Heat

Hassan Whiteside prêt à repartir à la guerre avec le Heat : « Je me sens bien mieux que la saison dernière »

Hassan Whiteside

Prêt à relâcher des triple-doubles avec les contres Hassanssin ?

Source image : Youtube

Et vas-y que Pat Riley le drague, et vas-y qu’Erik Spoelstra en fait de même, au tour d’Hassan Whiteside de rassurer ses dirigeants. Le pivot pur beurre estime avoir récupéré la pleine possession de ses moyens. Jusqu’en avril c’est ça ?

Hassan Whiteside s’apprête à entamer sa cinquième saison dans l’effectif du Heat. Arrivé en 2014 en provenance de G League, après être passé par le Liban et la Chine en quelques mois, Agent Block s’est révélé être une bonne pioche dès sa première saison en Floride, affichant un double-double de moyenne et 2,6 blocks en seulement 24 minutes par match, à 63% au tir. Les deux saisons suivantes seront celles de la confirmation du talent immense de M. Blanc-Côté, qui culmine même à 3,7 blocks de moyenne par match en 2015-16, dans une saison où, cerise sur le gâteau, il réussira une première campagne de postseason très convaincante. Quelle chance a-t-on de l’avoir, s’exclame en chœur fans et dirigeants du Heat ! Bim, gros contrat signé. Et deux ans plus tard, voilà où on en est, à faire des articles parce que le joueur et son coach ont daigné se rencontrer. Eux qui ont connu de gros différends cette année. Car, si les chiffres de la saison régulière sont toujours impressionnants (14-11-2 en 25 minutes), la prestation pitoyable du joueur de 29 ans au premier tour des Playoffs face aux Sixers avait semblé consommer le divorce entre lui et la seule franchise qui lui a fait confiance en NBA pour le moment. Tempête dans un verre d’eau, nous annoncent-on désormais depuis South Beach. Répondant au journaliste de The Sun-Sentinel, Shandel Richardson, le pivot nous apprend même que les deux hommes parlent de la vie et toutes ces choses-là ensemble maintenant. C’est beau une telle relation entre un joueur et son coach.

« Nous avons eu une super discussion. Il y a de la confiance des deux côtés. Je pense que c’est le plus important. La rencontre a duré environ quatre heures. On a beaucoup parlé de la vie. C’était deux heures sur le basket et deux heures sur la vie. C’était une bonne discussion. […] Je me sens très bien. Je me sens beaucoup mieux que je ne l’étais pendant la saison dernière. Je suis complètement guéri. J’ai la sensation d’être à nouveau moi. Je n’étais pas en forme l’année dernière. J’entrais et sortais de la rotation à cause des blessures. Un coup pris à l’os prend des mois à se résorber. »

En plus d’avoir renoué le contact avec son entraîneur, Count Blockula affirme avoir retrouvé le niveau qui était le sien avant les blessures l’ayant handicapé la saison dernière, notamment au genou. HW n’avait pu disputer que 54 matchs de régulière, peinant à s’inscrire dans la continuité dans la rotation millimétrée d’Erik Spoelstra, qui en a profité pour donner des minutes à Kelly Olynyk et au rookie Bam Adebayo. On n’imaginait pas une seule seconde l’athlétique intérieur de 2,13m pour 120 kilos poursuivre l’aventure avec le Heat, alors que la chaleur semblait avoir disparue entre eux. Mais l’échec du management d’Andy Elisburg pour parvenir à un trade de son numéro 21 aura ramené les deux parties à la raison : il va encore falloir faire un bout de chemin ensemble. Le contrat de Whiteside s’arrête dans deux ans et 52,5 millions de dollars versés. À ce prix, autant essayer de relancer un pivot, certes peu adapté à la NBA moderne où les stratégies small ball se multiplient au cours d’un match, et où la défense dans la raquette ne suffit plus pour bloquer un intérieur sachant shooter sans son dunk, mais qui peut dégoûter une équipe à lui tout seul lorsqu’il décide de confisquer la gonfle au rebond. En outre, les dernières images qui nous sont parvenus d’Afrique, où Hassan Whiteside prend actuellement part au programme ‘Basket sans frontières’, le montrent en train de taffer son shoot extér’ avec Javale McGee. Avec eux, on ne risque pas la rupture de briques.

L’inter-saison 2018 est déterminante pour la suite de la carrière d’Hassan Whiteside. S’il ne veut pas quitter prématurément une Ligue dans laquelle il s’est affirmé tardivement, le gamin de Caroline du Nord va devoir faire des concessions dans son jeu. Pour lui… et pour l’équipe.

Sources texte : The Sun-Sentinel, Miami Herald

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top