Heat

Dwyane Wade en Chine, ça chauffe : offre de 25 millions sur 3 ans des Zhejiang Golden Bulls

Dwyane Wade

La tête que tu fais quand on te propose 25 millions à 36 ans.

Source image : NBA League Pass

On vous évoquait le grand intérêt des clubs chinois pour Dwyane Wade il y a quelques jours, celui-ci s’est concrétisé hier avec l’annonce d’une offre de 25 millions, étalés sur trois ans, faite à Flash par les Zhejiang Golden Bulls. Une aubaine pour le joueur de 36 ans, qui n’en touchait que 2,3 la saison dernière (en plus de son magnifique buy out). Mais une retraite dorée l’emmènera-t-il vers la postérité ?

Décidément, Wade = Chine ces derniers temps. En voyage dans l’Empire du Milieu pour une tournée promotionnelle, D-Wade en a profité pour prolonger avec son équipementier chinois Li-Ning. Une petite extension du contrat… à vie. Tant qu’à faire, ça évitera à Flash de perdre du temps avec de la paperasse en retraite. Et visiblement, la visite du combo guard a donné des idées aux dirigeants de clubs chinois. Le reporter Zhang Duo a avancé en fin de semaine dernière qu’un contrat « monstrueux » était sur le point d’être proposé par les Xianjiang Flying Tigers. Et bien les tigres volants se sont fait griller la politesse par les taureaux dorés, selon le même Zhang Duo, qui a annoncé, via Sportando, que les Golden Bulls avaient mis sur la table une offre de 25 rouleaux de printemps aux crevettes sur trois ans. Quatre fois plus que ce que touchait Flash la saison dernière, et près de deux fois plus que le maximum que pourrait lui offrir le Heat la saison prochaine. Pourrait, car on vous rappelle que Pat Riley n’a toujours pas proposé de prolongation à l’icône du Heat. Car, si c’est sûr que niveau financier, la question ne se pose pas, est-ce vraiment cet aspect-là qui guidera le choix de Dwyane Wade ? On a dû mal à le croire, lui qui a déjà amassé près de 200 millions au long de sa carrière bien remplie. Et on ne parle que de son salaire, pas de tous les contrats sponsorings ou shoes autour. Ah, les shoes justement, il pourrait peut-être être là le motif : maintenant qu’il a signé un contrat éternel avec Li-Ning, il pourrait plus aisément assurer la promotion de la marque chinoise en participant au développement du championnat national. Avec un statut de All-Star là-bas, il sera d’autant plus sous les feux des projecteurs qu’il ne l’est désormais en NBA. Pour l’estime de soi, ça peut faire du bien de se sentir à nouveau dans les meilleurs.

Mais la fin de l’histoire serait-elle belle en cas de départ ?

Car, aussi idyllique que l’offre peut paraître, elle renferme plein de questions auxquelles Flash va devoir répondre, seul et avec son entourage. On évoquait la possible plus forte promotion de Li-Ning si Wade débarquait en Cochinchine, mais rien ne garantit cette théorie. Au contraire, on pourrait regarder les choses autrement et se dire que le joueur est plus utile en NBA, pour une marque qui cherche à conquérir davantage le marché outre-pacifique. Mais ses autres sponsors actuels, Panini, Gatorade, New Era ou encore Hublot, se montreront-ils toujours autant intéressés par la légende de Miami quand elle deviendra la légende de Zhejiang ? Surtout qu’au-delà du niveau sportif du championnat chinois qui, malgré tous ses efforts, est encore à des années lumière de la NBA, un nouveau départ de Dwyane Wade de sa Floride d’adoption serait vécu un peu brutalement par les fans et plus généralement par la planète NBA. S‘il a déjà quitté le navire à l’orée de la saison 2016/17, l’escapade de Pookie dans le Nord-Est du pays pendant un an et demi n’a en rien « gâché » le beau tableau de la carrière du joueur drafté en n°5 par Miami en 2003. Au contraire, on a presque l’impression que D-Wade a bouclé la boucle en revenant à Miami après être retourné dans la ville de son enfance, Chicago, puis en passant taper la bise à LeBron avant son déménagement de Cleveland, lui avec qui il a écrit les plus belles pages de l’histoire du Heat. Emballez c’est pesé, je reviens pour la fin de saison dernière chez oim, je claque une fin de campagne bien solide, et je termine en roue libre à la Dirk pour la ou les prochaines année(s). Enfin ça c’est ce qu’on aimerait penser en tant que fan de NBA, mais on est loin d’avoir toutes les cartes en mains pour juger le choix de DW. Pour rêver de ça, il faudrait déjà que Pat Riley se bouge le cul et sorte son petit chéquier. Car si ce n’est pas la taille qui compte dans l’esprit de Dwyane, ce serait triste de le voir faire ses valises sur un choix par défaut. Surtout qu’il a encore largement le niveau pour évoluer dans la Grande Ligue au moins un an de plus. Pas sûr que les Chinois fassent de la banana boat en plus, ce serait bon de vérifier car il s’agirait pas d’avoir Dwyane Wade sur un nem boat comme dernière image de sa carrière.

On voit mal Dwyane Wade accepter l’offre des Golden Bulls, il a pu voir à son retour à Chicago que le mode taureau ne lui réussissait pas. D’ailleurs, rien ne lui va aussi bien que le mode chaleur. Alors, Dwyane, pense à ta femme, tes enfants, toi, nous, et reste à Sud-Plage. On s’occupe de Pat Riley.

Sources : Sportando, Spotrac, Forbes

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top