Celtics

Shane Larkin fait le max pour retrouver une franchise : retour en Europe en cas d’échec, faut bien bouffer

Shane Larkin

Ah le marché de l’emploi…

Source image : YouTube

Nul n’est prophète en son pays, Shane Larkin l’a bien compris. Après un début de carrière compliqué en NBA, le meneur n’a pas hésité à traverser l’Atlantique pour se relancer en Europe, à Baskonia. Au pays basque, Larkin s’est fait un nom et a terrorisé les défense de Liga ACB. De quoi convaincre Boston de le faire revenir au pays pour jouer les troisièmes meneurs quelques mois. De nouveau free agent, il cherche désormais la franchise qui voudra bien lui filer quelques minutes par match de plaisir.

A 25 ans, DeShane dit Shane Larkin a déjà connu cinq franchises différentes. Drafté en 18ème position par les Hawks en 2013, il est alors directement envoyé à Dallas. Ça commence bien. Dans le Texas, il ne jouera que très peu et alternera entre l’effectif NBA et l’équipe de G-League affiliée. Il n’inscrira que 2,8 points de moyenne sur l’année 2013-14, bien faible pour un premier tour de Draft. Il rejoindra l’année suivante les Knicks. Dans la Big Apple, Larkin commencera à s’exprimer et à gratter du temps de jeu. Dans un rôle de back-up derrière Jose Calderon (cette phrase…), la NBA découvre un meneur de poche (1m80 et 80 kilos) excellent manieur de ballon et par dessus tout capable de bombarder de loin. En 25 minutes de moyenne, il compilera 6,2 points et 3 passes décisives mais sera envoyé la saison suivante chez le voisin de Brooklyn. Dans une franchise en pleine reconstruction après l’échec de la superteam, le fils de Barry Larkin, une ancienne gloire du baseball, ne peut une nouvelle fois pas prétendre à une place de titulaire, la faute cette fois à Jarrett Jack. Quelle vie? A l’été 2016, après quatre années un peu galère, il se retrouve sur le marché des agents-libres. En manque de propositions lui garantissant un rôle et un temps de jeu raisonnables, Larkin prend ses valises et s’installe au Pays Basque. A Baskonia, anciennement appelé Laboral Kutxa, il martyrise les défenses et fait taire ses détracteurs. Avec 13,2 points dans le modèle FIBA, il s’impose comme l’une des superstars du championnat d’Espagne et brille en Euroleague. Des performances pas passées inaperçues car Boston et Danny Ainge lui proposent un contrat garanti à l’été 2017. Dans un rôle de troisième meneur, où il était le plus souvent associé à Terry Rozier en sortie de banc pour animer l’attaque de la second unit.

Après un bon parcours avec Boston et une finale de conférence, son contrat n’a néanmoins toujours pas été renouvelé. Alors que la franchise du Massachusetts s’est activée pour prolonger Marcus Smart, la possibilité de garder Shane Larkin n’est pour l’heure pas d’actualité. Toutefois, le point guard ne cache pas que rester chez les Verts est une vraie possibilité et aimerait pouvoir la saisir. La plupart des franchises ou presque ayant quasiment bouclé leur roster, les chances pour qu’il retrouve un contrat et un rôle correct dans la ligue nord-américaine se réduisent de jour en jour. Ainsi, un comeback en Europe, où son profil plaît toujours autant, reste envisageable. Des grosses cylindrées d’Euroleague comme le Maccabi Tel-Aviv, l’Anadolu Efes ou même on ancienne équipe Baskonia restent à l’affût.  Son choix n’étant pas encore fait, il a livré ses critères et ses conditions de signature pour HoopsHype.

« Lors de l’entretien de fin de saison, Danny Ainge et Brad Stevens m’ont dit qu’ils avaient apprécié m’avoir dans le roster et que nous serions en communication durant l’été. Vous ne pouvez jamais savoir ce qui se passe avec les trades et la free agency. Si à cette époque l’an passé je vous avais dit que Kyrie Irving serait un Celtic dans les semaines qui venaient, vous m’auriez dit ‘T’es fou.’ Donc on ne peut jamais savoir ce qui se passe avec Boston. Pour être clair, je n’ai aucun problème avec le fait de revenir aux Celtics. J’ai aimé cette saison. J’ai aimé le rôle que j’ai eu et ils ont une équipe qui sera énorme pendant des années. C’est la saison la plus plaisante que j’ai connue en NBA, la plus fun depuis que j’ai quitté la fac. Boston est toujours une option qui m’intéresse, mais l’équipe qui m’offrira la meilleure chance et la possibilité de progresser aura ma préférence. J’aimerais revenir à Boston… mais dans les bonnes circonstances. »

Pas sûr que l’on revoit Shane Larkin en NBA la saison prochaine. Après un passage brillant en Espagne, il pourrait retourner de l’autre côté de l’Atlantique pour tenter rebondir. Il jouit encore d’une très belle côte auprès des cadors européens, autant en profiter.

Source: HoopsHype

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top