Pistons

NBA Flashback 2017-18 #27 : le jour où Blake Griffin a abandonné son voilier pour investir dans la bagnole

Blake Griffin

Ford et Caterpillar ont explosé en bourse ? Let’s go.

Source image : YouTube

Les anciens en ont pris l’habitude et les petits nouveaux vont le découvrir, les deux mois d’été sur TrashTalk sont chaque année l’occasion de dormir un peu de vous faire revivre le meilleur de la saison écoulée. Perfs individuelles, séries de Playoffs, posters de cannibale, game winners ou patates de forain, il y en aura pour tous les goûts et ce jusqu’au 31 août prochain. Allez, mode rétroviseur enclenché, parce qu’elle était vraiment pas mal cette saison 2017-18…

Quelle meilleure période que celle-ci pour revenir sur le coup de tonnerre survenu le 29 janvier dernier, quelque part entre Los Angeles et Detroit… Un blockbuster trade comme on les aime, envoyant l’une des (la ?) plus grandes stars de l’histoire des Clippers de l’autre côté des Etats-Unis, mettant presque définitivement l’époque Lob City des Clippers dans le rétro de la Grande Ligue…

Question : qui l’avait vu venir ? Réponse : personne.

Nous sommes le 29 janvier en toute fin de soirée et les premiers signes annonciateurs d’un séisme fleurissent sur Twitter. Le nom de code serious talk est lâché par l’insider Adrian Wojnarowski et la bombe tombe quelques minutes plus tard : Blake Griffin est transféré à Detroit en compagnie de Brice Johnson et Willie Reed, tandis que Boban Marjanovic, Avery Bradley, Tobias Harris et deux tours de Draft font le chemin inverse. La NBA est en PLS, les fans des Clippers en position foetale et ceux des Pistons tout excités, car le rapport de force vient de changer avec – et c’est tellement rare – une superstar NBA qui passe d’Ouest en Est, à contre-courant de ce qui se fait depuis maintenant un paquet d’années. Blake Griffin rejoint alors Andre Drummond pour ce qui s’annonce comme l’un des duos d’intérieurs les plus excitants de ces dernières années, alors qu’en Californie on semble vouloir tirer un trait définitif sur l’âge d’or de la passe lobée au Staples Center, en disant adieu au passage au deuxième meilleur marqueur et troisième meilleur rebondeur de l’histoire de la franchise…

Et du coup, ça a donné quoi ?

Spoiler, il est un peu tôt pour répondre à cette question. Le bilan des Pistons avec leur nouvel intérieur star ? 11 victoires et 14 défaites. Bof. Une fin de saison tronquée par les blessures, et finalement l’impression que la pleine mesure du duo Griffin/Drummond sera donnée à la reprise de la saison prochaine. Les stats de Quake dans le Michigan ? 19,8 points et 6,6 rebonds en 25 matchs, un poil de roux moins bien qu’avec les Clippers mais des chiffres à mettre en lien aussi avec le temps d’adaptation nécessaire lorsque l’on déménage pour la première fois de sa carrière. Très vite le rouquin aura montré que son asso avec Dede avait de beaux jours devant elle (quatre victoires en quatre matchs pour commencer), mais le père de Pau Gasol et Timofey Mozgov aura finalement pris de plein fouet la difficulté des Pistons à survivre à l’Est, la faute à un roster beaucoup trop limite notamment sur les lignes arrières. Rien de bien méchant donc quand on check le bilan négatif du Detroit post trade, et c’est donc vraiment dès le mois d’octobre que l’on verra si Stan Van Gundy avait vu juste en misant sur l’ancienne idole de Los Angeles.

Les arrivées de Zaza Pachulia, Glenn Robinson III ou Anthony Tolliver ne révolutionneront pas le jeu des Pistons mais c’est réellement le niveau de jeu de Blake Griffin qui conditionnera cette année les résultats de sa nouvelle franchise. Aucune excuse désormais, et pas de Chris Paul pour rattraper les boulettes, avec tout le respect que l’on a pour Reggie surcote Jackson. Rendez-vous dans deux mois pour les premières réponses à nos questions. Blake Griffin rentrera bientôt dans sa trentième année, c’est le moment de devenir un homme.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top