Heat check

Souvent tenté dans un état second, le heat check permet à un joueur de vérifier (ou de montrer à toute la salle) s’il est vraiment « on fire » ou pas en tentant un mauvais tir rapide, soit très éloigné soit en total déséquilibre, après avoir rentré plusieurs shoots de suite. Exemples typiques : J.R. « Gérard » Smith, Gerald Green, Nate Robinson ou encore Rudy Gay.

Source image : Bleacher Report


To Top