Notes de match

Les notes de Clippers – Warriors : Stephen Curry vient d’acheter une baraque de 1 302 km², et elle s’appelle Los Angeles

Stephen Curry

Comme à la maison.

source image : montage TrashTalk

# GOLDEN STATE WARRIORS

Andrew Wiggins (6) : l’un des bons élèves de la classe en EPS, mais qui a oublié ses affaires de douche. Du coup, il a attaqué en essayant de ne pas suer, et forcément le résultat est moyen. À noter une défense XL sur Paul George.

Kevon Looney (5) : seulement 13 minutes pour celui qui a été sauvé par la secrétaire de mairie. Cette héroïne a remplacé le « I » de son prénom par un « O », afin d’éviter un collier de barbe, plusieurs passages sur NRJ 12 et le débridage d’une 50 dans le garage.

Stephen Curry (9) : le surdoué qui peut se permettre de gronder le professeur, car la minute d’après, c’est lui qui fait avancer le cours de par une réflexion de génie. Il est sans conteste le meilleur shooteur de tous les temps, et ceux qui lui préfèrent Ray Allen sont les mêmes qui portent toujours des casquettes plates.

Draymond Green (5,5) : pas une perf’ fantasmagorique mais soyons honnêtes, c’est un pur bonheur de le voir jouer avec les Dubs lorsque ceux-ci envisagent le très haut de tableau. Il l’ouvre tout le temps et embaume les rencontres d’un parfum des nineties, devenu rarissime dans ce monde du politiquement correct. Vive les déviances, vive les vagues, à bas les OGM.

Jordan Poole (6) : a envoyé une mandale dans la tronche de Tyronn Lue quand ce dernier lui a fait signe de venir voir : « regarde Jordan, je touche ton bras, je touche de la chair de Poole ».

Otto Porter Jr. (7) : il adore les écrans Porter #JeanBloguinHumoriste.

Nemanja Bjelica (?) : pas vu, du coup on vous met un lien vers le générique de Monster Allergy. Si certains ont connu cette incroyable époque, qu’ils se manifestent quelque part.

Juan Toscano-Anderson (5,5) : un blaze de passeur dominicain qui drague les nanas en se faisant passer pour « le gars de Despacito ».

Chris Chiozza (4) : y’a un peu de Deron Williams, mais il y a surtout trop de Chris Chiozza.

Gary Payton II (5,5) : son père est un Hall of Famer nonuple All-Star, lui est un bon role player. Son fils sera donc mécanicien dans le Loiret.

# LOS ANGELES CLIPPERS

Paul George (8) : une grosse presta mais 8 balles perdues pour Piji Feurtine, soit autant qu’un groupe d’ados cet été au camping de Martiniguet-les-Oies. Lui a juste le luxe de ne pas devoir les racheter.

Marcus Morris (6) : d’abord bon, puis vite fatigué. On est dimanche, il était chez la mif ce midi, et quand tes repas de famille ont lieu dans un hangar désaffecté à boire des bières, écouter du rock et échanger des coups de crânes avec des hooligans du Tennessee, c’est normal d’être crevé.

Ivica Zubac (5,5) : Hodor si Bran n’avait pas mis la lumière sur Winterfell.

Eric Bledsoe (6,5) : match solide et sans concession, vive les pots de protéines.

Reggie Jackson (3,5) : après le Loup de Wall Street, voici le Loup-garou d’Hollywood Boulevard. Habituellement important dans le cinq des Clippers, il récupère son vieux niveau les nuits de pleine lune.

Luke Kennard (4) : allume malgré sa maladresse, Luke Canarde.

Serge Ibaka (4,5) : passe son temps à raconter aux jeunes qu’il était le coéquipier de Kevin Durant et l’un des meilleurs défenseurs de la Ligue. Serge le mytho. 

Terance Mann (5) : « Sanka, t’es mort ? Yeah Mann. »

C’est ainsi que s’achève cette fournée de notes, on espère que vous avez bien ri, parce que nous, on s’est régalé devant ce match. On se retrouve dimanche prochain pour une nouvelle édition, avec cette fois un petit… Cavaliers – Jazz !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top