchise player en chef Paul George et de leur jeune intérieur en devenir Myles Turner. Nouvel arrivant dans l’Indiana, Aaron Brooks, probable back-up de Jeff Teague à la mène. C’est pas de première jeunesse, mais ça connait un peu le basket et ça coûte pas cher.

Exit donc Ian Mahinmi et le triangle des Bermudes (Jordan, Solomon et George Hill), bonjour Al Jefferson, Jeff Teague, Jeremy Evans et Thaddeus Young. Bonjour aussi à Aaron Brooks, qui a donc donné son accord hier à Larry Bird pour venir jouer les back-up à la mène et donner encore un peu plus d’expérience à cette équipe des Pacers intelligemment bâtie entre expérience et jeunesse florissante.

 Le meneur free agent Aaron Brooks a donné son accord aux Pacers pour un contrat d’un an et 2,5 millions de dollars qu’il signera dans la semaine.

Drafté en 2007 par les Rockets, le meneur de jeu de 31 ans passé depuis par Phoenix, Sacramento, Denver et Chicago est connu pour être un dangereux phénomène derrière la ligne (des pointes à plus de quarante points, un 7/7 du parking en 2010 avec Houston). Une année 2010 où il sera d’ailleurs élu MIP lors d’une saison qui représente jusque-là le pic de forme de sa carrière puisqu’il tournait alors à 19,3 points et 5,6 passes en tant que starter des Rockets.

Aaron Brooks rejoint donc une équipe des Pacers renforcée par des joueurs d’expérience à défaut d’être dans leurs plus belles années (Al Jefferson sort de deux saisons compliquées, Jeff Teague doit prouver qu’il est encore un meneur dominant) et signera bientôt son contrat, une fois que son meneur titulaire aura signé le sien car le spectre de DeAndre Jordan est toujours présent chez les GM de la Grande Ligue. C’est en tout cas un renfort de poids pour Indiana et à moindre coût (les Pacers n’ont de toute façon plus vraiment de thune dispo) et pas vraiment risqué. En effet, si toutefois Aaron Brooks nous faisait une Felton 2011 en se pointant avec dix kilos en trop ou un talent intercepté par des Monstars, Nate McMillan pourra toujours compter sur Rodney Stuckey ou Monta Ellis, capables tous deux de porter le ballon et de dépanner au poste 1.

Petit ajout donc pour les Pacers mais ajout intéressant. Avec Jeff Teague, Monta Ellis, Aaron Brooks et Al Jefferson dans le même roster, les Pacers sont désormais armés pour aller emmerder du monde en Playoffs. Mais derrière un grand Paul George quand même, histoire de rappeler aux fans du Bankers Life Fieldhouse que l’on est bien en 2016, malgré un roster digne d’un NBA Live des années 2000.

Source texte : nbcsports.com

Source image : Jonathan Daniel/Getty Images


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top