Kings

Garrett Temple était bien plus qu’un joueur à Sacramento : tout juste transféré, il revient sur sa relation forte avec les Kings

Garrett Temple

On a hâte de voir l’accueil réservé par le Golden 1 Center à son ancien chouchou la saison prochaine.

Source image : Youtube

Cela ne faisait que deux ans que Garrett Temple évoluait chez les Kings. Pourtant, les fans garderont un souvenir impérissable du vétéran, dont le leadership n’est plus à prouver. À 32 ans, il vient d’être tradé pour la première fois, après la saison la plus aboutie de sa carrière sportive. L’arrière avait su construire un gros lien avec les habitants de Sacramento et son départ à Memphis laissera un grand vide à ces derniers.

Mis à part si vous êtes un fan des Kings ou des Grizzlies, ce n’est sans doute pas un mouvement qui restera longtemps dans vos mémoires : Garrett Temple échangé contre Ben McLemore, Deyonta Davis, un tour de Draft et trois pastèques. Les Kings ont ainsi pu libérer un million de cap space, portant leur total à 20 millions. En outre, les Californiens ont pu récupérer Ben McLemore un an après l’avoir lâché. Le dunkeur fou est un pur produit maison, drafté en 2013 en septième position par Sacto. Il n’a jamais explosé au niveau auquel on l’attendait et a donc poursuivi l’aventure NBA avec les Grizzlies la saison dernière. Une purge d’un an dans le Tennessee histoire d’accumuler toujours plus d’expérience dans la conduite d’un tank. Mais le retour du numéro 0, accompagné du jeune pivot Deyonta Davis qui viendra grossir les rangs déjà conséquents des intérieurs à la disposition de Dave Joerger, et d’un choix de second tour à la Draft 2021, ne suffira sans doute pas à faire oublier de sitôt Garrett Temple aux fans des Kings. Sur le terrain, on vous la fait courte : 8,4 points, 2,3 rebonds, 2 assists à 42% au shoot dont 39% à 3-points, en 25 minutes et 65 matchs joués en 2017/18. Gros impact défensif et véritable porte-voix de l’entraîneur sur le terrain et sur le banc. Désigné coéquipier de l’année lorsqu’il était à Washington puis à Sacramento, le bonhomme impose le respect et pousse ses coéquipiers à se dépasser. Mais cigarette est tant apprécié, c’est aussi pour la place qu’il a décidé de prendre dans la vie de la cité. À Sacramento, on l’a vu régulièrement soutenir directement des établissements scolaires, participer à des actions caritatives en tous genres. Mais on l’a aussi entendu sur le terrain politique et sociétal suite au meurtre de Stephon Clark, un jeune garçon noir tué de huit balles dans le dos par des policiers alors qu’il était dans le jardin de sa grand-mère, non-armé. Le genre de fait divers qui peut diviser une communauté, et face auquel Garrett Temple ne s’est pas débiné, participant à des débats, communiquant sur les réseaux sociaux sur le sujet et apportant son soutien publiquement aux protestations intervenus pour réclamer une enquête digne de ce nom pour Stephon Clark. Comme le 23 mars dernier, où il s’est exprimé après le match contre les Hawks joué dans une salle à moitié vide du fait d’une marche organisée dans la ville.

« Je suis d’accord à 100% avec les protestations dehors. Si je n’avais pas un travail à faire, je serais certainement dehors avec eux pour protester pacifiquement. Cela doit cesser. »

C’est toujours agréable d’entendre un joueur dire ce qu’il pense, s’exprimer sans langue de bois sur de nombreux sujets, et Garrett fait partie de ceux-là. D’ailleurs, aussi étonnant que cela puisse paraître pour un joueur de 32 ans plutôt bon mais à des années lumière d’être un All-Star, l’engouement que suscite son arrivée à Memphis est notable, alors qu’à première vue on pourrait les trouver perdant dans ce deal. Dans une discussion conduite par Alex Kennedy, pour The HoopsHype Podcast, celui qui peut jouer aux postes 2 à 4 a lui aussi confié son excitation à l’idée de rejoindre les Grizzlies, une franchise au sein de laquelle il a confié avoir beaucoup de contacts. Et qu’il avait été tout proche de rejoindre dans sa dernière expérience d’agent libre. Cependant, considéré comme le grand frère du vestiaire, avec Vince Carter l’année dernière, à Sacramento, on peut compter sur GT pour ne pas partir trop vite, lui qui jouait un rôle de mentor avec les jeunes joueurs de la franchise la plus drôle de la NBA. Son départ, aussi dur fût-il, ne s’est pas fait avec pertes et fracas, car Garrett avait déjà été prévenu qu’il n’était pas à l’abri d’un trade, son salaire de 8 millions embarrassant le comptable des Rois. Pourtant, il avait tout de même de quoi être passablement furax, en apprenant la nouvelle par des sources extérieures avant même que Vlade Divac ne lui en parle. C’est peut-être son premier trade mais le joueur, non-drafté, connaît déjà très bien le business de la Grande Ligue, lui qui a enchaîné neuf contrats de dix jours dans cinq franchises différentes avant d’être récompensé de son abnégation par un contrat longue durée proposé par les Wizards en 2012. Le vice-président du syndicat des joueurs savoure chaque opportunité lui étant offerte de poursuivre son métier, et salive à l’avance d’évoluer avec « Marc Gasol et Mike Conley en bonne santé », mais aussi Kyle Anderson, qu’il estime être un gros plus pour l’effectif des Grizzlies la saison prochaine. Ne se dégonflant pas lorsque Alex Kennedy lui demande s’il est réaliste de placer sa nouvelle franchise dans la course aux Playoffs la saison prochaine, le vétéran semble confiant et estime que l’équipe a ses chances malgré le niveau de plus en plus élevé de la Conférence Ouest. Le Temple n’a plus le temps pour le tank. Et c’est vrai que l’effectif au complet des gros oursons a de quoi jouer les troubles-fêtes, surtout si Jaren Jackson Jr. envoie la sauce dès sa saison rookie. Bon, soyons honnêtes, on n’y croit pas mais, rien que pour cet optimisme sans faille, Garrett montre déjà qu’il ne pourra faire que du bien au roster de J.B. Bickerstaff.

La preuve qu’un move en NBA ne tient pas forcément compte des seuls aspects sportifs et financiers, mais aussi de la personnalité et de l’aura d’un joueur, indispensables pour créer une cohésion dans un groupe en reconstruction. Les Grizzlies ont en tout cas fait ce choix, en « sacrifiant » des jeunes pour le vétéran Temple. Si la décision des Kings est dans la logique (si on peut employer ce mot-là pour les Kings) d’addition de jeunes talents amorcé depuis le départ de DMC, l’absence de l’attachant « capitaine » de l’équipe laissera sans aucun doute un gros vide dans le vestiaire californien la saison prochaine.

Sources : HoopsHype, NBA.com, Commercialappeal

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top