Lakers

Plus de TrashTalk

Il y a encore trois ans, qui aurait imaginé que les Lakers en arriveraient là aujourd’hui ? Bon, même s’ils ne sont encore nulle part, on peut dire qu’il y a eu une sacrée évolution par rapport à l’époque où Brandon Ingram était le leader de l’équipe. On vous a dit qu’ils étaient tombés bien bas. À l’époque coachée par Luke Walton, la très jeune équipe de Los Angeles devait encore terminer son deuil de l’homme aux deux maillots retirés. Kobe qui prend sa retraite à l’été 2016, le super méga giga bon assistant coach des Warriors qui débarque à L.A. la même année – et qui s’avérera plus tard être beaucoup moins bon quand il n’y a pas Steve Kerr pour lui donner des ordres -, et toute la petite troupe de rookies – comme Ingram, Josh Hart, Lonzo Ball, Kyle Kuzma – qui arrivent dans un roster vide et à qui on a dit « maintenant, vous êtes les leaders ». Cool mais pas si simple pour des petits jeunes de devoir mener une équipe comme les Lakers face à des franchises établies depuis déjà plusieurs années. Et on va pas se mentir, bah ils n’ont pas réussi en fait.

C’est finalement avec l’arrivée de LeBron James pendant la Free Agency 2018 qu’on a enfin eu un premier sentiment de renaissance. Parce qu’il faut se le dire, Bronbron est un véritable aimant à joueurs. Avant, aucun mec n’aurait signé chez les Pourpre et Or car les chances de se planter étaient trop grandes. Mais avec l’arrivée du numéro 23 aux manettes, la franchise a tout de suite changé de visage et un paquet de ringchasers ont soudain pris un vol direct pour la Californie. Javale McGee en provenance de la baie de San Francisco et des gars comme Rajon Rondo ou Lance Stephenson. Bon, même avec cet effectif – mi-rouillé, mi-trop neuf – la franchise n’a pas encore décollé bien haut. Une simple dixième place pour LeBron qui a raté les Playoffs pour la première fois depuis le Big Bang en 2019. Mais avec l’arrivée d’Anthony Davis dans la ville soleil cet été, les Lakers ont enfin toutes les armes pour aller chercher le titre NBA. Bon, même si pour cela il a fallu dégager (presque) tous les gamins de l’ancien projet de Rob Pelinka. C’est Magic Johnson qui doit bien rigoler sur son canapé.


To Top