Rockets

NBA Flashback 2017-18 #39 : le jour où James Harden a aspiré l’âme de Wesley Johnson

James Harden

Twister time.

Source image : YouTube

Les anciens en ont pris l’habitude et les petits nouveaux vont le découvrir, les deux mois d’été sur TrashTalk sont chaque année l’occasion de dormir un peu de vous faire revivre le meilleur de la saison écoulée. Perfs individuelles, séries de Playoffs, posters de cannibale, game winners ou patates de forain, il y en aura pour tous les goûts et ce jusqu’au 31 août prochain. Allez, mode rétroviseur enclenché, parce qu’elle était vraiment pas mal cette saison 2017-18…

Il est de ces actions qui restent ancrées dans nos mémoires. Des shoots clutchs bien sûr (coucou Kyrie), des posters sanguinolents (hello Fred Weis), des contres historiques (yo Iggy wassup ?) mais également des cross à vous faire mal au genou même devant votre télé. L’action vécue ce 28 février au Staples Center fait partie de cette dernière catégorie, et Wesley Johnson se rappellera très longtemps de sa rencontre avec James Harden… et le parquet.

Il est environ 5h du matin à Paris comme à Châteauroux et les Rockets mènent déjà 28 à 7 au Staples Center. Les antécédents entre Houston et les Clippers sont connus de tous et la bande à D’Antoni veut cette fois-ci s’éviter tout money time un peu trop relou et ce sera d’ailleurs chose faite avec un 34-12 irrévocable passé aux hôtes dans le premier quart. Mais plus que le score, le principal fait divers de la soirée sera cette fois-ci visible sur le parquet et non dans les vestiaires, puisqu’à une minute de la fin de la première reprise… James Harden va mettre définitivement l’ennemi dans les cordes. L’ennemi s’appelait ce soir-là Wesley Johnson, aka la mauvaise personne au mauvais moment.

Il reste donc exactement 1,22 au chrono de ce premier quart et l’ailier des Clippers se prend à rêver puisqu’il décide de venir défendre sur le futur MVP. Mauvaise idée. Deux ou trois dribbles entre les jambes pour faire cainri, feinte de départ main gauche, petit raffut Bryonrussellien avec la main gauche et c’est le drame. Le pied droit de Johnson s’ancre dans le parquet, les jambes se croisent, les fesses partent en arrière et le pauvre bougre termine en grand écart, la bise à Emilie Le Pennec. Entre-temps ? Ramesse a lâché son habituel step-back, s’est repositionné derrière la ligne à 3-points et prend même le temps de toiser sa victime deux bonnes secondes. Milos Teodosic aura beau lui venir en aide, le shoot fera ficelle et si Wesley préfère sur le coup en rire, on sait tous ici que son sourire cachait alors des litres de larmes de sang.

Les réactions seront nombreuses au petit matin, à base de gneugneugneu manque de respect et j’en passe. Une chose est sûre, ce soir-là James Harden a aspiré l’âme de Wesley Johnson et des quatre prochaines générations de sa famille. L’humiliation level grandiose : NBA, where amazing happens.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top